Le bienheureux père Marie-Eugène : « un témoin, un prophète » pour Mgr d’Ornellas

pere-marie-eugene

Le père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus, fondateur de l’Institut Notre-Dame de Vie, a été déclaré Bienheureux samedi 19 novembre à Avignon.

« Témoin de Dieu, épris de son absolu et de sa vie infinie »

Le témoignage de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes

Je n’ai jamais connu le P. Marie-Eugène. En 1972, la première fois que j’ai entendu sa voix grâce à un enregistrement, j’ai perçu une forte personnalité toute imprégnée de Dieu et de son mystère. Plus tard, j’ai compris que j’avais rencontré un prophète.

Vigoureux dans ses affirmations, il parlait en témoin de Dieu, épris de son absolu et de sa vie infinie. Sa joie m’a surpris. Comme le prophète Élie, il m’est apparu brûlant de zèle pour Lui, désireux de le révéler à tous en un monde qu’il percevait de plus en plus marqué par l’athéisme ambiant. Il sut d’expérience que Dieu est amour, que sa miséricorde est inépuisable. Il ne cessa pas de le proclamer pour appeler à la confiance et à l’espérance à cause de Dieu. Il eut la hantise de la catéchèse pour que Dieu soit connu et aimé.

Il m’a permis de découvrir le génie de sainte Thérèse de Lisieux. Il m’a appris à prier avec Jésus et à persévérer dans la prière pour Dieu et pour croître dans l’amour. Son regard sur Jésus me donne l’impression d’une immense amitié avec lui. J’ai toujours été émerveillé de son amour de l’Église. Il la voyait dans toute son ampleur, selon le dessein de Dieu. Il exulta en lisant les textes du concile Vatican II.

Grâce à lui, je comprends que mon ministère d’évêque est de conduire à Dieu, d’ouvrir les chemins de la sainteté à tous. Seuls les saints ont un amour engagé, lucide et véritable pour le monde, un amour qui les fait souffrir à cause du monde et pour lui. Grâce à lui, je reçois avec enthousiasme le testament public de Jean-Paul II pour le troisième millénaire : « Je n’hésite pas à dire que la perspective dans laquelle doit se placer tout le cheminement pastoral est celle de la sainteté. » (Lettre du 6 janvier 2001)

> Témoignages de 3 autres évêques
pere-marie-eugene

Le père Marie-Eugène avec Marie Pila à la création de l’Institut Notre-Dame de Vie

 

« Livré à la Grâce de Dieu »

La revue diocésaine, Église en Ille-et-Vilaine, a consacré le dossier de son édition de novembre 2016 à la figure spirituelle du père Marie-Eugène. Une présentation de son parcours de vie est complétée d’encarts sur son livre « Je veux voir Dieu », l’institut séculier Notre-Dame de Vie et des témoignages de carmélites et d’un couple membre associé à l’institut. Voici le chapitre qui expose sa spiritualité.

Durant son noviciat, il expérimente la spiritualité dominante à cette époque, tournée vers la pénitence et l’ascèse. Il se donne à fond dans ce qui lui est demandé tout en se posant la question de la justesse de ces perspectives. Thérèse de Lisieux, à qui il se confie au terme de cette première formation, lui donne la lumière : c’est la voie de l’enfance spirituelle qui sera sienne et qu’il enseignera. La raison de cette décision est fondamentale : le grand obstacle à la sainteté n’est autre que l’orgueil de l’intelligence, qui nourrit la volonté de puissance devenue prométhéenne. C’est cet obstacle qu’il faut combattre.

Cette expérience illumine la vie et la mission du père Marie-Eugène. « Pour avoir en héritage la vie éternelle (Mt 19,16) », il s’agit de regarder Dieu, c’est-à-dire le Christ Jésus, d’un regard de foi, pour que Lui-même transforme notre vie – y compris nos pauvretés. Il s’agit d’oser se tourner vers Dieu tel que l’on est et de répondre à son appel par le don de nous-mêmes, et par la confiance, c’est-à-dire par l’espérance tout imprégnée d’amour.

