Actualité

Accueil > Actualité > Parole de l'Évêque

« Sans papiers » ou « personnes » ?

Souvent, nous entendons parler des « sans papiers ». Ce fut récemment le cas lorsqu’un collectif a conduit cinq d’entre eux dans la Basilique Saint Sauveur à Rennes.

L’expression « sans papiers » est choquante. Ni les prêtres de la Basilique, ni les responsables de la Pastorale des Migrants et du Secours Catholique, ni moi, ne sommes allés rencontrer des « sans papiers ». Nous sommes venus parler avec des « personnes ». Malgré la différence des langues, nous avons réussi à nous comprendre. Une vraie relation s’est établie avec ceux qui sont si facilement étiquetés « sans papiers » Ce fut une rencontre de personne à personne, qui permit un dialogue pour trouver une issue.

Le problème des « sans papiers » est complexe. Pour l’aborder dans toute son amplitude, il faudrait évoquer les divergences au sujet des droits de l’homme, les disparités dans les possibilités de travailler et de vivre avec sa famille, les questions démographiques d’un pays à l’autre, les injustices et les intérêts politiques injustifiés qui freinent la solidarité internationale et l’aide au développement, les myopies de pays riches qui s’enferment sur leurs problématiques égoïstes sans voir la solidarité humaine entre les peuples, les guerres et les violences civiles, à quoi il faut ajouter la rencontre des cultures et des religions avec leurs pratiques diverses etc.

« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli. »

Rappelons ici le mot de Jésus dans l’Évangile : « j’étais un étranger et vous m’avez accueilli. » (Mt 25, 35) Non seulement, Jésus s’identifie avec tous les étrangers, mais il fait mémoire de son propre statut d’étranger en terre d’Égypte, en raison de la persécution qui l’obligea à quitter son pays. Il fut comme son peuple « émigré en terre étrangère » (Ex 2, 2).

C’est pourquoi, le Seigneur enseigne à Israël : « Tu n’opprimeras pas l’étranger. Vous savez ce qu’éprouve l’étranger, car vous-mêmes avez été étrangers. » (Ex 23, 9) Jésus loue ceux qui « accueillent » les étrangers : ils sont « bénis de mon Père » (Mt 25, 34). Ils sont fidèles à la Loi : « Dieu aime l’étranger » (Dt 10, 18) ; « l’étranger, tu l’aimeras comme toi-même » (Lv 19, 34). Ils vivent de la « règle d’or » inscrite en tout coeur humain et rappelée dans l’Évangile : « faites aux autres tout ce que vous voudriez qu’on fasse pour vous. » (Mt 7, 12).

Une personne, à l’image et à la ressemblance de Dieu

Rappelons aussi la parole des Évêques de France : « L’asile en France, état d’urgence » (1). En deçà et au-delà d’une frontière, une personne demeure une personne, à l’image et à la ressemblance de Dieu. Tel est son vrai titre de reconnaissance, celui que tout croyant et tout homme de bonne volonté reconnaît aisément ! Jésus dit encore : « Vous êtes tous frères », avec ou sans papiers. C’est pourquoi, il nous revient d’accueillir l’étranger quelles que soient les raisons pour lesquelles il est en Ille-et-Vilaine.

Les lois civiles sont nécessaires, ici et dans chaque État. Elles précisent les règles pour habiter, vivre, travailler ici et là, afin que vivre ensemble se fasse dans la justice, la liberté et la paix. S’inspirant de la « règle d’or », elles sont sans cesse appelées à progresser pour que toute procédure corresponde davantage à la dignité et aux droits fondamentaux de l’étranger. Chaque personne est unique et chaque famille a son histoire, c’est pourquoi il est juste que l’État examine cas par cas. Mais les moyens doivent être mis en oeuvre pour que l’examen des dossiers ne soit pas retardé, pour que chaque immigré puisse bénéficier des soins dont il a besoin, pour que chaque mineur soit spécialement protégé.

Pour le diocèse, le Secours Catholique et la Pastorale des Migrants travaillent avec les représentants de l’État pour que chaque étranger soit considéré en vérité comme une personne.

(1) Comité épiscopal des migrations, Commission sociale de l’épiscopat, Justice et Paix-France, 6 février 2002.

Haut de page - Imprimer - Mis à jour : Mai 2008

Parole de l'évêque

Intranet

Identifiants personnels

mot de passe oublié ?