Diocèse de Rennes

Chapitre 4 : Sur Guipry-Messac

Dans ce chapitre 4, nous restons sur le territoire de Guipry-Messac. Quelques sites religieux y sont fort attachants, que ce soit la chapelle templière de XIIIe siècle à la Coëfferie (privée), la chapelle de Notre-Dame de Bon Port en Guipry ou l’église des Saints Abdon et Sennen à Messac, mieux ancrée dans l’histoire que sa voisine de Guipry. Nous pouvons y joindre le site médiéval de Baron et l’insolite intrusion de la Bretagne finistérienne à l’office de Tourisme.

La chapelle templière de la Coëfferie en Messac

Non loin du château de Bœuvres, cette chapelle se visite lors des journées du patrimoine. Ce monument exceptionnel chez nous a sensiblement la même forme que la chapelle de Saint-Jean d’Épileur, mais il est plus ancien. Il remonte aux Templiers, sans doute vers 1200. Après 1312, les Hospitaliers lui ajoutèrent une chapelle au sud. Le manoir voisin, bien enclos, fut rebâti au XVIIe, quand la Coëfferie supplanta le Temple de Carentoir. Certes, la chapelle a souffert de sa transformation en grange et de la perte de son clocher-mur mais elle a gardé son âme d’origine. Difficile d’y rester insensible.

Vue générale de la Coëfferie, intérieur de la chapelle templière et lancette axiale en partie bouchée

Le site de Baron

Par le pont Saint-Marc du nom d’une chapelle dont il reste la charpente du XVe siècle, nous repassons dans l’ancien diocèse de Saint-Malo. Le site de Baron, avec son étang et sa motte contrôlant la Vilaine, nous rappelle qu’au temps des églises de pierre les châteaux étaient encore de terre et de pieux. Bonne nouvelle : la motte féodale qui contrôlait la Vilaine va être nettoyée.

L’étang de Baron

L’église Saint-Pierre de Guipry

L’église de Guipry est intéressante à comparer avec celle de Messac : elle a les mêmes éléments, mais souvent d’époques différentes. La tour d’axe, de la fin du XVIIIe siècle, a une couverture toute neuve. La nef et les bas-côtés, romans semble-t-il, ont été reconstruits vers 1930 avec des vitraux de Bonneville (Depais, architecte) mais offrent au sud une porte médiévale en grès surmontée d’un Saint Michel. Le chœur, resté roman, est flanqué de deux chapelles plus récentes et conserve un retable de tuffeau.

L’église de Guipry

La chapelle Notre-Dame de Bon-Port

La chapelle N.-D. de Bon Port (1644), généreusement restaurée, est priante et toujours ouverte. C’est une chapelle de manoir, avec une entrée publique qui dût servir à bien des mariniers. Ses vitraux ont 20 ans.

Chapelle Notre-Dame de Bon Port

Vue panoramique de l’intérieur de la chapelle Notre-Dame de Bon port

L’Office de Tourisme de Messac

Passé le pont sur la Vilaine, il faut apprécier à l’Office de Tourisme l’accueil de Morgane et le salon des Lucas (de Fouesnant), décoré vers 1900 par Théophile Deyrolle, un peintre de Paris qui adopta le Finistère sud.

À l’Office de Tourisme, Messac

L’église Sts-Abdon-et-Sennen

Du côté de la mairie, l’église semble du XIXe mais derrière la façade de Langlois et Regnault se cache une église d’origine romane avec, entre autres, dans l’abside le retable de 1679 le plus complet que nous ayons. Jésus enfant, adolescent puis crucifié remplit l’axe, tandis que sur les côtés se superposent les Évangélistes, les Martyrs, puis les Évêques. Ses auteurs : Mathurin Thé, René Frémont et Martin Morillon.

Église Sts-Abdon-et-Senen

Autel du Rosaire dans le transept gauche