Diocèse de Rennes

Léontine Dolivet, mission catéchiste : le film-documentaire

Léontine intéprétée par Sophie Froissard - le film

La paroisse Saint-Jean-Paul II a vécu sous les feux des projecteurs. La Maison Dolivet, à Betton, a accueilli l’équipe de tournage des Productions du Regard pour la réalisation de scènes de reconstitution qui s’intégreront au film documentaire : Léontine Dolivet, mission catéchiste.

52 minutes pour rencontrer Léontine Dolivet

Emmanuel Massou et Tanguy Louvel ont entrepris la réalisation d’un film documentaire sur Léontine Dolivet (1888 et 1974) dont la cause en béatification est en cours. Outre des témoignages de personnes ayant connu la catéchiste, les réalisateurs ont voulu ajouter des scènes de reconstitution. « Ce sont des scènes de fiction – une catéchiste d’aujourd’hui parle de Léontine à des jeunes –, mais aussi de reconstitution : Léontine Dolivet à son époque avec les garçons qu’elle catéchisait. Ces scènes vont donner de la force au récit »,  commente Emmanuel Massou, co-réalisateur.

Tournage "Léontine Dolivet, mission catéchiste"

Un plateau de tournage à Betton

Pour cela, trois jours de tournage ont été nécessaires sur les lieux où a vécu Léontine Dolivet. Une équipe constituée à la fois de professionnels et de bénévoles a mené à bien ce projet un peu fou. « Producteur, réalisateur, cadreur, ingénieur du son, maquilleuse, script, décorateur, costumier, photographe de plateau, régisseur, acteurs et figurants, on n’imagine pas la quantité de personnes qu’il faut pour réaliser quelques minutes de film ! » complète Tanguy Louvel, co-réalisateur.

Léontine et le vicaire déambulent- le film

Des acteurs professionnels et amateurs

Deux actrices professionnelles ont été choisies pour l’aventure : Élisabeth Tissot-Guerraz et Sophie Froissard. La première incarne la catéchiste d’aujourd’hui, la seconde, Léontine Dolivet. « J’ai beaucoup lu ce qu’elle a écrit pour jouer ce rôle. J’ai été touchée par son amour des enfants », partage Sophie Froissard. Une vingtaine d’enfants de Betton a participé au tournage comme figurants, plusieurs d’entre eux sont issus de la troupe de théâtre de Betton, dirigée par Régis Babin, paroissien de Betton. « Ce qui est fatigant, c’est de devoir refaire la même prise plusieurs fois de suite ! » témoigne Clémence Guardiola, 11 ans, figurante.

Une implication totale de la paroisse Saint-Jean-Paul II

Soutenu par la postulation de Léontine Dolivet, le tournage a reçu un accueil sans réserve de la paroisse Saint-Jean-Paul II : « Les prêtres et les paroissiens se sont impliqués dans la préparation de ces trois jours : ils nous ont aidés à trouver les costumes, les ajuster, créer les décors, ils nous ont ouvert les portes de la Maison Dolivet, de l’église. Le père Olivier Gazeau, alors curé de la paroisse, nous a mis à disposition des objets ayant appartenu à Léontine ou à ses parents. Vraiment, nous avons eu des conditions de tournage exceptionnelles grâce à eux », précise Emmanuel Massou.

Equipe tournage Léontine

Les nouveaux objectifs des Productions du Regard

Léontine Dolivet, mission catéchiste est l’un des quatre films produits cette année par l’association des Productions du Regard. « Nous sommes dans une nouvelle démarche : après 30 ans de réalisation de magazines pour TV Rennes, nous focalisons notre production sur des films documentaires de 26 ou 52 minutes. Parce que notre monde a un besoin essentiel de films au message positif, notre production audio-visuelle a toute sa place. Avec nos partenaires, KTO, Le jour du Seigneur, Ouest-France et TV Rennes nous pouvons diffuser nos films et toucher un large public », complète Tanguy Louvel.

Vous souhaitez devenir coproducteur ?

Aujourd’hui, les Productions du Regard permettent à tous de devenir coproducteurs de films documentaires.
Pour cela, vous pouvez faire un don à l’association. Cette participation permet la rémunération de différents professionnels qui interviennent dans la création de ces films et à couvrir les frais attenants à leur production.