Diocèse de Rennes

Une rentrée de l’Enseignement Catholique sous le signe de l’écologie intégrale

Mgr Pierre d’Ornellas, le directeur diocésain et les représentants des tutelles, remettent les lettres de mission aux nouveaux directeurs et directrices

400 responsables de l’Enseignement Catholique d’Ille-et-Vilaine étaient réunis le 25 août à Rennes pour la traditionnelle journée de rentrée. Mgr Pierre d’Ornellas les a invités à « se faire proche », comme le Bon Samaritain, des jeunes et des familles. L’après-midi était consacrée à l’écologie intégrale avec la présence de Pascal Balmand, chef de projet Transition écologique et écologie intégrale pour les évêques de France.

Michel Pellé , directeur de l’Enseignement Catholique d’Ille-et-Vilaine

Encore une rentrée marquée par la pandémie ! Dans son mot d’envoi, le directeur diocésain, Michel Pellé, a remercié les chefs d’établissements pour leur investissement et leur a demandé, « dans l’environnement mouvant » actuel, d’« ouvrir aux jeunes un chemin de liberté et de responsabilité. » Pour pallier aux manque de rencontre des derniers mois, la matinée a commencé par un temps libre, bien apprécié par tous pour renouer les liens et visiter les stands des partenaires de l’Enseignement Catholique d’Ille-et-Vilaine.

Œuvrer à « une éducation intégrale »

Une vingtaine de nouveaux directeurs et directrices d’établissements ont reçu leur lettre de mission, des mains de Mgr Pierre d’Ornellas, du directeur diocésain ou des représentants des tutelles congréganistes. Juste avant, l’Archevêque de Rennes les avait encouragés à œuvrer à « une éducation intégrale » qui invite les enfants à « la joie de s’engager dans le monde pour qu’il s’avance vers la justice. »

Une école ouverte sur le monde, c’est aussi la présence des stands des partenaires

En écho à la parabole du Bon Samaritain, il les a invités, eux aussi, « à se faire proches des enfants et de leurs familles : c’est vous les prochains ! Ce n’est pas un saint qui se fait proche. Nous sommes qui nous sommes dans notre foi. Nous pouvons nous tourner vers le Seigneur et lui demander : augmente en moi l’amour. » Cette année, la pastorale développée dans les établissements du diocèse sera d’ailleurs en lien avec ce thème : « Tout est fragile », issu de l’encyclique du pape François, Laudato si’.

L’écologie intégrale : une logique de conversion

Pascal Balmand : l’écologie intégrale n’est pas une option facultative !

Sur ce même sujet intervenait ensuite Pascal Balmand, chef de projet Transition écologique et écologie intégrale pour l’Église catholique en France. Donnant une vision engagée de l’encyclique de 2015, il a suggéré de « parler plutôt de Création que d’environnement. Notre responsabilité de chrétien est de parler d’écologie dans une logique d’espérance. » Cet appel du pape « est tellement radical que cela nous fait peur. Il n’est pas juste question d’améliorer le système mais de changer de logiciel ! Mais l’essentiel est de se mettre en route. Il s’agit d’effectuer un véritable travail sur soi, personnellement et en établissement. L’écologie intégrale est un art de vivre l’école. Des propositions existent. »

Dans l’amphithéâtre du lycée de l’Assomption à Rennes

Proposant une lecture synthétique du texte du pape François, Pascal Balmand a touché les participants avec des mots forts : « ce sont nos déserts intérieurs qui qui font avancer la désertification ! L’écologie intégrale, c’est déjà prendre soin de la présence de Dieu en nous. On est vraiment dans une logique de conversion. »

Approfondir votre lecture