Homélie de Mgr d’Ornellas à La Peinière le 16 sept. 2018

Lors de la Messe de rentrée pastorale du diocèse de Rennnes, le 16 septembre 2018 au Sanctuaire de Notre-Dame de la Peinière, Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, a prononcé cette homélie.

A La Peinière, Mgr d’Ornellas invite chaque paroisse à bâtir un projet missionnaire

Isaïe 7, 10-14 ; 8, 10
Psaume : Magnificat, Luc 1, 46-55
Jean 2, 1-12

Mes amis,

Aujourd’hui à Notre-Dame de La Peinière, nous entendons cette phrase de la Bible, tirée du prophète Isaïe, qui parle à chacun d’entre nous : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu. » Il est beau de demander un « signe » qui vienne du Seigneur notre Dieu et il est beau pour chacun d’entre nous, pour toute personne, d’oser demander ce signe. Le prophète le dit de façon tout à fait simple : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu. » Puis il prend les deux extrémités – si je peux dire – « au fond du séjour des morts ou bien sur les sommets ». Quelle que soit la situation de notre vie, que nous soyons sur les sommets de la joie peut-être ou que nous soyons plutôt au fond de la tristesse, qui que nous soyons, il nous est bon d’entendre cette phrase ici, à Notre-Dame de La Peinière : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu. » Et nous le demandons.

La petite statue en bois dorée de Notre-Dame de La Peinière, portée en procession ce 16 septembre 2018

Pas parce que nous manquons de signes mais nous le demandons pour que le Seigneur nous ouvre les yeux de telle sorte que nous voyions les signes qu’Il nous donne. Parce que le Seigneur, dans sa bonté pour chacun d’entre nous, ne cesse pas de nous conduire en nous offrant des signes lumineux de sa présence et de son amour, en nous offrant des signes qui manifestent quelque chose de l’Évangile.

Les serviteurs voient les « signes »

Quels sont ceux qui voient ces signes ? C’est simple, l’évangile selon saint Jean nous le dit. Vous l’avez entendu dans ce passage où nous est rapporté un Mariage à Cana. Marie est présente ainsi que Jésus qui est là. Il y a le changement de l’eau en vin. Personne ne sait d’où vient ce changement mais l’évangile nous rapporte qu’il y a une seule personne qui sait : « Les serviteurs savaient bien eux qui avait puisé l’eau. » Ceux qui savent voir ce changement, ce sont les « serviteurs », ceux qui sont dans une attitude de service les uns pour les autres, ceux qui sont au service de Dieu, au service de l’Évangile, d’une manière ou d’une autre. Ce sont par exemple des « serviteurs » auprès de nos frères détenus, de nos frères et sœurs malades, des enfants dans la famille. Ce sont aussi le serviteur ou la servante auprès de son conjoint, les serviteurs auprès de l’école, dans l’EHPAD où je réside en étant serviteur par la prière. C’est aussi être serviteur dans l’association où je me suis engagé, serviteur dans ma Paroisse d’une manière ou d’une autre, auprès des familles en deuil, auprès des enfants de la Catéchèse, auprès des recommençants, etc… Cela concerne aussi les serviteurs en célébrant l’Eucharistie pour leurs paroissiens. Bref, serviteurs de mille manières de telle sorte que nous ne fassions pas les choses par habitude, parce qu’il faut les faire, mais nous les faisons dans une attitude de service, c’est-à-dire dans une attitude d’amour pour les autres, amour désintéressé patient et fidèle. Voilà les serviteurs !

Et les serviteurs, eux, ils voient bien d’où vient ce vin délicieux. Ce sont eux qui ont servi, car ils ont entendu un appel pour servir et ils se sont mis au service. Pourquoi ? Parce qu’ils ont entendu une parole de Marie, de la Vierge Marie, qui leur a dit : « Faites tout ce qu’Il vous dira. » Et ils ont écouté cette parole de Marie. Marie n’a pas dit : « Moi, je vous dis d’aller puiser l’eau. » Non. Marie, elle, ne nous demande rien. Elle sait bien que le Seigneur, c’est le Seigneur, ce n’est pas elle ! Elle, elle s’est qualifiée dans le Magnificat comme une « humble servante ». Elle est comme nous, elle a compris que toute son attitude qui vient du plus profond de son cœur parce qu’elle est comblée de grâce, c’est d’être une servante et une humble servante.

Participants aux ateliers, le matin du 16 septembre, autour des 7 thèmes de la Lettre pastorale

« Faites tout ce qu’Il vous dira »

Et ainsi, elle peut nous dire : « Faites tout ce qu’Il vous dira. » Elle nous invite à nous mettre à l’écoute de Jésus, de sa parole, elle nous invite à être fidèles dans la prière pour l’écouter, et à devenir des frères et des sœurs avec lesquels Jésus s’est identifié afin de L’écouter à travers leur visage. Vous vous souvenez bien de ses paroles : « J’avais faim et vous m’avez donné à manger, j’étais nu et vous m’avez vêtu, j’étais malade et vous m’avez visité, j’avais soif et vous m’avez donné à boire. » Voilà précisément que le Seigneur Jésus s’identifie à tous ceux et à toutes celles qui crient et qui ont besoin du serviteur.

