« Je te rendrai grâce parmi les peuples » Sr Marie Sandra psdp

« Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur, et jouerai mes hymnes en tous pays » Psaume 56

 

Témoignage de Sœur Marie Sandra de Jésus, Petite Sœur des Pauvres

Je suis née à Fougères, en Ille-et-Vilaine, et ai passé toute mon enfance à Gévezé à une vingtaine de kilomètres de Rennes. J’ai un frère de 7 ans mon aîné, puis une sœur, deux ans plus âgée que moi. Après la naissance de ma sœur, les médecins ont dit à ma maman qu’elle ne pourrait pas avoir d’autres enfants car ce serait un risque pour sa propre vie. Mais Dieu en a décidé autrement !

Après mon baccalauréat, ne sachant me décider sur quel métier ou quelle filière choisir, car tout m’intéressait, je décidai de réaliser un rêve que j’avais depuis petite de partir seule un an à la découverte d’un autre pays, une autre culture et rendre un service humanitaire. Après une lecture passionnante sur les Incas et les montagnes Andines d’Amérique du Sud, c’est ce continent que je choisissais comme destination. Avec l’aide de mes parents, j’ai cherché une ONG ou une Association qui avait une mission dans ce continent où je pourrais offrir mes services. Je téléphonai aussi à des congrégations religieuses mais elles n’avaient pas de missions dans cette région du monde. Enfin je téléphonais chez les Petites Sœurs des Pauvres. Je ne les connaissais pas et ne savais pas que leur Maison Mère était si proche de chez moi ! Elles me dirent donc qu’elles avaient en Amérique du Sud des maisons en Colombie, en Argentine et au Chili. Je partis donc au Chili en Août 2000 sans savoir la langue mais très heureuse de pouvoir vivre cette expérience de liberté et de don de soi au service des personnes âgées pauvres qu’elles accueillaient !

Sr Marie Sandra, psdp, en Argentine

Sr Marie Sandra, psdp, en Argentine

Je suis issue d’une famille catholique ; ma maman surtout, qui nous emmenait chaque dimanche à la messe, nous a transmis sa Foi. J’ai été marquée dans mon enfance par le recueillement de ma maman à l’église, ses yeux fermés sur l’extérieur me semblaient ouverts sur un monde invisible. Dieu était pour moi d’abord présent dans le cœur de ma maman. Toutefois, dans notre vie de famille, la foi se vivait dans la discrétion sans nombreuses manifestations extérieures telles que les prières vocales, chapelets, dévotions. Lorsque je suis arrivée au Chili, à Santiago Notre Dame, j’ai été interpellée dans ma foi: était-elle juste une tradition religieuse reçue de ma famille ou une véritable conviction personnelle ? Peu à peu, partageant avec les sœurs et les personnes âgées leurs temps de prières quotidiennes: la messe, l’office, le chapelet… j’ai découvert combien Dieu était Père, si proche, si bon et je fis connaissance avec la Personne de Jésus… et j’ai été fascinée, bouleversée… j’ai découvert si réellement Sa Présence dans le Pauvre, le Petit : « J’ai eu faim et vous M’avez donné à manger…J’étais étranger et vous M’avez recueilli, J’étais malade et vous êtes venu Me visiter »…alors mon amour pour le Pauvre, pour la Personne non-aimée, oubliée…est devenu encore plus grand.

Un jour m’est venue à l’esprit cette question: et si Dieu me voulait pour Lui ? Voulait que ma vie soit tout entière pour Lui, pour être avec Lui, pour Le suivre, L’aimer et Le servir dans le Pauvre ? Et je sentis que si je disais « oui » alors ma vie ne m’appartiendrait plus, elle appartiendrait désormais à Dieu, elle appartiendrait au monde entier, j’ai senti comme une dilatation du cœur, Dieu ouvrait mon cœur aux dimensions du monde. Je sentis les Pauvres du monde entier entrer dans mon cœur et le désir de les aimer et les servir. Ma vocation religieuse et ma vocation missionnaire sont nées ensemble et grandissent ensemble chaque jour.

