Diocèse de Rennes

Les Petites Sœurs des Pauvres reçoivent un prix international

La Mère générale, entourée des 5 petites sœurs représentants les continents, et les personnalités

La Mère générale des Petites Sœurs des Pauvres a reçu à Saint-Pern, le 30 juin 2022, un prix international. Une distinction qui reconnaît l’œuvre de la congrégation à travers le monde pour le service des personnes âgées.

« Les lauréats qui reçoivent ce prix sont des plus grands aux plus petits. Les plus petits pour pointer leur savoir-faire et leur capacité à pouvoir donner des résultats extraordinaires dans des domaines souvent inattendus. » C’est ainsi que le président de l’Institut International de Promotion et de Prestige a présenté le « World distinction award » remis à la Mère générale de la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres. Alain Bernot a expliqué que l’IIPP avait remis divers prix à des organisations ou personnalités internationalement reconnues, comme la Nasa ou le Commandant Cousteau, l’Institut Joliot Curie et le Secours Catholique.

Le prix le plus important de l’IIPP

Cette organisation, fondée en 1961 par Gisèle Rutman, récemment décédée, et André Maurois de l’Académie française, regroupe un millier de personnalités des mondes économiques, politiques et culturels, issues de 80 pays. L’IIPP décerne chaque année des prix dans 4 domaines : économique et industriel, scientifique et technologique, culture et tourisme, et enfin humanitaire et social, secteur dans lequel les religieuses de la famille de sainte Jeanne Jugan ont été distinguées. Étaient aussi présents pour cet évènement : François Loos, ancien Ministre et membre de l’IIPP ; Mgr Emile Marcus, représentant Mgr Pierre d’Ornellas ; et Mme Marie-Hélène Frénoy, Maire de Saint-Pern.

Mère Maria del Monte Auxiliadora est la Mère générale de la congrégation qui est présente dans 31 pays

C’est l’actuelle Mère générale des Petites Sœurs des Pauvres qui a reçu le prix : Mère Maria del Monte Auxiliadora. Mais, symboliquement, elle a aussitôt offert ce prix à cinq Petites sœurs présentes, issues des cinq continents. Une précédente responsable de la Congrégation, Mère Céline de la Visitation, avait déjà bénéficié, en 2007, de la médaille humanitaire de l’IIPP. Une reconnaissance de la société pour l’œuvre des Petites Sœurs qui fait inévitablement penser au prix Monthyon, de l’Académie française, que Jeanne Jugan avait reçu de son vivant, en 1845.

Un contexte difficile pour les personnes âgées

Cette distinction veut mettre en valeur « l’assistance aux personnes âgées » que fournit la congrégation, à la suite de sainte Jeanne Jugan, sa fondatrice canonisée en 2009. En remettant le prix, Alain Bernot a souligné la force de l’engagement des Petites Sœurs de par le monde, dans un contexte difficile, évoquant la pandémie et le désintérêt des sociétés occidentales pour ses anciens. Mère Maria souligne qu’avec le Covid, « les personnes âgées ont tellement souffert dans toutes nos maisons, de par le monde. » Elle ajoute : « Nous ne travaillons pas pour avoir un prix ! Notre prix, c’est le service que nous rendons aux personnes âgées. Mais ce prix sert à dire : les personnes ont une dignité. »

La remise du prix s’est faite en présence de Petites Sœurs, de bénévoles et d’associés de la congrégation, et de personnel de la Maison Mère

Le sujet est d’une brûlante actualité, entre autre en France avec le scandale des Ephad, mais aussi la question de l’euthanasie. « Le pape François nous dit bien que les personnes âgées sont nos racines, pour la foi, la civilisation. » La communauté s’est d’ailleurs impliqué dans la récente consultation pré-synodale afin de partager son expérience et son message.

LIRE AUSSI : l’article sur le site de la congrégation des Petites Soeurs des Pauvres