Diocèse de Rennes

L’enthousiasme du Congrès Mission à Rennes

Près de 2 800 catholiques du Grand Ouest ont répondu à l’appel du Congrès Mission qui s’est déroulé à Rennes du 1er au 3 octobre 2021. Des tables-rondes, des ateliers, des veillées, des temps d’adoration et de confessions ont rythmé ce weekend sur différents sites du centre-ville. Autant de propositions propices à nourrir et revitaliser sa vocation missionnaire.

Une organisation sans faille

Le Congrès Mission s’est régionalisé pour cette 7e édition. Le principe demeure cependant inchangé, que ce soit à Rennes, ou sur les 8 autres sites en France : faire l’expérience de l’Église dans sa diversité, réfléchir ensemble à la manière de vivre sa foi et d’annoncer le Christ dans notre société aujourd’hui. Un défi réussi si l’on en juge par le nombre de participants et leur enthousiasme.

Dès jeudi démarrait l’École des charismes, à la Maison diocésaine de Rennes. Puis vendredi, une journée avec une centaine de prêtres s’est tenue au Foyer de Charité de Tressaint, pendant qu’une journée pour les couples se déroulait à l’église Toussaint de Rennes. Vendredi soir était enfin lancé le rassemblement attirant des catholiques de tout l’ouest de la France, et des parisiens dépourvus cette année de congrès.

LIRE AUSSI : École des charismes : l’Esprit Saint fait des merveilles !

Un village rassemblait à l’école de Notre-Dame du Vieux Cours, au cœur de Rennes, de nombreux stands, une buvette et sa galette-saucisse obligatoire. Sous la pluie ou le soleil, les participants ont sillonnés le centre-ville, plongés dans des échanges passionnés sur leurs engagements respectifs. Les églises rennaises étaient, elles-aussi, transfigurées par un imposant dispositif de son et de lumière, montrant à tous que la joie de la mission est une véritable force de transformation !

Table-ronde « Crises : le temps où Dieu fait toute chose nouvelle ! »

Des tables-rondes pour appréhender les enjeux de la mission

Onze tables-rondes étaient proposées le samedi et le dimanche matin à l’église St-Germain, St-Etienne, l’abbatiale St-Melaine, la cathédrale St-Pierre ou encore au lycée St-Martin. Une heure et demie pour aborder des thèmes de société à l’aune de sa foi et discerner quelle forme d’apostolat est possible, m’est possible.

LIRE AUSSI : Dynamiser sa paroisse par un processus missionnaire

Une trentaine d’intervenants, nationaux, ou locaux (Y. Bucaille, C. Brossolet, E. Le Morhedec, J-F Hutin, E. Hérin, Fr du Pontavice, …) ont abordé des thèmes aussi variés que l’engagement politique ou caritatif, la mission auprès des jeunes ou en paroisse, l’accompagnement du deuil, la mission sur Internet, l’art et le patrimoine, ou encore les crises : le temps où Dieu « fait toute chose nouvelle ».

Présentation d’une initiative missionnaire en milieu rural au cœur de la Bretagne

Des ateliers pour partager des clés concrètes pour la mission

Créer une culture de laboratoire missionnaire, tel est le but des ateliers qui se sont déroulés dans les salles de cours du Collège de N-D du Vieux-Cours. Cent étaient proposés autour de 7 thématiques : société, 0-18 ans, couples, charisme et thèmes divers, paroisse, jeunes, mission. Chacun a fait salle comble ! L’occasion de rencontrer les acteurs d’expérimentations missionnaires dans des contextes extrêmement variés, de glaner des idées, des contacts et de repartir avec l’envie de s’y mettre ! Un atelier spécifique était consacré à la mission de rue, un charisme qui demande à être apprivoisé.

Prière pour les prêtres lors de la messe du samedi matin

Au cœur, l’Esprit Saint

La prière était bien entendu au cœur de la manifestation. Elle irriguait toutes les interventions et les actions mises en avant. Le témoignage de foi l’emportait bien souvent sur les bonnes recettes. Trois veillées ont mis à l’honneur l’Esprit Saint. La chanteuse Marlène a promené son public, guidée par un oiseau bleu (vous avez deviné ?), sa voix chaude et sa musique électronique. Le groupe Ipse worship a partagé avec enthousiasme sa pop-louange comme un chemin vers l’intériorité. Et l’abbatiale Saint-Melaine, animée par le groupe SMOS, accueillait tous ceux qui voulaient vivre une rencontre avec l’Esprit, par la louange, la prière des frères et la prière de guérison.

De la messe d’ouverture, le vendredi soir, présidée par Mgr Laurent Dognin, évêque de Quimper et Léon, à la messe de clôture, un même souffle a traversé les congressistes. Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, dans son homélie de la messe d’envoi, rappelait que la foi est transmission : « Je suis aimé, je suis un enfant de Dieu. Je l’ai découvert par la grâce de Dieu et par des témoins qui sont venus jusqu’à moi et qui étaient un écho de cet amour gratuit. » « Mes amis, demandons les uns pour les autres la grâce d’être habités pas l’Esprit. (…) Nous pouvons demander à sainte Marie et saint Joseph la grâce de l’humilité, de la douceur, de la charité, de la patience, de la miséricorde qui pardonne, la grâce de l’émerveillement, que nous soyons des missionnaires à la lumière de Jésus doux et humble de cœur et qu’ainsi nous puissions témoigner de la grande beauté, divine, de l’être humain créé à l’image et à la ressemblance de Dieu comme homme et femme dans la beauté de la différence sexuée. Prions les uns pour les autres afin que, de plus en plus, nous ayons la soif de vivre dans la docilité à l’Esprit Saint. »

La cathédrale de Rennes pour la veillée du samedi

Approfondir votre lecture