Actualités paroissiales

Jésus nous invite : « Venez à l’écart…et reposez-vous un peu » (Mc 6,31), les 4 et 5 septembre au Prieuré d’Ardevon

Deux jours pour devenir vraiment frères dans le Christ, Lettre Pastorale (Orientation 14).
« C’est par l’Amour mutuel que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples. » Jean 13-35.
« Venez à l’écart » est une affectueuse sollicitude de Jésus. Il comprend de l’intérieur la rudesse de la mission que les siens vivent. Cette scène est une illustration de l’amour compréhensif de Jésus.
Il ne s’agit nullement d’une invitation à l’évasion, mais d’un temps d’arrêt pour revenir à la même mission : différents, renouvelés et capables de nouveaux défis. Après avoir communié à Celui qui est source vive et renouvelée notre manière d’être frères-disciples-missionnaires.
L’écart et le désert, nous avons besoin de cette rupture pour refaire le plein et nous apprécier profondément dans l’écoute de la Parole. Avec humour Mgr Joseph Boishu nous disait à la chapelle Sainte-Anne de Romagné que « dans l’éternité nous serions à côté de celui que nous apprécions le moins… » à voir les grands sourires on devinait que chacun commençait à entrevoir qui serait son voisin d’éternité… !
Dans « La foi n’est pas un bonbon au miel », Luigi Maria Epicoco, prêtre très populaire en Italie, livre ses conseils pour retrouver « une foi qui brûle » : « En dehors de cette relation d’unité aux autres, impossible d’être sauvé. La première chose à faire pour notre renouvellement spirituel, et peut-être pour celui du monde entier, est de nous concevoir comme un corps unique, où notre destin est absolument lié à celui du frère. Il n’est alors plus possible de se penser seul sans penser au bien de son frère. Chaque homme n’est pas responsable uniquement de lui. Il est aussi responsable de ceux qui sont à côté de lui ». Et combien cela est VRAI pour une paroisse !

Cette relation nouvelle dans le Christ va être un des axes de nos 2 jours.

Pères Jean, Philibert & Privat-Serge.

 

 

 

 

 


Premières communions : quel cadeau offrir ?

Il est encore temps de vous rendre au centre de documentation religieuse, Tibiblos, au 73 bd E. Roussin afin de trouver un cadeau qui donnera du sens à la première des communions de vos enfants ou petits enfants, cadeau témoin du cheminement l’enfant ou de l’adolescent, dans sa vie de chrétien.
Vous y trouverez un grand choix de livres, croix, icônes, BD de Saints, signets, cartes, etc.
Tibiblos est ouvert le mercredi après-midi de 15h à 17h30 et le samedi matin de 10h à 12h.


Assemblée paroissiale : samedi 22 juin

de 9h à 12h à Ste Madeleine. Pour la troisième année,les communautés paroissiales de La Visitation,St Gilles et Ste Thérèse se retrouveront pour partager ensemble leur assemblée paroissiale.

 


Veillée de prières pour la Pentecôte

Veillée de prièresveillée pour la Pentecôte (Orientation N° 12 de la lettre pastorale) : louange, adoration, intercession, intercession pour la paroisse et ses jeunes qui font leur Profession de Foi le lendemain. Ste-Madeleine : du vendredi 7 juin à 17h00 au samedi 8 juin à 17h00. Messes de Pentecôte : samedi 8 à ND de Bonabry, 18h00. Dimanche 9 à Saint Léonard, 10h30.

 


Sortie vélo au Mont St Michel

pour les jeunes en préparation à la Confirmation et les grands jeunes
les 30 et 31 mai 2019 (Ascension)

Bulletin de participation à télécharger en cliquant sur l’image et retourner à St Brice sortie vélo mt st michel 30 et 31 mai 2019rennes.catholique.fr/…/sortie_vElo_au_mt_st_michel___programme.pdf


Mois de Mai : mois de Marie

Mois statue Mariede Mai = mois de  Marie
Les mercredis 15, 22 et 29 mai, à la Chapelle St Joseph, de 18h à 18h30 avant l’Eucharistie, prière méditée du Chapelet animée par les membres du mouvement des « Focolari ou Œuvre de Marie ».
Venez nombreux prier notre Mère du Ciel, encouragés par ce qu’elle a dit : « Chers enfants, si vous saviez la valeur de la moindre de vos prières, vous prieriez sans cesse !!!.. »

 


Bouge ta planète

Bouge Ta Planète ! Rendez-vous à 14 h à l’école Jean de La Mennais, pour tous les jeunes de 6 à 18 ans.
Au programme : présentation CCFD et partenaires, grands jeux par tranche d’âge, goûter à 16h30 et messe à Notre Dame de Bonabry à 18h.