À la fin de sa vie, le père Marie-Eugène reconnaît simplement : « J’ai compris la Miséricorde. sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus en a senti la douceur, moi j’en sens la puissance. » (R. RÈGUE, Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus maître spirituel pour notre temps, éd. du Carmel 1978, p.118)

« Je vous invite à faire un acte de foi en cet Esprit Saint  qui est dans nos âmes.
L’Esprit Saint n’est pas une pensée ou une réalité qui vit dans les régions supérieures ;
c’est quelqu’un qui est en nous, qui est la vie de notre âme,
le souffle vivant de notre âme, qui est l’hôte de notre âme
et agit sans cesse en nous.
Il est là, l’ouvrier de notre sanctification.
Il est là, celui qui fait l’Église, ce grand œuvre auquel il nous associe. »
Au souffle de l’Esprit, pp. 260 et 276.

> Église en Ille-et-Vilaine

Approfondir votre lecture

  • Célébration de la béatification à Avignon

    10 000 fidèles sont rassemblés au Parc des exposition d’Avignon le samedi 19 novembre 2016.

    Voir aussi : Angélus du 20 novembre 2016 : message du pape à 2’10

    Un « homme de Dieu, attentif aux besoins spirituels et matériels du prochain ». C’est en ces termes que le pape François a rendu hommage au nouveau bienheureux français, le père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus (1894-1967), le 20 novembre 2016.

    Sa vie

    Né dans un modeste foyer de mineur de l’Aveyron, dans le centre de la France, Henri Grialou (son nom séculier) désira être prêtre dès l’enfance.

    Au petit séminaire, il découvrit à 13 ans Thérèse de l’Enfant-Jésus. Puis au grand séminaire, il découvrit saint Jean de la Croix, réformateur carme espagnol du 16ème siècle. Il entra au noviciat des carmes, où il fit de très hautes expériences mystiques, dès son ordination sacerdotale, en février 1922.

    Il apprit à connaître Thérèse d’Avila, la grande réformatrice du carmel. En 1932, il fonda l’Institut Notre Dame de Vie en formant avec quelques jeunes femmes un groupe qui unissait action et contemplation en plein monde.

    Le Père Marie-Eugène fut aussi conseiller général des carmes à Rome, Définiteur général et vicaire genéral de l’ordre. Son maître ouvrage s’intitule « Je veux voir Dieu ».

    Notre-Dame de VieNotre-Dame de Vie

    Le site de Notre-Dame de Vie http://www.notredamedevie.org/ comporte de nombreuses informations sur le père Marie-Eugène et sur les activités de l’Institut.

    En Ille-et-Vilaine

    Deux groupes de prière de Notre-Dame de Vie existent au sein de paroisses sur Rennes et Cesson-Thorigné. Ils sont ouverts à tous ceux qui veulent se former et s’entraîner à l’oraison quotidienne que le père Marie-Eugène qualifie de « rencontre de deux amours ».

    Contacts :

    • Rennes : C et A. Lecavelier, 02 23 20 32 34
    • Cesson-Thorigné : B. et J-M. Talonneau, 06 10 57 99 00

  • Suivez une retraite d’Avent en ligne autour du père Marie-Eugène, créé par les Carmes de Paris.

  • 171025 225-ans-de-Jeanne-Jugan_s

    225e anniversaire de la naissance de sainte Jeanne Jugan : des rendez-vous de juin à octobre 2017

    Pour marquer le 225e anniversaire de la naissance et du Baptême de sainte Jeanne Jugan, la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres propose une série de rendez-vous de juin à octobre 2017 en Ille-et-Vilaine. Le 25 octobre 1792, une petite Jeanne vient agrandir la famille Jugan à Cancale. Son père, pêcheur, disparaît en mer quatre […]

  • 170513 Voyants Fatima_Francisco et Jacinta

    La communauté portugaise de Rennes se rassemble pour les 100 ans des apparitions de Fatima

    A l’occasion du 100e anniversaire de l’apparition de la Vierge Marie à trois enfants, à Fatima au Portugal en 1917, la communauté portugaise se rassemble au Sanctuaire marial de La Peinière. Le pape canonisera ce weekend-là 2 des 3 voyants. Alors que L’Église fête le 100e anniversaire de ces apparitions, le pape François a annoncé […]

  • 170330 Père Louis-Marie Léveil_4 pages recto

    Vie de Louis-Marie Léveil s.j., serviteur de Dieu et ami des pauvres

    En décembre 2015, un procès de béatification a été ouvert dans le diocèse de Sivagangai en Inde, pour le Père Louis-Marie Léveil, un jésuite missionnaire né à Laillé en Ille-et-Vilaine qui a consacré sa vie de missionnaire à l’Inde. Naissance et Baptême Louis Marie Léveil est né le 6 avril 1884 à Laillé, dans le […]