Mais voilà qu’en les rencontrant, ces plus fragiles nous apportent le Seigneur Jésus. Ce sont eux qui brisent nos cœurs de pierre pour que nous ayons un cœur de chair. Ce sont eux qui ouvrent notre cœur pour qu’en sorte davantage de compassion, davantage d’amour, davantage de délicatesse. Ce sont eux qui nous font grandir.

Et c’est ainsi que nous pouvons tous être des serviteurs et des servantes les uns des autres. Nous sommes tous appelés à accomplir un service et nous l’accomplirons d’autant plus que nous écoutons cette parole de Marie : « Faites tout ce qu’Il vous dira. » Et alors, nous serons surpris comme déjà nous l’avons été dans notre vie. En tenue de service, nous voyons les « signes » de Dieu, de sa Présence, de son amour. Oh pas dans de grandes choses ! Parfois dans une attitude, dans un regard, dans un sourire, nous voyons cette présence de Dieu, nous voyons le « signe » qui nous parait lumineux. Pourquoi ? Parce que nous avons le regard ouvert grâce à notre attitude sincère de service. Alors, nous découvrons la beauté – beauté extraordinaire – qui nous est offerte dans le visage d’un frère, d’une sœur, dans une attitude, une parole, un regard, un sourire, que sais-je.

Chapelet et envoi devant la chapelle du sanctuaire

Mes amis, dans notre Diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, je vous assure qu’il y a beaucoup de « signes » que le Seigneur nous donne dans la qualité de la charité vécue vraiment et humblement. Oui, dans notre diocèse, nous sommes une famille – « la famille de Dieu » – où nous sommes tous frères et sœurs les uns des autres pour nous entraider à servir fraternellement. Nous le ferons d’autant plus que nous écoutons le Seigneur Jésus, grâce à la prière, à la méditation de la Parole de Dieu, à notre participation à l’Eucharistie et au sacrement de la Réconciliation. Comme des humbles, nous demandons à chaque fois au Seigneur Jésus : quel est le service que tu veux que je rende ? Augmente en moi l’amour pour que je puisse aimer en vérité, en étant un serviteur ou une servante.

Fortifiés dans la joie de servir avec amour

Alors, dans cette attitude de service, voici qu’apparaissent à nos yeux les « signes » du Royaume de Dieu, la beauté de l’Évangile qui est vécu en chair et en os par quelqu’un. Oh oui, ces « signes » nous fortifient dans la foi, dans l’espérance, dans la joie de croire et nous donnent de plus en plus envie d’être, comme dit le pape François, des « disciples-missionnaires ». Ces « signes » ne font pas de nous des chrétiens fiers. Ils nous appellent avec beaucoup de paix et de douceur à nous engager davantage pour servir encore, avec fidélité.

À la manière de celles et ceux que nous voyons sur les nouvelles banderoles représentants les saints qui sont présentés dans la Lettre Pastorale, nous voulons servir. En regardant leur vie, nous les voyons tous servir. Parmi toute cette panoplie de saints, je voudrais nommer simplement Léontine Dolivet qui a servi pendant plus de 40 ans en étant humblement catéchiste pour les garçons de la paroisse. Pendant 40 ans, parfois découragée, parfois attristée ! Mais voilà que dans sa prière elle recevait du Seigneur Jésus une parole d’envoi pour aller faire la catéchèse ! Comme elle est belle cette Léontine ! Puisse-t-elle nous aider à voir les « signes » et à remercier Dieu. Puisse-t-elle nous aider à être dans l’action de grâce en voyant l’immense amour de Dieu à travers les signes qu’il nous donne.

Visitez le site de Léontine Dolivet : www.leontinedolivet.fr

Oui, mes amis, dans notre diocèse, soyons heureux, ici à Notre-Dame de La Peinière, d’écouter le Seigneur Jésus, de Le prier et d’aller servir à sa manière à Lui pour mieux découvrir sa présence et son amour, grâce aux « signes » qu’Il nous donne dans les services accomplis avec amour. Soyons heureux d’entrer de plus en plus dans la joie de croire, dans la joie d’être des « disciples-missionnaires », dans la joie d’annoncer l’Amour de Dieu, dans la joie d’être témoins de cet amour auprès de tant d’hommes et de femmes, d’enfants et de jeunes qui l’ignorent. Oui, que c’est beau d’être tous ensemble un « Peuple de Dieu », une « famille de Dieu » heureuse de rendre témoignage à l’Amour de Dieu. Oui, il est beau d’être tous ensemble des « disciples-missionnaires » qui s’aiment les uns les autres pour aller en vérité aimer les autres, leur parler de Dieu et leur dire que, eux aussi, ils sont aimés de Dieu.

Que Notre-Dame de La Peinière prie pour chacun de nous et nous obtienne la grâce d’entendre sa parole : « Faites-tout ce que Jésus, mon fils, vous dira. »

Mgr d'Ornellas_©Michel Ogier

Mgr d'Ornellas © Michel Ogier

Monseigneur Pierre d’Ornellas
Archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo,
Pour la Cef : Membre du Comité Études et projets
et responsable du Groupe de travail "Bioéthique"