 


24 heures pour le Seigneur à Ste Madeleine

Un pauvre crie, Dieu l’entend » Ps 33.
Notre chemin vers le Carême. Un des grands moments de ce chemin : « 24 heures pour le Seigneur », les 8 et 9 mars de 10h le vendredi 8 mars à 12h le samedi 9 mars 2019.

Lancées il y a cinq ans par le pape François, les « 24 heures pour le Seigneur », proposent une église ouverte avec la possibilité d’une prière sous différentes formes, d’adoration et de confession.
Ces 24 heures pour le Seigneur peuvent se décliner dans le choix de chacun au niveau personnel et de ceux qui veulent s’impliquer pour susciter et  accueillir la prière des autres.
C’est faire que chaque mouvement ou service prenne un temps de prière pour son service et son mouvement, pour la paroisse et pour le monde au sein de la prière paroissiale qui se déroule sur 24 heures. Chaque mouvement ou service peut aussi inviter au nom de son mouvement ou de son service, ses membres ou les personnes qu’il accompagne.
Oui, super si le Secours Catholique invite ses amis à un moment de rencontre et de prière qu’il anime. C’est super si la catéchèse invite enfants et parents à un moment de prière, animé par des parents et catéchistes. C’est super si le Comité Catholique contre la Faim invite à un moment de prière et de réflexion pour le « changement du monde et de la finance »… C’est super si les accueillantes viennent déposer leur moment d’accueil et les personnes accueillies… C’est super si le groupe de prière Notre Dame de l’Espérance invite à prier avec lui et à adorer… si le conseil économique vient confier sa gestion des travaux, si les équipes liturgiques confient leur partage d’évangile, la Maîtrise sa fidélité et l’accueil de nouveaux membres…C’est super si chacun vient vivre et fortifier la paroisse !
C’est le Seigneur qui accueille par la paroisse. C’est « sa » paroisse qui nous est confiée, « sa famille paroissiale ». Nous sommes chacun les membres de son corps. De nombreuses paroisses ont fait de ce moment un moment annuel où chacun s’implique…Les conversions viennent de cette fraternité… « Que tous puissent admirer comment vous prenez soin les uns des autres, comment vous vous encouragez mutuellement et comment vous vous accompagnez. » (Joie de l’Evangile, 99).
Tous ensemble, chacun à notre tour, chacun avec notre charisme propre, nous accueillerons une nouvelle fois et concrètement la demande de Notre Dame de Pontmain : « Mais priez donc mes enfants, mon Fils se laisse toucher »…et nous accueillerons ceux que Jésus veut lui-même toucher.

 


Théâtre à Javené les 16 et 17 mars 2019

Pour la 2ème année la paroisse de La Visitation propose une fête du Doyenné avec une pièce de théâtre « Lorsque l’enfant paraît ».
Ecrite par André Roussin de l’Académie Française c’est une pièce qui aborde le sujet de l’IVG et qui au final est une ode à la vie et à la naissance.
A chacun donc de décider si elle peut-être vue par vos enfants qui, en dessous de 12 ans, risquent de s’ennuyer et de ne pas comprendre.
Au plaisir de vous accueillir le samedi 16 mars à 20h, et le dimanche 17 à 15h, à la salle des fêtes de Javené.

A noter : Afin de soutenir la paroisse, une vente de bons gâteaux « maison » sera proposée à la sortie de la messe de 18hà  Notre Dame de Bonabry le samedi 16 mars


Appel aux catholiques de France et à nos concitoyens

À l’heure où nous écrivons, notre pays n’est pas encore sorti de la crise dite « des gilets jaunes » : crise révélatrice d’un malaise très profond et très ancien, qui engendre une grave défiance envers les responsables politiques.