Avant mon voyage au Chili, je n’avais jamais pensé à la vie religieuse, je ne croyais pas que cela existait encore ! Je pensais revenir en France, continuer mes études, me marier et avoir beaucoup d’enfants. En famille nous n’avions jamais parlé de la vie religieuse. C’était donc quelque chose de nouveau pour moi. Pendant mon séjour au Chili, mon frère ainé faisait sa coopération au Cameroun pendant 2 ans. Il fit là-bas la connaissance des Frères de St Jean. Un jour, nous nous sommes dévoilés l’un à l’autre cet appel que nous ressentions à consacrer notre vie à Dieu. En revenant en France, après quelques semaines passées en famille et avoir confié à la Vierge Marie, au Sanctuaire de Notre Dame de Pontmain, nos vocations et notre famille, nous quittions la maison familiale pour commencer notre formation religieuse, lui chez les Frères de St Jean, moi chez les Petites Sœurs des Pauvres. C’est sans doute la première et grande grâce reçue de nos vocations : Mon frère aime à dire que nos deux vocations ne sont en réalité qu’une seule à double face.

Profession perpétuelle de Soeur Marie Sandra, psdp

Profession perpétuelle de Soeur Marie Sandra, psdp

Après mes années de formation et ma Profession Perpétuelle à la Tour St Joseph, St Pern (Ille et Vilaine), le 9 août 2009, j’ai été envoyée au Chili dans notre maison de Santiago Saint Rosaire. Quatre mois après mon arrivée, le 27 février 2010, il y eu un grand tremblement de terre, touchant les environs de Conception, Talcahuano, Valparaiso, Santiago. Notre maison a été très affectée et nous ne pouvions y rester. Nous avons donc dû en quelques jours trouver un nouveau logement pour les 80 personnes âgées que nous accueillions, la plupart ont été hébergées dans l’une de nos deux maisons les plus proches : Vina del Mar et Santiago Notre-Dame. Ce fut une expérience très forte et riche pour moi : j’ai admiré la grande solidarité, le courage et l’esprit de gratitude des gens qui sont venus à notre aide pour nous apporter de l’eau, pour nous aider à réinstaller provisoirement les personnes âgées, pour les porter dans l’escalier car l’ascenseur ne fonctionnait plus… Après le départ des personnes âgées dans leur nouveau lieu de vie, j’ai été envoyée à Osorno pour l’accueil des 50 résidents venant de notre maison de Conception qui fut totalement détruite. Après quelques semaines durant lesquelles j’ai eu la joie de prendre soin des dames plus dépendantes, j’ai été envoyée en Argentine à San Isidro, près de Buenos Aires, où je suis restée trois ans, très heureuse de prendre soin des personnes âgées les plus dépendantes. Mes supérieures m’ont demandé ensuite de revenir en France pour faire des études d’Aide-soignante, ce que j’ai fait chez les Sœurs Augustines de Malestroit : ce fut également une riche expérience en particulier à travers les stages que j’ai effectués dans différentes maisons de santé et hôpitaux. Dieu permit que les patients hospitalisés dont je prenais soin, soient touchés par la joie et la tendresse qui émanent du don de notre vocation. Je me souviens particulièrement d’une personne avec un handicap moteur et cérébral de naissance, au Foyer d’accueil médicalisé de Belle-Île, qui ne pouvait parler mais avec qui j’avais pu entrer en communication et gagner sa confiance par mon sourire et la douceur de mes gestes. C’était si beau de la voir rire !

