Diocèse de Rennes

Tu es essentiel à mes yeux. Ne crains pas. Tu as du prix à mes yeux (Isaïe 43, 1-7)

Inventer de nouveaux chemins…
Nous avons appris par cette pandémie que certaines personnes étaient « essentielles » et d’autres « non essentielles ». Par ailleurs, elle a redonné une juste place, des « invisibles » sont devenus essentiels, alors que des essentiels étaient reclus. La Bible nous dit l’inverse : Tu es toujours essentiel aux yeux du Créateur. « Tu as du prix à mes yeux » (Is 43,1-7).
Oui, nous avons été façonnés pour la gloire de Dieu. Il est un père qui nous porte dans ses bras. Il est fier de nous. Et Dieu nous bénit : « Ne crains pas ». Pour Dieu tu es essentiel car « je t’aime ».C’est l’amour de Dieu qui nous rend essentiel à ses yeux.
     Ne nous trompons pas, tout ce nous mettons pour « glorifier » nos égos, ces supériorités, ces condescendances qui parent nos psychismes internes,  tout cela est de la « balayure » : tout ce qui fait la « jet set », la course au « like », à la notoriété, et même nos habitudes de faire non appelantes…sans délégation. St Paul nous dit « poubelle ». « Ce n’est pas ça le sel de l’évangile ! » et peut-être dénature-t-on involontairement nos communautés (1).
Le sel de la communauté chrétienne, son rôle essentiel, c’est de dire ce message : « Tu as du prix aux yeux du Seigneur » et par le fait même « tu as aussi du prix à mes yeux, je t’aime ».  Comment vivre concrètement pour que ce  frère que nous côtoyons (ou l’étranger au sens biblique) sente ce prix que nous lui accordons ?
Nos communautés sont appelées à être sel de la terre : dire l’amour de Jésus, le vivre ensemble, appeler chacun à prendre une place…Attention, il  y a 3 dimensions dans le « dire » : mettre le sel (la parole) et mélanger le sel (les autres) faire gouter (la relecture), apprendre à d’autres à saler (la mission).  Comment notre regard et notre cœur vont-ils imiter Jésus et redevenir du sel ? Regardons l’appel du publicain Matthieu… Jésus le vit et l’appela…Traduction insuffisante dit notre pape François qui reprend Saint Bède et traduit : Jésus le regarda « en le « miséricordant » et en le « choisissant ». C’est peut-être ça, ce nouveau regard, le sel qui peut renouveler nos communautés : un regard qui enveloppe en miséricorde et en appel. Ce regard nouveau est constitutif de l’eucharistie, l’agenouillement de Jésus devant Pierre qui lui lave les pieds (le miséricordant et le  choisissant).

« Chaque baptisé, chaque participant de l’Eucharistie est appelé à  devenir acteur de l’annonce du Christ auprès de ceux qui l’entourent. Quelle conversion exige cette perspective si fondamentale ! C’est ce qu’on appelle la « conversion pastorale »(2), inséparable de la nouvelle évangélisation ».
Comment vivre et nous entrainer à vivre cette « onction du cœur » pour l’autre ? Comment faire pour que nos communautés balayent la « balayure » qui  nous pare en apparence et dénature ce qu’est venu instituer le Christ ? C’est le « job de l’Esprit Saint qui veut couler sur nous et en nous à la Pentecôte et à chaque instant.
«Le témoignage dans l’histoire n’a jamais été une chose facile tant pour les témoins — très souvent ils paient par le martyre — que pour les puissants». «Témoigner signifie rompre une habitude, une façon d’être : rompre en mieux, changer» cette habitude. «C’est pourquoi l’Eglise va de l’avant au moyen du témoignage» (1)
      Bonne marche vers la Pentecôte, que l’Esprit nous libère de la pandémie et suscite de nouveaux chemins. Père Jean

Sources : 1 – (L’Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n°048 du 27 novembre 2018)
2 – Mgr Eric de Moulin Beaufort, pour aider toutes les équipes des paroisses à entrer en mission, a partagé un document « les 5 essentiels » de la communauté chrétienne. Décapant ! Disponible au presbytère.
3 – Document de la Congrégation pour le Clergé le 27 juin 2020 approuvé du Saint Père