Diocèse de Rennes

Léontine Dolivet : Catéchistes, appelés à la sainteté

Dans son exhortation Gaudete et Exsultate le Pape François nous invite à choisir de devenir saints, qui que nous soyons. Il nous présente un chemin de simplicité et de joie que nous pouvons aborder sans peur et sans timidité puisque c’est le chemin du bonheur en Dieu. A la lecture de cette exhortation, je me suis dit que là, Léontine Dolivet nous précède de manière admirable, spécialement nous, catéchistes dont elle est si proche. Aussi je vous propose de lire ce qu’elle nous dit en écho à la parole du Pape François.

Marie-Anne Boever, Postulatrice – Fiche n°10 – Télécharger le PDF

Dans ces pages, nous nous appuierons sur certains passages du premier chapitre de cette exhortation apostolique (GE) et nous nous laisserons accompagner par Léontine. Toute sa vie a été motivée par le désir de correspondre à l’attente de Dieu sur sa vie et son apostolat. Nous pourrons y glaner des conseils, des idées, des encouragements, des motifs d’émerveillement et d’action de grâce.

Lire l’exhortation apostolique Gaudete et Exsultate

GE 14 : « Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve. »

Les carnets de Léontine Dolivet : « Comme autrefois les mères de Galilée, je réclame de Celui qui aime tant les « petits » une bénédiction pour mes chers enfants, une bénédiction féconde qui éclaire leur intelligence et allume dans leurs jeunes cœurs le feu du divin amour, et pour les catéchistes je demande ardemment la sainteté, la ressemblance avec Vous, divin Jésus, qui êtes le Modèle par excellence des Apôtres, cette ressemblance : âme de tout apostolat. (1916) »

GE 19 : « Pour un chrétien, il n’est pas possible de penser à sa propre mission sur terre sans la concevoir comme un chemin de sainteté, car voici quelle est la volonté de Dieu : c’est votre sanctification. »

« Abnégation, sacrifice. Sanctifions-nous avant de sanctifier les autres. Que ma vie soit donc, par votre grâce, ô mon Dieu, une vie de prières, d’union intime avec vous. Il ne me suffit pas pour faire du bien d’avoir une vie de grâce surabondante, il faut que cette vie se renouvelle à chaque instant dans la prière, l’oraison. Dévouement et piété, vie active et contemplative… que ce soit là toute ma vie. » (1910)

GE 21 : « La sainteté n’est rien d’autre que la charité pleinement vécue. C’est pourquoi la mesure de la sainteté est donnée par la stature que le Christ atteint en nous, par la mesure dans laquelle, avec la force de l’Esprit Saint, nous modelons toute notre vie sur la sienne. »

« Si parfois je souffre de ne pouvoir consacrer plus de temps à l’apostolat direct, me souvenir de l’exemple de Jésus : à Nazareth, pendant 30 ans, Jésus ne fut apôtre que par la prière et la sainteté. Il m’apprend par là que la valeur d’une action n’est pas dans l’objet mais dans l’intention. Ne vouloir qu’une chose : être toujours où Dieu me veut, à ce qu’Il me veut et le faire pour Lui Seul avec tout mon cœur. Apostolat aussi fécond que l’apostolat direct… » (1933)

GE 25 : « Ton identification avec le Christ et avec ses désirs implique l’engagement à construire, avec lui, ce royaume d’amour, de justice et de paix pour tout le monde… Par conséquent, tu ne te sanctifieras pas sans te donner corps et âme pour offrir le meilleur de toi-même dans cet engagement. »

« Grandeur de l’œuvre catéchistique. Elle est l’œuvre de Notre-Seigneur, l’œuvre la plus importante de ma vie. Elle est l’œuvre des apôtres, de tout ce qu’il y a de grand sur la terre. L’œuvre bienfaisante entre toutes puisqu’elle soulage les misères morales. Elle doit être ma seule ambition. » (1911)

« Pouvoir me dire après chaque heure d’apostolat, après chaque acte de charité, à chaque fin de jour : j’ai donné tout ce que je pouvais donner. Me donner et m’abandonner à Dieu et aux autres. » (1911)

« Abaissez maintenant, ô bon Maître, vos regards sur les Catéchistes de Betton qui s’offrent à Vous pour être auprès des enfants vos instruments, ces instruments toujours dociles dont vous disposiez à votre gré. Embrasez tellement leurs cœurs du feu de votre amour qu’à leur contact les cœurs de leurs élèves s’embrasent aussi et faites qu’elles aient toujours pour mot d’ordre ‘Jésus et les âmes’, Jésus dans les âmes ! Les âmes pour Jésus. » (1912)

GE 26 : « Nous sommes appelés à vivre la contemplation également au sein de l’action, et nous nous sanctifions dans l’exercice responsable et généreux de notre propre mission. »

« Aussi me suis-je appliquée pendant les dernières semaines à maintenir mes enfants dans la ferveur, à les faire produire chaque jour des actes qui soient une véritable prière. » (1931)

