Enseigner pendant le confinement

Marion Capelain, professeur d'allemand à Redon, enseigne de chez elle pendant le confinement
Marion Capelain, professeur d'allemand à Redon, enseigne de chez elle pendant le confinement

Avec le confinement général décrété le 17 mars dernier, les écoles, collèges et lycées ont dû fermer leurs portes. Les enseignants et les élèves ont alors installé, et apprivoisé, de nouvelles pratiques éducatives à distance. Marion Capelain, professeur d’allemand aux lycées Notre-Dame et Marcel Callo à Redon, témoigne de ses classes virtuelles et des surprises heureuses qu’elles créent.

Cette année, je ne suis pas allée à l’église pour la veillée pascale, ma trousse et mes livres étaient déjà dans mon salon lorsque je les ai fermés, et j’ai envoyé un mail à mes élèves pour leur souhaiter de bonnes vacances. Confinement oblige, pour lutter contre le Covid-19, nous – enseignantes et enseignants du primaire et du secondaire – avons en effet troqué nos feutres et notre tableau blanc contre un écran d’ordinateur et une interface d’enseignement à distance.

Nous l’avions certes senti venir, ce confinement, et nous en parlions régulièrement en salle des professeurs : quels outils utiliser ? Comment garder le lien avec tous nos élèves ? Sommes-nous sûrs que chacun d’entre eux a accès à un ordinateur à la maison ? Comment vont faire nos collègues d’EPS ? Comment nous, professeurs de langues vivantes pouvons-nous permettre à nos élèves de travailler l’expression orale alors même qu’ils ne seront plus en face de nous ? C’est donc sans réelle surprise – mais non sans appréhension – que j’ai accueilli l’annonce de la fermeture  des établissements scolaires lors du discours présidentiel du 12 mars dernier. L’un de mes premiers réflexes fut de me connecter sur Pronote et Scolinfo pour prendre des nouvelles de mes deux établissements, le lycée Notre-Dame et le lycée Marcel Callo de Redon. Quelle ne fut pas ma surprise de constater, vers 21h30 ce jeudi soir, que j’avais déjà reçu un mail d’élève ! Ce délégué de ma classe de terminale S s’adressait à l’ensemble de ses professeurs avec à la fois beaucoup d’humour et de maturité, en avouant que des cris de joie avaient retenti dans l’internat, mais que lui et ses camarades de classe étaient conscients du sérieux de la situation et de l’importance de continuer à travailler en ligne. Il se proposait de faire le lien entre les enseignants et l’ensemble des élèves de sa classe et concluait son mail en nous rappelant de bien respecter les règles d’hygiène. De quoi me redonner confiance pour bien commencer cette période si particulière de continuité pédagogique.

Salle de classe désertée pendant le confinement
Salle de classe © Godong

Une nouvelle organisation

Dès le lundi suivant, j’ai commencé à correspondre avec l’ensemble de mes neuf classes, envoyant textes et fiches de grammaire en PDF et en version modifiable, exercices et QCM conçus en ligne par mes soins, vidéos à regarder sur internet et listes de vocabulaire à mes élèves qui, pour la plupart, se montrent sérieux et motivés et n’hésitent pas à poser des questions et à donner leur avis sur telle ou telle activité qui leur a plu ou qui leur a semblé un peu compliquée. Je dois bien sûr faire avec les problèmes de connexion de certains jeunes qui habitent en zone blanche ou de ceux qui n’ont qu’un ordinateur pour toute la famille, mais je suis agréablement surprise par l’assiduité avec laquelle les travaux (même non obligatoires) me sont renvoyés. La très grande majorité des élèves est soucieuse de bien faire et de continuer à apprendre cette belle langue qu’est l’allemand et certains élèves m’ont contactée pour me faire savoir qu’ils aimaient cette façon de travailler en ligne, à leur rythme et par le biais d’activités plus ludiques qu’en classe.

