Diocèse de Rennes

Un diacre à la tête de RCF Alpha

Jacques de la Masselière, Samuel Marquet et Maurice Hellec-Thuriau seront ordonnés diacres permanents par Mgr Pierre d’Ornellas le dimanche 1er mai à 15h à la Cathédrale de Rennes. A cette occasion, Maurice Thuriau nous raconte son parcours de foi et répond à l’interview du père Nicolas Guillou.

Difficile de parler de soi mais il est des circonstances qui nous obligent. Salarié de Radio Alpha depuis 35 ans (avant la création du réseau RCF), j’ai pris la direction une semaine avant le premier confinement en 2020.

Originaire d’une commune rurale du Morbihan près de Pontivy, j’ai grandi dans une famille non pratiquante et j’ai toujours été scolarisé à l’école publique. J’ai deux frères et une sœur. Mon père était charpentier et ma mère a tenu un café-épicerie en milieu rural pendant plus de 40 ans. Ce qui m’a permis, étant enfant, de connaître la quasi-totalité des habitants de la commune.

La découverte de la Parole

La lecture du Nouveau Testament à l’âge de 12 ans a considérablement changé ma vie. J’ai découvert la Parole de Dieu et la prière intérieure, avant de rencontrer des groupes de chrétiens, jeunes et moins jeunes, où j’ai vraiment pu partager ma foi. À Rennes j’ai fréquenté le groupe de prière Notre-Dame de Joie, à Saint Augustin, qui avait ouvert le Café La Parole, sur le quai de la Prévalaye. C’est là que j’ai reçu un appel téléphonique pour venir à Radio Alpha en février 1987. Aujourd’hui j’ai 61 ans et je suis célibataire. Je vis à Villejean, un des quartiers populaires de Rennes, et je suis engagé dans la paroisse St-Luc, communauté qui accueille de nombreuses nationalités aux messes du samedi et du dimanche.

Dans le quartier, je préside le Conseil syndical d’un immeuble de 120 appartements sur la dalle Kennedy, et je travaille à tenter de pacifier les relations des résidents avec un environnement marqué par la délinquance.

Interpellation

J’ai été interpellé par l’Équipe pastorale de la paroisse St-Luc en août 2017. Il semblerait que Jean-Christophe, le diacre de St-Luc, ait eu l’intuition de demander à la communauté chrétienne de Villejean-Beauregard d’engager cette démarche. Ma présence au cœur du quartier de Villejean, et mon engagement de plus de 30 ans à la radio, ont donc incité l’Équipe paroissiale à me demander si je voulais bien me mettre en marche vers le diaconat.

Après avoir suivi un chemin de discernement et de formation depuis 2017, avec des week-ends dans les monastères et des soirées en paroisse, j’ai répondu “oui” à l’appel de mon évêque pour servir l’Église en tant que diacre permanent. Je poursuis actuellement ma formation en étudiant la Bible, la philosophie et la théologie. Ordonné célibataire le 1er mai, je m’engagerai ce jour-là à rester dans cet état de vie.

Sens du diaconat

Le sens du diaconat permanent ne consiste pas à participer aux célébrations aux côtés du prêtre mais à être un témoin de la charité au cœur du monde. Il se tient sur le seuil de l’Église représentant tous ceux qui ne sont pas là. À la radio, j’ai toujours été sensible aux réalités humaines marquées par la fragilité. Et dans mon métier de journaliste, je rencontre et interviewe de nombreuses personnalités civiles et religieuses, mais également des personnes en situation de grande précarité. Je collabore notamment depuis des années avec les associations de solidarité bien implantées à Rennes : le Secours Catholique, la Société Valérie de la Masselière, Jacques de la Masselière, Maurice Hellec-Thuriau, Samuel Marquet, Estelle Marquet Saint-Vincent-de-Paul, le Collectif Dignité Cimetière, ATD Quart Monde, la Fondation Abbé Pierre… Le diacre se doit d’être le témoin de la charité au cœur de l’Église et du monde. Et je pense qu’une radio chrétienne se doit d’être à sa manière diaconale !

Le sens du diaconat, c’est aussi plus modestement, de créer de la convivialité à la sortie de la messe du dimanche, en participant aux conversations des uns et des autres, même si la crise sanitaire nous a davantage portés à l’isolement et la distanciation.

C’est également mettre mes compétences professionnelles pour animer une rencontre paroissiale thématique : présentation des forces vives du quartier lors de la visite pastorale de l’archevêque, animer une soirée sur la pédocriminalité ou un autre sujet…

En paroisse, c’est bien évidemment proclamer la Parole au cours de l’Eucharistie en faisant les lectures du jour…et bientôt l’Évangile.

Merci à Mgr Pierre d’Ornellas qui m’a appelé à ce ministère ordonné sans doute trop peu connu dans l’Église, et merci à tous ceux qui m’ont accompagné depuis 5 ans.