Il serait à coup sûr très dommageable que cette situation délétère se prolonge. Mais chacun sent, plus ou moins confusément, que la sortie de crise sera difficile car les enjeux sont tout autres que conjoncturels : il en va de notre capacité collective d’espérer et de bâtir l’avenir. Comme nous l’écrivions il y a deux ans, « il faudrait être sourds ou aveugles pour ne pas nous rendre compte de la lassitude, des frustrations, parfois des peurs et même de la colère, intensifiées par les attentats et les agressions, qui habitent une part importante des habitants de notre pays, et qui expriment ainsi des attentes et de profonds désirs de changements. Il faudrait être indifférents et insensibles pour ne pas être touchés par les situations de précarité et d’exclusion que vivent beaucoup sur le territoire national »[1].

Nous constatons que notre démocratie manque de lieux d’échange et de réflexion qui pourraient permettre l’émergence à une large échelle de suggestions positives élaborées ensemble. L’affaiblissement de nombreux partis politiques et un recul significatif de l’engagement syndical contribuent à ce déficit. Où nos concitoyens trouveront-ils des lieux appropriés pour ce travail si urgent ?

L’Église catholique dispose d’un maillage de milliers de paroisses, réparties sur l’ensemble de notre territoire et riches de la présence de multiples mouvements, aumôneries et associations de fidèles. Lieu de prière, en particulier liturgique, la paroisse est aussi par nature et par vocation la « maison de famille fraternelle et accueillante » [2] pour tous et la « famille de Dieu, fraternité qui n’a qu’une âme » [3]. À ce moment de notre histoire, nous pouvons le montrer et apporter notre contribution pour aider notre société tout entière à surmonter la crise qu’elle traverse. Sans se substituer aux politiques, l’Église offre un espace pour faire grandir la fraternité.

Notre proposition

C’est maintenant que nos concitoyens ont besoin de débattre entre eux et de disposer de lieux pour le faire.
C’est pourquoi nous vous proposons, dans les semaines à venir, de susciter partout où ce sera possible des groupes d’échanges et de propositions en invitant très largement d’autres personnes, partageant ou non notre foi, qui peuvent être intéressées d’y participer et d’y apporter leurs idées.      

Pour ce travail, à titre de pistes de réflexion, nous vous suggérons les cinq questions suivantes :
1/ Quelles sont selon vous, en essayant de les hiérarchiser, les causes principales du malaise actuel et des formes violentes qu’il a prises ?
2/ Qu’est-ce qui pourrait permettre aux citoyens dans notre démocratie de se sentir davantage partie prenante des décisions politiques ?
3/ Quels sont les lieux ou les corps intermédiaires qui favoriseraient cette participation ?
4/ Quel « bien commun » recherché ensemble pourrait fédérer nos concitoyens et les tourner vers l’avenir ?
5/ Quelles raisons d’espérer souhaitez-vous transmettre à vos enfants et petits-enfants ?

Publié le 11 décembre 2018

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France
Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, président de la CEF
Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, vice-président de la CEF
Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, vice-président de la CE
Mgr Michel AUPETIT, Archevêque de Paris, Mgr Jean-Pierre BATUT, Évêque de Blois, Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez, Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise
Mgr Philippe MOUSSET, Évêque de Périgueux, Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d’AutunMgr Pascal WINTZER, Archevêque de Poitiers

[1] Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, Dans un monde qui change retrouver
le sens du politique
, coédition Bayard-Cerf-Mame 2016, p. 12.

[2] S. Jean-Paul II, Exhortation apostolique Christifideles laici, 1988, n° 26.
[3] Vatican II, Constitution dogmatique sur l’Église Lumen Gentium, n° 28.

Comme Curé doyen, je relaye ces lignes de la commission sociale. En réunion de doyens nous avons pensé bon que les chrétiens qui le désirent puissent se réunir chez eux avec de personnes différentes dans un but d’écoute et de dialogue. Nous avons eu des fraternités synodales. Elles ont porté du fruit dans la lettre pastorale. Nous pouvons entrer aussi dans une participation citoyenne. Une réflexion positive et étayée pourra être remise à nos maires ou à nos élus dans un climat d’amitié.
NB : Ces réflexions peuvent être remontées à votre évêque, votre curé doyen – vos curés pour enrichir le débat.