Maintenant je suis au Sri Lanka depuis un an et demi à Batticaloa, à l’est de l’île. Notre maison accueille les personnes âgées les plus pauvres des pauvres de la région. Certaines viennent de la rue, les autres vivaient dans des conditions de misère extrême, la plupart n’ont aucune famille. Je reçois comme un honneur et un privilège de prendre soin de ces personnes, les accompagnant dans les activités du quotidien, essayant de leur révéler par mes gestes, mon sourire, mon regard combien ils ont de la valeur aux yeux de Dieu et à mes yeux. Nous sommes actuellement 8 petites sœurs dans la communauté, vivant dans la joie fraternelle et la collaboration notre mission de rayonner la tendresse de Dieu auprès des plus petits. Nous accueillons actuellement 45 personnes âgées. La culture, le style de vie simple, laborieux et joyeux de ce pays m’enrichissent beaucoup. La religion imprègne toute la vie sociale, familiale et personnelle. La religion majoritaire est le bouddhisme (70%) puis l’hindouisme (12%). Mais il y un grand respect et une tolérance afin que tous, même les minorités (musulmanes et chrétiennes), puissent pratiquer leur religion librement. Nous vivons au rythme des fêtes des différentes religions, en particulier la fête de la pleine lune « Poya Day » chaque mois. Les gens ont comme un sens inné du divin et de la vie spirituelle. Beaucoup travaillent dur pour nourrir et éduquer leurs enfants, ils sont éprouvés par la pauvreté, les problèmes familiaux, la difficulté à trouver du travail…mais une joie et une force intérieure transparaissent sur leur visage. Leur religion leur apporte paix et réconfort. Je me suis mise de tout cœur à l’apprentissage de la langue de cette région: le Tamoul. L’alphabet comprend 246 graphies ! Les progrès sont lents mais j’ai déjà la joie de pouvoir parler avec les personnes âgées et les membres du Personnel avec qui je travaille.

Mon frère, ordonné prêtre en 2012, est également missionnaire et se trouve depuis 6 ans, dans le Sud d’Inde, où il est devenu le « père » de 54 enfants orphelins et sidéens. Petit clin d’œil du Seigneur : il a appris lui aussi le Tamoul, qui est la langue parlée dans la région où il se trouve. Nous sommes unis très profondément par la prière et nous nous confions mutuellement nos missions pour que Dieu puisse agir librement à travers nous.

Depuis mon entrée dans la Congrégation il y a maintenant 16 ans, « tout a été grâce ». Et je sais que Dieu notre Père continuera, jusqu’à la Bienheureuse Rencontre avec l’Epoux, de me combler de Ses grâces. Jésus est devenu le tout de ma vie, Lui seul compte ! « Faire plaisir à Jésus » dans chaque instant de ma vie quotidienne, comme l’a vécu notre Fondatrice Sainte Jeanne Jugan ; et Offrir « le sourire de Marie » (Psaume 44,13) à toute personne que Dieu met sur ma route, spécialement les Petits, les Pauvres, les Personnes Agées démunies… qui sont les véritables trésors de Dieu et de l’Humanité ! Permettre à la Vierge Marie, que Jésus nous a donnée pour Mère à la Croix, de pouvoir librement réconforter, consoler, réjouir ses enfants, à travers moi, à travers mes humbles tâches quotidiennes, à travers mes rencontres, à travers toute ma vie.

Soeur Marie Sandra, psdp en famille

Soeur Marie Sandra, psdp en famille

Dieu, en nous appelant mon frère et moi à Lui consacrer notre vie, a répandu ses bénédictions sur notre famille: après notre entrée dans la vie religieuse, Dieu a mis mes parents en relation avec plusieurs personnes merveilleuses qui sont devenues de véritables et fidèles amis; ils ont aussi commencé à faire du bénévolat à la maison des Petites Sœurs des Pauvres à Rennes et y ont trouvé une source de grande joie donnant de leur temps et de leurs talents pour rendre les personnes âgées heureuses.