Autre surprise pour moi : beaucoup d’élèves, quoi qu’habitués à vivre avec un téléphone en permanence connecté dans leur poche et à communiquer par écrans interposés, n’avaient jamais envoyé de mail (et encore moins de pièce jointe) avant la mise en place du télé-enseignement. Il m’a donc fallu expliquer à certains qu’il fallait cliquer sur le petit trombone pour joindre un fichier à un mail, et à d’autres qu’il est toujours plus agréable de recevoir un mail contenant un « bonjour » au début et un « bonne journée » à la fin.

Lycéen en télétravail pendant le confinement

Les élèves et les professeurs se voient différemment

Entre collègues aussi, nous avons appris à « faire avec » et, à défaut de pouvoir échanger autour d’un café en salle des profs, à nous envoyer des mails et des textos régulièrement pour prendre des nouvelles les uns des autres et discuter de nos méthodes d’enseignement. Les enseignants d’EPS d’un des mes lycées nous ont demandé de nous faire photographier ou filmer en train de faire du sport (ou d’essayer !) et ont compilé toutes les photos et vidéos dans un petit film qu’ils nous ont envoyé. De quoi nous donner le sourire, nous permettre de prendre des nouvelles les uns des autres et… nous forcer à nous lever un peu de nos fauteuils de bureau !

Je n’ai donc pas le temps de m’ennuyer en ces temps de confinement. Cette expérience inédite, quoi que quelque peu chronophage et parfois éprouvante, est enrichissante et nous permet à chacune et chacun d’innover, de tester de nouvelles méthodes d’enseignement et d’apprentissage et, surtout, de prendre le temps. Prendre le temps de peaufiner une activité pour les profs et de faire et refaire cette activité pour les élèves, d’expliquer ou de réexpliquer une notion qui n’a pas été comprise, ou tout simplement de partager son humeur du moment ou de prendre des nouvelles les uns des autres, le tout au rythme de chacun, à n’importe quel moment de la journée, sans être pressés par le temps ni interrompus par la sonnerie.

Je dois néanmoins reconnaître que j’ai hâte de revoir mes élèves en chair et os, de les entendre écorcher à nouveau la langue de Goethe, de leur demander d’arrêter de bavarder, de leur enseigner la beauté et la simplicité de la grammaire allemande et de voir leurs yeux écarquillés lorsque je leur demanderai de répéter un mot de 7 syllabes !

Approfondir votre lecture

  • Témoignage : séminariste, il vit le confinement dans un Ehpad

    Les personnes âgées font partie des personnes les plus vulnérables au covid-19. Le nombre des décès, maintenant recensés dans les Ehpad, nous le rappelle. Cependant, c’est bien le sentiment de solitude et d’abandon que les seniors ressentent le plus depuis que toutes les visites sont interdites. Prendre soin des plus âgés, voilà ce qui a […]

  • Priere en famille

    Le confinement en famille

    Maintenir une vie de foi en famille durant le confinement n’est pas chose aisée. La montée vers Pâques, avec la Semaine sainte, est le temps liturgique le plus riche en célébrations. Celles-ci n’étant plus possibles, chaque famille a dû faire preuve d’audace pour mettre en place une organisation qui leur soit appropriée. Temps propice pour […]

  • Paroles de soignants

    Applaudis tous les soirs à 20h, dessins ou mots de soutient, entraides diverses, tous ces gestes de solidarité témoignent de la reconnaissance du pays envers les personnels soignants. Ils sont en première ligne pour combattre les ravages liés au coronavirus. Comment vivent-ils cette situation de crise ? Article paru dans Eglise en Ille-et-Vilaine avril 2020, n°318 […]

  • La pandémie du Covid-19, un moment éthique et politique

    La pandémie du Covid-19 constitue à la fois un moment éthique et politique. Éthique car elle nous invite à réfléchir aux questions fondamentales qu’elle soulève ; politique car elle nous fait prendre conscience de nos responsabilités en tant que citoyens. Jean Matos, chargé de mission à l’Archevêché de Rennes pour les questions éthiques et chercheur à […]