Diocèse de Rennes

Parole de l’Évêque – Soyons amis de la paix

Paru dans Église en Ille-et-Vilaine n°339 – Avril 2022

En ce temps de guerre sur le sol européen, il est urgent de méditer sur la paix. Comme l’a souligné le pape François, la paix est artisanale. Elle se construit jour après jour. Elle a besoin d’artisans qui se mettent à son service. Jésus, qui a été vu par les prophètes comme le « Prince de la Paix » (Isaïe 9,5), appelle tous les hommes à devenir des artisans de paix. En voyant les foules, il proclame les Béatitudes qui se terminent par la plus haute : « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu. »

Pour méditer sur la paix, il est bon de revenir au grand texte fondateur que saint Jean XXIII a donné aux catholiques et à tous les hommes de bonne volonté : Pacem in terris (Paix sur la terre). Plus précisément, Jean XXIII écrit un texte « sur la paix entre toutes les nations, fondée sur la vérité, la justice, la charité, la liberté ». Voilà les quatre piliers de la paix ! Ainsi, être artisan de paix ou désirer l’être, c’est œuvrer dans le sens indiqué par chacun de ces piliers.

Écoutons Jean XXIII. Après avoir énuméré « les droits et les devoirs » de chaque personne humaine, il continue : « Voilà pourquoi une société n’est dûment ordonnée, bienfaisante, respectueuse de la personne humaine, que si elle se fonde sur la vérité, selon l’avertissement de saint Paul : « Rejetez donc le mensonge ; que chacun de vous dise la vérité à son prochain, car nous sommes membres les uns des autres. » (Éphésiens 4,25) Cela suppose que soient sincèrement reconnus les droits et les devoirs mutuels. Cette société doit, en outre, reposer sur la justice, c’est-à-dire sur le respect effectif de ces droits et sur l’accomplissement loyal de ces devoirs ; elle doit être vivifiée par l’amour, attitude d’âme qui fait éprouver à chacun comme siens les besoins d’autrui, lui fait partager ses propres biens et incite à un échange toujours plus intense dans le domaine des valeurs spirituelles. Cette société, enfin, doit se réaliser dans la liberté, c’est-à-dire de la façon qui convient à des êtres raisonnables, faits pour assurer la responsabilité de leurs actes. »

Pour méditer sur la paix, il est bon aussi que les croyants se tournent vers Dieu pour implorer le don de la paix. En effet, Dieu est ami de la paix. Nul ne peut invoquer Dieu pour justifier la violence. Saint Jean-Paul II l’a précisé avec grande force, allant jusqu’à dire que c’était un blasphème d’utiliser le saint nom de Dieu pour recourir à la violence.

La Bible ne cesse pas d’évoquer la paix comme don et désir de Dieu, comme si Dieu ne pouvait pas faire autre chose que donner la paix. Je ne citerai ici que quelques psaumes car ils reflètent ce qui habite au plus intime du cœur du Peuple hébreu. Ils ont été priés par Jésus et par tant de saints et de saintes devenus amis de la paix !

« J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles » (84,9) « Appelez le bonheur sur Jérusalem : « Paix à ceux qui t’aiment ! Que la paix règne dans tes murs, le bonheur dans tes palais ! » À cause de mes frères et de mes proches, je dirai : « Paix sur toi ! » » (121,6-9)

Enfin, cet autre psaume est important : « Grande est la paix de qui aime ta loi. » (118,165) Il souligne une caractéristique majeure des artisans de paix : ils ont le cœur en paix pour pouvoir faire la paix ; leur cœur est rempli de la présence de Dieu et de sa loi d’amour et de vérité qui pardonne et rend libre. Qu’ils sont « heureux », ces artisans de paix !

Rien n’est plus grave et contradictoire que de vouloir faire la paix en ayant le cœur rempli de violence et d’orgueil ! Comme elle est illusoire et superficielle la prière pour la paix chez celles et ceux qui refusent d’être bons et de s’ouvrir humblement à l’accueil de l’autre comme un frère !

Notre prière à Dieu par l’intercession de Marie, Mère au Cœur immaculé, pour obtenir la paix, est d’autant plus précieuse que nous nous engageons à faire la paix là où nous vivons, dans nos relations de chaque jour. Quelle beauté que celle des artisans de paix !