Dieu a aussi répandu ses grâces sur ma sœur et mon beau-frère qui ont accueilli avec tant d’amour leur troisième garçon, qui est né avec la trisomie 21. Noé a aujourd’hui 5 ans et est le soleil de notre famille et le grand cadeau reçu de Dieu pour nous. Un an et demi après, Dieu leur accordait un 4e enfant, une magnifique petite fille en pleine santé.

L’année dernière, après cinq ans de maladie vécue « avec la majesté d’une reine » pour reprendre l’expression de Ste Élisabeth de la Trinité, notre chère maman est allée chanter la Gloire de Dieu avec tous les saints du Ciel. Notre chère maman a vécu ces cinq dernières années avec une telle force d’âme qui ne pouvait venir que de Dieu. Elle donnait son amour et son enthousiasme à toutes les personnes qui la côtoyaient: sa famille, ses petits-enfants, ses amis, les personnes seules, malades, âgées. La dernière année de sa maladie, elle fut très heureuse d’être appelée par le curé de sa paroisse à s’engager dans la pastorale des malades et commença à visiter les personnes malades de sa commune. Elle leur apportait beaucoup de joie et espérance (alors qu’elle était elle-même plus malade que les personnes qu’elle visitait !). Les nombreux témoignages reçus après son décès, nous montrent combien Maman a touché tant de personnes; elle n’a jamais fait de grand discours sur sa Foi, mais elle a « prêché » par toute sa vie, son attention aux personnes en difficulté, marginalisées, son respect de chaque personne… Lorsque mon frère apprit le décès de maman, alors qu’il se trouvait avec « ses enfants » en Inde, une petite-fille de 12 ans lui dit : « Ne sois pas triste ! Elle est maintenant très heureuse. Elle est sur les genoux de Jésus et elle n’a plus aucune souffrance. Que de la joie ! » C’était la parole d’espérance que maman adressait à mon frère et à chacun de nous par la bouche d’une petite fille qui venait juste de rentrer de l’hôpital après 8 mois clouée au lit. Je rends grâce à Dieu pour sa vie et tout l’amour que j’ai reçu d’elle.

Soeur Marie Sandra, psdp à Batticaloa

Soeur Marie Sandra, psdp à Batticaloa

En fille de Sainte Jeanne Jugan, ma vocation a été aussi spécialement source de merveilleuses grâces dans l’accompagnement et la veille des personnes âgées en fin de vie. Dieu m’a souvent fait la grâce d’être présente au moment où la personne passe « sur l’Autre Rive ». La Vierge Marie, qui fut présente sur le chemin du Calvaire et au pied de la Croix où son Fils allait mourir crucifié, veut aussi être présente au pied de chaque personne qui est en fin de vie. C’est elle qui, par moi, offre sa présence maternelle et réconfortante avant la merveilleuse rencontre avec notre Créateur et Sauveur. J’ai souvent été témoin du changement de comportement qui s’opérait dans l’âme de la personne en fin de vie: parfois angoissée, révoltée, avec des remords, elle est devenue paisible et pleine de confiance dans les derniers jours ou derniers instants. Parfois j’ai été même témoin de belles réconciliations autour du lit de la personne qui allait mourir.

Mon cœur déborde d’actions de grâce. Oui « je veux rendre grâce parmi les peuples et jouer mes hymnes en tout pays où Dieu m’enverra ».

Jésus a dit: « voyant ce que vous faites, Ils rendront gloire à votre Père qui est au Cieux« . Avec la grâce de Dieu, si notre témoignage de la bonté de Dieu dans notre vie pouvait toucher les âmes et les conduire vers Celui qui nous comble d’un bonheur si indescriptible ! Si elles pouvaient expérimenter cette amitié merveilleuse avec Jésus, le Verbe fait chair, qui nous fait découvrir combien « tout est grâce » dans notre vie !

Sr Marie Sandra de Jésus, Petite Sœur des Pauvres

Site internet des Petites Sœurs des Pauvres : par ici