Une lettre de Mgr d’Ornellas pour le Dimanche de la Parole

A l’occasion du Dimanche de la Parole de Dieu, qui a lieu pour la 1re fois le dimanche 26 janvier 2020, Mgr Pierre d’Ornellas écrit une lettre aux catholiques de son diocèse. Il y livre une courte méditation sur le contenu de la Bible et le rôle de l’Esprit Saint qui « ouvre nos cœurs à la beauté et à la puissance pleine de douceur de la Parole de Dieu ».

VOIR AUSSI : Bonne résolution 2020 : « nous familiariser davantage avec la Bible »

« Ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. Oui, dans la joie vous partirez, vous serez conduits dans la paix. » Isaïe 55,11-12

« Ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route. » Psaume 118,105

« Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! » Luc 11,28

En vous écrivant, je pense à toutes celles et à tous ceux qui se nourrissent de la Parole de Dieu, seul ou en fraternité ou encore dans les Équipes liturgiques. J’en rends grâce à Dieu. L’Écriture Sainte est un trésor tellement inépuisable ! Nombreux sont ceux qui, dans un verset, trouvent une goutte d’eau cristalline qui les désaltère, les console et les réjouit.

Pour nous encourager, le pape François a institué le « Dimanche de la Parole », le troisième dimanche du Temps Ordinaire de la liturgie. Cette année, ce sera le 26 janvier prochain.

Pourquoi ce « Dimanche de la Parole » ? Le Pape veut mettre le projecteur sur ce grand don fait à l’Église : la Parole de Dieu ! Il écrit : « Le Christ Jésus, à travers l’Écriture Sainte, frappe à notre porte ; si nous écoutons et ouvrons la porte de notre esprit et celle de notre cœur, alors Il entrera dans notre vie et demeurera avec nous. »

Le Pape rapporte une affirmation de saint Jérôme, le grand amoureux et traducteur de la Bible : « Ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ. » Or, le Christ ressuscité est présent et agit dans les sacrements. Ainsi, l’écoute des Écritures, qui nous Le fait connaître, est liée à tout sacrement.

Oui, plus nous recevons la Parole de Dieu, plus nous sommes « chrétiens », disciples du Seigneur Jésus. Plus nous nous laissons transformer par elle, plus nous devenons ses « témoins », c’est-à-dire des « disciples-missionnaires ». Plus nous en faisons notre nourriture quotidienne, moins nous sommes victimes d’idéologies diverses et plus nous grandissons dans « l’amour qui supporte tout, fait confiance en tout, espère tout ». Amour qui grandit dans nos familles, amour fraternel qui fortifie nos communautés, amour qui nous pousse vers chaque personne en fragilité.

Ce « Dimanche de la Parole » est une occasion propice pour retrouver le goût de lire ou d’écouter la Parole de Dieu. Quelle que soit notre mission, notre place ou notre lien dans l’Église, pratiquant, recommençant, catéchumène, consacré(e), ministre ordonné, nous voilà interpellés par le Pape : que fais-tu de la Parole de ton Dieu ? Sais-tu qu’elle est un trésor sans prix pour toi ? Et aussi pour ta communauté ?

Quels dons que l’Ancien et le Nouveau Testament !

Souvenons-nous de cet enseignement du Concile Vatican II : « Dans les Saints Livres, le Père qui est aux cieux vient avec tendresse au-devant de ses fils et entre en conversation avec eux ; or, la force et la puissance que recèle la Parole de Dieu sont si grandes qu’elles constituent, pour l’Église, son point d’appui et sa vigueur et, pour les enfants de l’Église, la solidité de leur foi, la nourriture de leur âme, la source pure et permanente de leur vie spirituelle. »

Afin d’exprimer leur foi en Jésus-Christ, les Apôtres se sont nourris des livres de l’ANCIEN TESTAMENT. Jésus lui-même les cite souvent. « C’est pourquoi, enseigne encore le Concile, les fidèles du Christ doivent les accepter avec vénération : en eux s’exprime un vif sens de Dieu ; en eux se trouvent de sublimes enseignements sur Dieu, une sagesse salutaire au sujet de la vie humaine, d’admirables trésors de prières ; en eux enfin se tient caché le mystère de notre salut. »

Les ACTES DES APÔTRES ET LEURS LETTRES – PAUL, PIERRE, JACQUES, JUDE, JEAN – sont indispensables : ensemble ils exposent le mystère du Christ dans la vie des communautés chrétiennes pour le salut du monde. Mais, ajoute le Concile, « il n’échappe à personne qu’entre toutes les Écritures, même celles du NOUVEAU TESTAMENT, les ÉVANGILES possèdent une supériorité méritée, en tant qu’ils constituent le témoignage par excellence sur la vie et sur la doctrine du Verbe incarné, notre Sauveur. » Pour mieux les recevoir, l’Ancien Testament donne une lumière indispensable. C’est pourquoi la Première Lecture de la Messe est très souvent un passage de cette partie de la Bible qu’on pourrait appeler le Premier Testament.

