Diocèse de Rennes

Parole de l’Évêque – La sérénité grâce à la Parole de Dieu

Paru dans Église en Ille-et-Vilaine n°321 – Septembre 2020

Sans doute devons-nous nous habituer à trouver la sérénité en ce temps où on nous dit que le Covid-19 continue de circuler avec une propagation qui risque de croître. En vérité, nous sommes invités à la sérénité et à partager cette sérénité aux autres. Oui, nous sommes appelés à la contamination de la sérénité ! Puisse cette contamination-là grandir ! Que la sérénité soit diffusée pour que chacun, petits et grands, bien portants et malades, aussi bien en famille, à l’école, au travail ou en EHPAD.

Pour cela laissons la sérénité habiter en nous-mêmes ! Cherchons-la au fond de nous. Partageons en famille ou avec des amis pour la trouver. Allons aux lieux où nous pouvons la voir grandir en nous. Dieu est source de paix et de sérénité.

Quels sont ces lieux ? Les chrétiens les indiquent quand ils répondent au questionnaire sur ce qu’ils ont vécu pendant le confinement et le déconfinement progressif. Vous trouverez dans le dossier d’Église-en-Ille-et-Vilaine des témoignages.

Pour ma part, je retiens ici une tonalité forte qui ressort des réponses. Privés de la célébration de l’Eucharistie pendant deux mois, des chrétiens ont redécouvert la Parole de Dieu. « Pas d’Eucharistie tous les dimanches ! J’ai donc répertorié les moyens de communier qui étaient à ma portée : 1-La nature, 2-La fréquentation de la Parole de Dieu dans les Écritures, 3-L’autre quand il me rend visite en m’apportant les courses ou quand il me demande de prier quelques minutes avec moi. »

Bien d’autres expressions de ce genre jalonnent les réponses. Pour donner des exemples, j’en cite seulement quelques-unes : « J’ai recommencé à lire la Bible », écrit l’un d’entre eux alors qu’un autre témoigne qu’il a « redécouvert la prière, la méditation, la Bible ». Un autre parle de son « envie de changer : être plus attentif à la Parole de Dieu », tandis qu’un chrétien fait part de « quelques partages avec des amis proches sur la Parole de Dieu ». Il faudrait donc « relire, méditer, prier et partager la Parole de Dieu avec d’autres », souligne quelqu’un. Plusieurs reconnaissent que ce fut « stimulant : du temps pour réfléchir davantage sur la Parole de Dieu », que « la Parole de Dieu a été pour moi plus proche, plus vivante en cette période de Pâques notamment », que « j’ai une soif d’approfondir et de me nourrir de la Parole de Dieu. » C’est ainsi qu’est exprimé un « désir de vivre des rencontres fraternelles autour de la Parole de Dieu ».

Voilà un bel encouragement !

Dans l’Orientation n. 32 de la Lettre pastorale Afin que vous débordiez d’espérance, j’exprimais mon souhait : « Je souhaite que se répandent des « fraternités de la Parole » dans tout le diocèse. » Je sais que des « fraternités » se réunissent régulièrement pour partager et prier autour de passages de l’Écriture Sainte. Je m’en réjouis et je vous encourage à continuer.

J’encourage d’autres à se mettre dans une « fraternité » pour vivre ces moments si riches de fraternité autour de la Parole de Dieu : là chacun est accueilli tel qu’il est, aimé par Dieu, à l’écoute de sa Parole. Le partage permet d’en recevoir une lumière plus ample que sa seule petite lumière personnelle.

Un livret a été composé. Il nous aide à entrer dans les psaumes. Ils sont 150 dans la Bible. À chaque Eucharistie, l’Église nous invite à en prier un. Divinement inspirés et écrits il y a plus de 2 000 ans, ils ne sont pas du passé. Jésus les a priés. Chacun peut y trouver les sentiments de sa prière quand il est heureux ou désespéré, aride ou confiant.

La Parole de Dieu est inépuisable ! Elle nous aide à prier, à espérer et à aimer. Demandez à l’Esprit Saint d’ouvrir votre cœur à la Parole de Dieu. Je vous souhaite de belles « fraternités de la Parole » !