Diocèse de Rennes

Le choc du rapport de la Ciase sur les abus sexuels dans l’Église

Ce mardi 5 octobre 2021, la Ciase (Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Eglise) remettait son rapport à l’Eglise de France. Les chiffres sont « effarants » constate Mgr Moulins-Beaufort, qui « invite les catholiques à lire ce rapport. »

La Ciase : créée en 2018 par les évêques et les congrégations religieuses de France. Financée par ces commanditaires, elle était présidée par Jean-Marc Sauvé, ancien vice-président du Conseil d’État, et constituée de 22 membres bénévoles, 12 hommes et 10 femmes, qui font autorité dans leurs domaines professionnels. Elle a disposé d’un budget de fonctionnement de 3,5 millions d’euros.

Après une introduction d’un membre de la Ciase, qui évoquait la difficile démarche d’écoute des personnes victimes, et une intervention très exigeante pour l’Eglise de François Devaux, fondateur de l’association La parole libérée, Jean-Marc Sauvé a présenté le rapport.

Jean-Marc Sauvé présente le rapport de la Ciase, retransmis en direct sur KTO

Parmi les nombreux chiffres donnés, on retient surtout l’estimation statistique de 216 000 personnes victimes d’abus sexuels commis par des prêtres ou religieux. Il s’agit de personnes vivantes aujourd’hui, agressées en France depuis 1950 alors qu’elles étaient mineures. En ajoutant les victimes de laïcs en mission ecclésiale (par exemple dans l’enseignement catholique et dans les mouvements de jeunesse), « le nombre de victimes passe à 330 000 ».

Autre repère accablant : l’Église est le milieu ou la prévalence des agressions (le pourcentage de risque) est la plus élevée après la famille et l’entourage proche, mais devant l’école, les camps de vacances et le sport.

Le rapport de la Ciase : 485 pages + 2000 pages d’annexes. Fruit de 32 mois de travail : réunions publiques, 243 auditions de victimes, lettres et questionnaires en ligne, archives de 31 diocèses et 15 instituts religieux, archives de la presse, enquête de population sur 28 000 personnes, entretiens avec 11 clercs agresseurs, centaine d’auditions en plénière ou groupe de travail…

Jean-Marc Sauvé a pointé des défaillances dans l’organisation de l’Eglise et présenté succinctement les recommandations de la commission, qui figurent au nombre de 45 dans le rapport.

Sœur Véronique Margron et Mgr Eric de Moulins-Beaufort reçoivent le rapport

« Nous invitons les catholiques à lire ce rapport. »

LIRE LE RAPPORT : https://www.ciase.fr/

Le rapport a ensuite été remis officiellement à Éric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF), et à sœur Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref). Tous deux ont pris la parole, remerciant pour le travail exemplaire de la commission. Mgr de Moulins-Beaufort a exprimé « honte, effroi et détermination » (lire le texte intégral). « Vous les personnes victimes, mon désir est de vous demander pardon. » « Le temps de la naïveté et des ambiguïtés est dépassé. Nous invitons les catholiques à lire ce rapport. » Sœur Véronique Margron a partagé son « infini chagrin, sa honte charnelle » devant « une telle tragédie » évoquant « un crime contre l’humanité du sujet. ».

Le communiqué commun des deux instances, sorti juste après la remise du rapport, annonce : « Nos deux conférences, celles des évêques et celle des religieuses et religieux, vont chacune étudier ce rapport et l’ensemble des 45 recommandations de la CIASE. L’Assemblée plénière des évêques et l’assemblée générale de la CORREF qui se tiendront au mois de novembre permettront d’adopter les mesures qui paraîtront justes et nécessaires en fonction des décisions déjà prises par chacune de nos conférences. »

Approfondir votre lecture