La Parole de Dieu du 27 décembre 2020 méditée par… Origène

Origène (v.185-v.253)

Père de l’Église, considéré comme le précurseur de l’exégèse

 

Si tu viens au Temple sous la conduite de l’Esprit, tu trouveras l’Enfant Jésus, tu l’élèveras dans tes bras et tu diras : Maintenant, ô Maître, tu peux, selon ta parole, laisser ton serviteur s’en aller en paix (Luc 2, 29). Et remarque en même temps que la paix s’ajoute à l’affranchissement et à la délivrance ; car Syméon ne dit pas : « je veux m’en aller » ; mais il ajoute : «m’en aller en paix».

Le bienheureux Abraham a reçu, lui aussi, cette même promesse : Toi, tu rejoindras tes pères dans la paix, après avoir vécu une heureuse vieillesse (Genèse 15, 15). Qui peut mourir en paix, sinon celui qui possède la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence (Philippiens 4, 7), et garde le cœur de qui la possède ?…

Mais pourquoi parler des patriarches ? Il s’agit d’aller auprès de celui-là même qui est le prince et le Seigneur des patriarches, Jésus ; ce qui fait dire : Il est préférable de mourir et d’être avec le Christ (Philippiens 1, 23). Il possède Jésus, celui qui ose dire : Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi (Galates 2, 20). Donc, afin que, nous aussi, debout dans le Temple, tenant le Fils de Dieu et le serrant dans nos bras, nous méritions d’être libérés et de partir vers un monde meilleur, prions le Dieu Tout-Puissant, prions aussi l’Enfant Jésus lui-même avec qui nous désirons converser et que nous désirons tenir dans nos bras…

 

galet