Il est bon de parler de spiritualité pour définir le souffle qui habite l’hospitalier(ère) dès la première année rendant service aux plus petits.

Beaucoup s’inscrivent tout d’abord pour servir les personnes à mobilité réduite et découvrent peu à peu la grande famille qu’est l’Hospitalité. En même temps, chaque pèlerinage effectué est l’occasion d’enrichir sa foi sur les pas de Bernadette en approfondissant le message de Lourdes à l’aide de chaque thème d’année.

A Lourdes, l’Eglise a reconnu les dix-huit apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous, c’est là l’essentiel du message. Ces apparitions constituent une véritable catéchèse du cœur s’adressant à tous : signe de croix, conversion de nos égoïsmes, découverte de l’Eucharistie, processions avec des croyants des quatre coins de la planète, service auprès des blessés de la vie, …

Ces 18 apparitions forment le message de Lourdes, elles nous renvoient à notre vie quotidienne en nous demandant d’être des témoins contagieux du Christ, des chercheurs de Dieu et de sens.

Etre hospitalier(ère) est une mission de chaque moment de respect et d’attention à toute personne à l’exemple de la Vierge Marie ayant considéré Bernadette comme une personne à part entière et non pas une des plus pauvres de l’époque. Cela peut nous paraître inaccessible, voici donc quelques repères qui nous aiderons à faire le pas.

Lourdes: une École de la Rencontre

Lourdes, une école de la rencontre entre deux personnes différentes : la Vierge Marie et Bernadette. Chacune est une relation interpersonnelle, un apprivoisement comme celle entre Marie et Bernadette. Marie nous donne les clés pour cette rencontre. Et les fruits de nos rencontres découlent de celle de Marie et de Bernadette

Se mettre à la hauteur de l'autre

La peur nous habite lorsque l’on vient en tant qu’hospitalier (la peur de faire mal, de faire de la peine, …). Il est bon de dépasser nos peurs pour ne pas laisser l’autre dans l’isolement … Essayer d’aller au-delà des apparences.

La Vierge Marie, de même taille que Bernadette, se met à sa hauteur pour lui parler.

Utiliser un langage simple, adapté à la personne que nous accompagnons, cela facilite le dialogue, la qualité de la relation.

« Elle me regardait comme une personne »

Bernadette, lorsqu’elle parle de Marie, dit « Elle me regardait comme une personne qui parle à une autre personne ».

Parfois des personnes expriment peu de réaction, nous pouvons la regarder ou non. Souvent on préfère s’adresser à l’hospitalier au lieu de s’adresser à la personne accompagnée. Savoir privilégier cette rencontre et être totalement présent à l’autre, sans pour cela éprouver de la pitié.

La rencontre: un échange.... un regard ...

Dans une rencontre, ce qui est le plus dur c’est l’indifférence. Se détourner du regard de l’autre. Le toucher c’est le langage des tous petits, des personnes âgées, de ceux qui ne voient plus. Le respect réciproque, c’est important. La rencontre c’est aussi apprendre à garder la juste distance au niveau affectif.

« Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant 15 jours ? »

L’invitation que Marie fait à Bernadette, fait écho à cette parole de Jésus : « Venez à moi vous tous qui peinez… » (Matthieu 11, 28). En tant qu’hospitalier, notre rôle est d’abord d’accompagner la personne là où elle veut aller sans décider à sa place. Nous sommes à son service. Au travers de sa demande qui ne correspond pas forcément à nos désirs, nous répondons à un appel du Seigneur.

Prier ensemble: un échange

Lors des célébrations, si l’on n’est pas côte à côte, on peut se dire « Nous prions l’un pour l’autre là où nous sommes » c’est la dimension communautaire de la foi qui n’est pas toujours vécue par la personne handicapée ou âgée.

La foi de la personne que nous accompagnons peut nous étonner !

« Je vais prier pour vous », une expression que nous employons très souvent. Mais l’on pourrait ajouter « Est-ce que vous voulez bien prier pour moi ?». La Vierge Marie a prié avec Bernadette.

« Je vais prier pour vous » ; Merci de prier pour moi, nous pouvons jusqu’à aller prier ensemble dans des temps libres devant la grotte, à la chapelle de l’adoration, dans la prairie, …

Je ne vous promets pas d’être heureuse de ce monde…

C’est ce que  Marie dit à Bernadette.
Savoir se rencontrer en vérité… Si possible ne jamais promettre ce que nous ne pourrons pas tenir (rester humble et réaliste, notre vie continue ailleurs). L’important ce n’est pas de promettre mais de faire. Emporter avec nous ce que nous vivons à Lourdes pour le vivre chez nous, c’est cela aussi le sens de Lourdes.

Changer notre rythme

Savoir se mettre au rythme de celui que nous servons. Quand nous accompagnons une personne âgée ou malade, le facteur « temps » change.

Le rapport au temps va se ralentir pour nous hospitaliers, en tant que personnes valides.

L’écoute et la présence

La Vierge est apparue à Bernadette parfois sans rien dire au cours d’une apparition silencieuse.

Le silence et la présence à l’autre sont souvent le plus grand cadeau que l’on puisse faire à la personne malade, car il arrive parfois que la parole fatigue. Le silence donne une présence.

Ce n’est pas toujours faire qui est important mais offrir de sa présence à l’autre.

Nous qui sommes beaucoup dans la culture de l’action et du faire, acceptons à Lourdes d’être aussi présence à l’autre. Parfois même présence silencieuse et impuissante comme la Vierge Marie au moment de la Passion de Jésus.

Hospitalité diocésaine Rennaise Notre Dame de Lourdes

Bureau des Pèlerinages
1 rue du Père Lebret
35000 Rennes
02 99 14 44 57
peles.dioc35@wanadoo.fr