Parmi les écrits de ce Premier Testament, le LIVRE DES PSAUMES est souvent cité par Jésus. Il meurt en les priant. Il avait coutume de les psalmodier au Jardin des Oliviers, à la Synagogue, au Temple. Pour nous aussi, les psaumes nous aident à prier. Plusieurs sont d’ailleurs mis en chant. À chaque Eucharistie, en réponse à la Parole du Seigneur écoutée, l’Église nous invite à louer Dieu grâce à un psaume.

Écoutez le pape Benoît XVI : « Spontanément vient à l’esprit le Livre des Psaumes, dans lequel Dieu nous donne les paroles avec lesquelles nous pouvons nous adresser à Lui, Lui présenter notre vie dans un colloque avec Lui, transformant ainsi la vie-même en un mouvement vers Dieu. Dans les Psaumes, nous trouvons toute la gamme des sentiments que l’homme peut éprouver dans son existence et qui prennent place avec sagesse devant Dieu : joie et douleur, angoisse et espérance, peur et anxiété. »

Avec quelle gratitude nous devons recevoir la Parole de Dieu ! Avec quel amour nous pouvons lire l’Écriture Sainte en la méditant et en la laissant descendre en nos cœurs ! Avec quelle confiance nous avons à chanter les Psaumes ! Ne les omettons pas dans notre vie chrétienne.

Écoutons une dernière fois un bel enseignement du Concile Vatican II : « L’Église a toujours vénéré les divines Écritures, comme elle le fait aussi pour le Corps même du Seigneur. »

Viens Esprit Saint !

Au début, la lecture de l’Écriture peut paraître difficile. Mais assez vite, chacun trouve une perle précieuse dans un verset, dans un mot. Comme si ce bref passage de la Bible était une parole que Dieu nous adresse et qui nous touche dans les profondeurs ! Avant de la lire, invoquez l’ESPRIT SAINT avec confiance. C’est Lui qui ouvre nos cœurs à la beauté et à la puissance pleine de douceur de la Parole de Dieu. Peu à peu vient alors l’estime du silence rempli d’une Présence amie, celle de Dieu et de sa Paix.

« L’Esprit Saint, écrit le pape François, agit chez ceux qui se mettent à l’écoute de la Parole de Dieu. […] Tout le texte sacré possède une fonction prophétique : il ne concerne pas l’avenir, mais l’aujourd’hui de celui qui se nourrit de cette Parole. »

Mes amis, je me réjouis de cette initiative du pape François. Comme je vous y ai invité dans la Lettre Pastorale Afin que vous débordiez d’espérance, lisez et écoutez avec attention l’Écriture Sainte. Des propositions diverses sont faites sur la radio RCF Alpha ou sur Internet. Elles facilitent ce temps de lecture ou d’écoute. Si vous le pouvez, allez rejoindre une fraternité où l’on partage avec d’autres le trésor des Saintes Écritures. Cherchez-y le visage de Dieu. Puisque vous êtes ses enfants, vous y trouverez une nourriture pour vivre comme tels en ce monde, dans votre famille, là où vous êtes.

MERCI aux prêtres, aux diacres, aux catéchistes, mais aussi à toutes celles et à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre en particulier dans l’accompagnement vers les sacrements, s’engagent pour transmettre cet amour brûlant de Dieu sans cesse redécouvert grâce à la méditation priante de la Bible.

Nourris par la Parole de Dieu, nous entrons avec plus de joie dans la fraternité de l’Église ; nous savons de plus en plus avec le cœur que Jésus nous réunit dans la même prière qui vient des Évangiles de saint Matthieu et de saint Luc : « Notre Père, qui es aux Cieux… »

À Lui la gloire, Lui qui, dans les livres saints, vient au-devant de nous, ses enfants, pour converser avec tendresse dans nos cœurs !

Rennes, le 13 janvier 2020
+ Pierre d’Ornellas
Archevêque de Rennes

Mgr d'Ornellas_©Michel Ogier

Mgr d'Ornellas © Michel Ogier

Monseigneur Pierre d’Ornellas
Archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo,
Pour la Cef : Membre du Comité Études et projets
et responsable du Groupe de travail "Bioéthique"