« Que chacun de mes contacts avec les âmes où le Christ habite soit une véritable communion d’où naissent des fruits de charité parfaite. Dans ma vie d’apostolat, l’amour qui porte Jésus où Il n’est pas connu, n’est pas aimé, c’est la miséricorde qui compatit à tous les besoins, à toutes les souffrances sans jamais se rebuter, c’est le zèle qui instruit et éduque les âmes appelées à l’union eucharistique. » (1957)

GE 28 : « Le défi c’est de vivre son propre engagement de façon à ce que les efforts aient un sens évangélique et nous identifie toujours davantage avec Jésus-Christ. C’est pourquoi on a coutume de parler, par exemple, d’une spiritualité du catéchiste… »

« Je n’aurai qu’un but dans cette œuvre catéchistique : faire connaître et aimer Jésus. Etre l’instrument qui, dans les mains du Maître, lui servira à former des chrétiens pour le temps et des saints pour l’éternité. » (1913) 

« Je comprends les prédilections du Maître pour les enfants, je Le remercie d’avoir déposé au fond de mon cœur quelque chose de cette tendresse qu’Il avait pour eux et je Le supplie, en augmentant mon amour pour Lui, d’augmenter aussi, si toutefois il est possible, mon amour pour les chères âmes qu’Il m’a confiées, bien convaincue que, dans l’œuvre de l’éducation, rien ne se fait sans amour. » (1916)

« Donnez aux catéchistes des cœurs d’apôtre, formés sur le Divin Modèle. Devant des obstacles plus grands, en apparence insurmontables… devant le mal immense de l’indifférence religieuse qui grandit chaque jour, persuadée que pour faire un peu de bien, il faut à votre grâce, qui seule féconde l’effort, ajouter : la sainteté d’une vie, toute pour Vous. Je Vous demande, ô Jésus, avec toute l’ardeur dont je suis capable, de faire des faibles instruments dont Vous daignez Vous servir des âmes assoiffées d’idéal, de sacrifice et d’amour…

A nous de déposer dans les âmes d’enfants, avec le secours de la grâce, la connaissance de l’amour du devoir et de la vertu, d’en élever les aspirations vers Dieu, d’y façonner l’image du Maître. Tâche absolument impossible à notre faiblesse… tâche qui ne peut s’accomplir qu’avec l’aide du Ciel, de Celui qui fut le « modèles des apôtres », secours divin auquel devra s’ajouter notre effort personnel. Il me semble que nous ne serons jamais à la hauteur de cette tâche, que nous ne pourrons jamais avoir la prétention d’avoir travaillé avec fruit à la Vigne du Seigneur qu’à la condition d’être nous-mêmes de vrais amis de Dieu, de vrais amis de la Croix. » (1917)

GE 31 : « Il nous faut un esprit de sainteté qui imprègne aussi bien la solitude que le service, aussi bien l’intimité que l’œuvre d’évangélisation, en sorte que chaque instant soit l’expression d’un amour dévoué sous le regard du Seigneur. »

« Vous aimer le jour, la nuit, dans la solitude et au milieu du monde, dans la douleur et dans la joie. Et pour vous prouver que je vous aime, vous suivre dans l’imitation de vos vertus. Vous suivre dans la pratique des vertus qui vous furent particulièrement chères : le dénuement et l’humilité…

Près de tous, toujours la même amabilité, exemple que je veux mettre à profit dans toutes mes relations. Faire ainsi aimer la vertu. Répandre la bonne odeur du Christ…

Qu’à l’exemple de Marie et de Joseph toujours unie à Dieu, je vive, travaillant en sa présence, en perpétuelle conversation avec le ciel. Et si parfois le devoir d’état, les circonstances me rendent les exercices réguliers moins faciles, la revanche est aisée : prier toujours… » (1933)

GE 33 : « Dans la mesure où il se sanctifie, chaque chrétien devient plus fécond pour le monde. »

« En présence d’une diminution croissante de la foi, de l’esprit chrétien, je m’écrie ardemment : Seigneur, donnez-nous des mères profondément chrétiennes, donnez-nous des âmes d’apôtres et de saints pour embraser et transformer le monde. » (1923) 

« En faire profiter les autres par ma prière, la charité, la bonté, le zèle… Que toute mon activité soit   amour dans l’accomplissement parfait de la volonté du Père. » (1953)

« Que ce soit vis-à-vis des enfants ou des adultes, le passage d’une âme consacrée dans une vie peut être et doit être le passage du Seigneur. » (1956)

« Vivre toujours en votre présence, ô mon Dieu, travailler par chaque détail de ma vie à la sanctification de votre Nom, à l’avènement de votre Règne, à l’accomplissement de votre Volonté sur la terre comme au ciel. Prendre à cœur les intérêts, les besoins de toutes les âmes. » (1968)

« Une spiritualité du catéchiste » écrit le Pape François, c’est bien ce que nous pouvons trouver chez Léontine Dolivet. Comme nous le voyons, elle a développé cette spiritualité tout au long de sa vie. Il y a beaucoup encore à découvrir dans ses écrits. Nous le ferons dans les prochains articles, en continuant avec l’exhortation « Gaudete et Exsultate ».