Diocèse de Rennes

Une année jubilaire pour St Louis-Marie Grignion de Montfort

Le père Jean-Marie Helpa, monfortain, invite à visiter la Maison natale de St Louis-Marie Grignion de Montfort

De janvier 2022 à janvier 2023, saint Louis-Marie Grignion de Montfort est fêté à Montfort-sur-Meu pour son 350e anniversaire. Une « école de la spiritualité de St Louis-Marie » vient d’y débuter.

Propos recueillis par Maurice Thuriau pour RCF Alpha

Maître spirituel – peut-être un jour Docteur de l’Eglise : un procès est en cours –, fondateur de congrégations, proche des pauvres et connu pour sa dévotion mariale, Louis-Marie Grignion est aussi un enfant de Montfort-sur-Meu en Ille-et-Vilaine, au point qu’il en gardera la trace dans son nom de missionnaire.

Le jubilé des 350 ans du Père de Montfort

Parmi les nombreux évènements, à noter :

  • Création d’une école de la spiritualité de St Louis-Marie, à la Maison natale (Montfort) : 6.05, 3.06, 2.09, 7.10, 4.11, 2.12 en 2022, puis 6.01.23
  • 23-31 juil. : Marche monfortaine à Montfort
  • 4 déc. : concert par la Chorale de Brocéliande (église de Montfort)
  • Janvier 2023 : clôture du Jubilé
    • 15 : portes ouvertes à la Maison natale
    • 27 : table-ronde
    • 28 : soirée de prière
    • 29 : messe de clôture présidée par Mgr d’Ornellas, pique-nique, concert sur les cantiques du Père de Montfort

Plus d’infos : Maison natale, 11 Rue de la Saulnerie, Montfort sur Meu, 02 99 09 15 35, maisonnatale@gmail.com

Visite de la Maison natale par un groupe de jeunes

Prêtre et missionnaire

Né en 1673, il y vécu avant de partir à Paris « pour devenir prêtre et missionnaire, notamment au Canada » raconte le père Jean-Marie Helpa, originaire de Madagascar et responsable de la communauté à Montfort. Installée dans la Maison natale du saint, elle entretien le souvenir du « Père de Montfort » et accueille largement les personnes de passage. Il poursuit sa brève présentation : « En 1706, il est allé à Rome à pieds. Après sa rencontre avec le pape Clément XI, sa vocation est renforcée et il est envoyé comme missionnaire apostolique. Il va essayer de faire vivre l’esprit du Baptême en France. »

VOIR AUSSI : Vie de Louis-Marie Grignion de Montfort

Il va alors parcourir l’ouest, de Rennes à Nantes, et même plus loin en France. C’est à cette époque qu’il fait construire le célèbre calvaire de Ponchâteau (Loire-Atlantique). « À la suite du concile de Trente, il voulait le mettre en pratique et renouveler l’esprit du christianisme dans chaque personne. » Epuisé par son travail apostolique, il meurt à 43 ans en 1716, lors d’une dernière mission à St Laurent sur Sèvres (Vendée) où se trouve son tombeau et la maison mère de la Compagnie de Marie (les Montfortains). Il laisse derrière lui les congrégations des Filles de la Sagesse et des Frères de Saint-Gabriel.

St Louis Marie écrit beaucoup. Son texte le plus connu est le « Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge ». Mais il ne faudrait pas le réduire à une dévotion mariale exacerbée. Le père Helpa insiste : « Sa spiritualité est christocentrique, elle s’inscrit dans l’École de spiritualité française du cardinal de Bérulle, avec l’importance de l’incarnation. »

Pierrette Maigné dans la Maison natale, devant la statue sculptée par Louis-Marie Grignion

Une spiritualité ouverte aux laïcs

« J’ai choisi le père de Montfort comme maître spirituel et à ce titre j’ai fait le chemin de la consécration à Jésus par les mains de Marie. » confie Pierrette Maigné, habitante de Montfort et associée montfortaine, donc engagée en tant que laïc au côté des montfortains. « Je participe à la mission des pères montfortains ici, en France et un peu à l’international. Je viens ici plusieurs fois par semaine participer aux Laudes et à l’Eucharistie, je viens aider pour l’accompagnement de groupes ou des tâches matérielles. Au niveau national, je suis membre du conseil d’administration du Pèlerinage Montfortain. »