Diocèse de Rennes

L’Église en rural se révèle à Terres d’Espérance

Onze délégués du diocèse de Rennes ont vécu la rencontre nationale Terres d’Espérance du 22 au 24 avril à Châteauneuf-de-Galaure. Un rassemblement de l’Eglise catholique qui révèle son nouveau dynamisme dans le monde rural.

Paroisses avec d’innombrables clochers, vieillissement des prêtres et des populations, agri-bashing… le tableau peut sembler morose. Et pourtant, les organisateurs de Terres d’Espérance ont martelé dès le premier jour de Terres d’Espérance : « Le monde rural est tendance ! » Il y a le retour à la campagne suite aux confinements, la nécessité de l’écologie, la redécouverte de la fraternité comme ciment social, le dynamisme de l’évangélisation qui ose sortir des milieux urbains… Bref, une vraie mutation du monde rural et une transformation du regard qui est porté sur lui.

LIRE AUSSI : Mgr Jacques Habert : Terres d’espérance et Laudato Si’

Les 500 participants étaient accueillis au Foyer de Charité de Châteauneuf de Galaure, le village où vécu Marthe Robin

Une délégation d’Ille-et-Vilaine

Onze personnes formaient la délégation du diocèse de Rennes, dont 3 personnes travaillant dans l’agriculture. L’un deux, Frédéric Maillard, confie : « J’ai bien aimé l’unité entre tous les participants, laïcs et prêtres, diacres. Et la joie partagée, les échanges simples à table. » Paysan converti au bio, il a « trouvé qu’il y avait une vraie prise de conscience du problème climatique. Nous, on a fait cette année le choix d’implanter des haies pour être plus résilients, de mettre des prairies permanentes. J’ai entendu à Terres d’Espérance qu’on était bien dans ce chemin du respect de la Création. ».

La délégation du diocèse de Rennes à Terres d’Espérance

Ce rassemblement est né d’une volonté des évêques de France afin d’évaluer la présence de l’Eglise dans le monde rural et de relever les initiatives d’évangélisation qui y naissent. Pari réussi : 500 représentants de tous les diocèses, un cheminement cohérent entre interventions de spécialistes et ateliers de présentation d’initiatives, des beaux moments de louange et de célébration. Pour Alain Planchin, directeur de collège près de Fougères : « Je me sens en fait très citadin, mais j’ai fait des belles rencontres et ça m’a permis de découvrir toute la richesse du milieu rural : en terme d’authenticité, de valeurs, de relations humaines. » Sa découverte : que le cœur de l’encyclique Laudato si, c’est « la relation. Et c’était déjà là, au cœur de ce weekend : la façon dont nous avons tissé du lien, très simplement, rencontré les gens sans barrières et jugements. »

Trois évêques initiateurs du rassemblement présentent trois textes du pape François : Mgr Laurent Le Boulc’h (Coutances Avranches), Mgr Jacques Habert (Bayeux-Lisieux), Mgr Jean-Philippe Nault (Nice). A gauche : Etienne Loraillère de KTO.

LIRE AUSSI : Mgr Le Boulc’h : “Terres d’espérance dans la fraternité”

Trois textes du pape François en référence

Pour ouvrir ce rassemblement, 3 évêques ont présenté le trépied sur lequel s’appuyer pour penser la pastorale en rural : Laudato si’ (l’écologie), Fratelli tutti (la fraternité) et Evangelii Gaudium (La joie de l’Evangile, sur l’évangélisation). Trois textes du pape François qui ont irrigué ces trois jours. André Jestin, de Combourg, note : « On a mis le doigt sur l’écologie d’un point de vue chrétien. Le spectacle « Au commencement… le vert était dans la pomme » – de la Compagnie Saint-Jean, déjà donné plusieurs fois dans le diocèse de Rennes – a bien répété le message central « Tout est lié », surtout avec ce ruban qui parcourait la salle à la fin et reliait les participants. »

Un spectacle original a bousculé les participants en proposant une relecture de Laudato si’

Christiane Lecoq-Piel, ancienne responsable diocésaine et nationale de la Mission rurale, a spécialement apprécié l’intervention de Mgr Bruno-Marie Dufé, qui fut secrétaire du Dicastère pour le service du développement humain intégral au Vatican : « Une puissance, une force, une évidence, sur la vision concrète et universelle de Laudato si’. C’est comme un lanceur d’alerte ecclésial avec bienveillance et urgence à la fois ! » Elle est satisfaite d’avoir rencontré « une ruralité qui n’est pas morte, une ecclesio-diversité présente et un peu réconciliée ! »

Un grand forum des initiatives

Cette grande diversité des participants se traduisait dans 6 tables-rondes et 60 ateliers : un foisonnement d’initiatives et de visions mises en dialogue ! Deux ateliers étaient animés par des membres de la délégation du diocèse : la Fête de la Création à St-Méloir-des-Ondes et les Assemblées de la Parole à Javené. Ces expériences avaient été présentées, avec 6 autres, à Combourg lors du rassemblement diocésain préparatoire Terres d’Espérance, en octobre 2021.

LIRE AUSSI : Terres d’Espérance partage la joie d’évangéliser en rural, sur le rassemblement diocésain d’octobre 2021

Une des tables-rondes, lieu de rencontre et de débat pour confronter les expériences et les visions

« J’y venais pour entendre des expériences nouvelles, avoue le père Joseph Cado, prêtre associé à la paroisse de St Martin du Désert. « Dans le territoire rural où je suis il y a besoins d’un renouveau. Je sens que des gens attendent ce renouveau. Certains ont déjà été sensibilisés lors du rassemblement diocésain à Combourg en octobre. »

« J’ai beaucoup appris sur la diversité des façons d’évangéliser, explique Jean Collet, autre membre de la délégation brétillienne. Par exemple une table-ronde avec des exemples concrets et simples sur ce qui peut se faire pour dynamiser des petites communautés. Ou un atelier sur la mission : c’est une nouvelle approche qui m’a interpellé. Ce ne sont plus les gens qui vont à l’église donc c’est l’Église qui vient vers les gens. »

Prière et Eucharistie étaient bien présentes tout au long des 3 jours

C’est le Congrès Mission du rural !

Pour Marie-Christine Denis, agricultrice, c’est la table-ronde sur la mission qui l’a impressionnée. « Je fais la préparation au baptême. Les jeunes parents ont soif, mais après on a du mal à les toucher : j’ai bien entendu qu’on pouvait semer mais retrouver peut-être les gens plus tard, ça m’a rassurée. »

Cette rencontre a été « très stimulante », d’après le père Olivier Gazeau, vicaire général du diocèse de Rennes, « pour avoir envie d’essayer de nouvelles choses et dynamiser nos paroisses. Ça donne de l’élan. C’est le Congrès Mission du rural ! J’espère que ça va continuer à aider d’aller dans le sens d’une transformation pastorale. On est en train de la vivre en Ille-et-Vilaine. Ici ça nous donne un nouveau regard, avec la question écologique très prégnante. Les chrétiens sont très engagés et c’est une bonne chose : il y a une Bonne Nouvelle à annoncer qui nous vient de la Révélation sur notre rapport à la Création ! »

Approfondir votre lecture