Diocèse de Rennes

Joseph Hoang Dinh Luong, ordonné diacre le 25 novembre 2017

Joseph Hoang Dinh Luong sera ordonné diacre en vue du sacerdoce, le samedi 25 novembre 2017 à 18h à l’église Sainte-Jeanne d’Arc de Rennes, par Monseigneur Nicolas Souchu.

Il a livré son témoignage dans la revue Eglise en Ille-et-Vilaine.

« Je m’appelle Joseph Hoang Dinh Luong, un nom bien difficile à prononcer pour les français ! J’ai 32 ans et je suis arrivé du Vietnam en France en 2008. Dans mon pays, j’avais fait des études de gestion administrative en entamant un discernement vocationnel avec la fraternité Missionnaire de l’Immaculée. Cadet de la famille catholique et pratiquante, j’ai la grâce d’avoir deux sœurs et quatre frères.

Après deux années de formation religieuse à Lisieux et une année de linguistique à l’université catholique d’Angers, j’ai été envoyé en formation pendant quatre ans au séminaire Saint Jean-Eudes à Caen et j’ai achevé cette formation au séminaire Saint-Yves à Rennes. Ayant quitté la fraternité Missionnaire, dont la reconnaissance canonique tarde à venir, j’ai eu la joie d’être accueilli par Mgr Pierre d’Ornellas dans son diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo. Actuellement, je suis en insertion pastorale à la paroisse Sainte Jeanne d’arc de Rennes, avec des activités tournées particulièrement vers les plus jeunes. Appelé au diaconat en vue du sacerdoce par mon nouvel évêque, je suis désormais heureux de suivre le Seigneur et de servir son Église chez les bretons, en me laissant guider par sa sainte Providence.

La vocation sacerdotale est pour moi une vocation de joie et de grâce. J’ai reçu très tôt cette vocation, dès l’âge de cinq ou six ans et j’ai ensuite cherché à comprendre ce qu’est un prêtre pour moi. Dès lors, le Seigneur m’a séduit et s’est laissé trouver : l’image du prêtre par excellence, c’est Lui-même, Jésus-Christ. Telle est ma joie. C’est Lui qui m’a guidé en France et précisément en Bretagne pour Le suivre car je n’avais pas imaginé ce lieu de mission. Grâce à Lui, j’ai pu l’aimer en réussissant à aimer son peuple dans une langue et une culture différente de la mienne. Maintenant, avec un cœur joyeux j’aimerais dire au Seigneur comme saint Pierre a dit à son Maître : « Seigneur, voici que nous avons tout quitté pour te suivre » (Mc 10, 28). «