Edito

Bonne Année d’Attention aux petites choses, aux évènements, aux personnes

« Emmailloté et couché dans une mangeoire »
Voici le Signe de la fragilité divine donnée aux hommes. « Emmailloté et couché dans une mangeoire « (Luc 2,6). C’est aussi le signe du soin. Dieu se donne au « soin » de l’homme, au soin de Marie et de Joseph. Dieu se donne à notre « attention ».

« Le Verbe s’est fait chair » en Marie (Luc 1). Le Verbe se fait pain dans l’Eglise. L’Amour de Dieu donné se fait pain de nos vies pour les transformer dans l’intime de nous-mêmes. Jésus se donne à notre « attention », dans le berceau de notre propre humanité. Il vient éveiller en retour notre « attention » à nos frères, aux choses, aux évènements. Nous avons à les emmailloter dans notre cœur.

La vie divine est une attention mutuelle divine. «Le Verbe est tourné vers le Père » (Jn 1). Le bonheur que Dieu peut donner et auquel Dieu nous invite est bonheur d’attention. « Heureux les pauvres de cœur, heureux les doux… ». Le signe du soin  se conclut en Saint Jean « Heureux êtes vous si vous le faites ». Heureux êtes-vous si vous prenez soin les uns des autres.

Eveille-nous Seigneur à l’attention de la prière. Apprends-nous à emmailloter ceux que tu nous confies par notre prière de veille. Eveille-nous Seigneur à l’attention des mots…du soin réciproque…du soin des plus lointains…du soin de la terre. Simone Weil disait : « L’attention à son plus haut degré, est la même chose que la prière ».

Comment cultiver l’attention ? S’efforcer au merci de la gratitude consciente et fréquente. Comment cultiver la présence au Seigneur ?  Se donner une « heure » pour Jésus. Horaire fixe. On ne change pas d’activité mais on se tient en présence de Jésus pendant une heure. Comment changer l’indifférence mutuelle dans nos églises ? Dans le geste de paix « échanger nos prénoms mutuellement et dire « Je vais prier pour toi toute la semaine ». Certains se réveillent avec ce prénom porté dans le cœur. Comment donner un seul cœur à notre paroisse ? Se visiter dans nos services et mouvements et se porter dans la prière.

A l’inverse, Patrick Lelay, directeur de TF1 en 2004 disait : « Je vends du temps de cerveau humain disponible » (entre deux bouts de films). Internet par ses algorithmes qui analysent toutes nos visites essaye aussi de capter notre attention, l’intime de notre pensée, l’intime de notre cœur…

Veillons ensemble sur notre attention personnelle et mutuelle.
Bonne année d’Attention, avec toute mon « Attention ».

Père Jean

 


Jésus les envoya deux par deux…Mc 6, 7

Le Pape François nous invite à « sortir », c’est-à-dire à avoir le souci prioritaire de l’autre, soit en l’accueillant, soit en allant vers lui.
Notre Evêque, dans sa Lettre pastorale du 8 avril 2018, orientation N°7 : « accueillons à la manière de Jésus ! », nous invite à réfléchir à notre accueil les uns vis-à-vis des autres.
En réponse à cet appel,  deux par deux, les services et mouvements de nos paroisses, vont « sortir », pour se « visiter ». Ils ont été choisis par des enfants sous la présence de Mgr Alexandre Joly, lors de notre Forum de rentrée paroissiale en septembre dernier.
La démarche consiste à devenir « veilleur et visiteur » :
1/ prier pour le groupe avec qui vous êtes jumelé,
2/ aller le voir ou l’accueillir, partager ce que vous faites, partager vos émerveillements, vos joies, vos soucis, vos attentes.
Par exemple : l’association Cap Centrafrique va rencontrer le mouvement Foi et Lumière, ou encore le groupe de prières Notre Dame de l’Espérance va rencontrer le groupe de préparation à la Confirmation. La liste des différents binômes est disponible en cliquant sur ce lien : Liste des binômes
Et ainsi de suite pour les 52 mouvements et services de nos paroisses.

Nous vous souhaitons de bonnes visites mutuelles. Que nos paroisses rayonnent de visites et que l’Esprit-Saint nous aide à trouver le chemin de l’ensemble.
Merci de faire des retours de ces visites…
Dans toute rencontre, il y a ce qui est prévu et parfois « l’inattendu de Dieu ! ».
Belles fêtes de Noël et de fin d’année à chacun de vous.    Père Jean

 


« Quitte ton pays et la maison de ton père et va vers le pays que je t’indiquerai. Je ferai de toi une grande nation », Gen 12,5.

Cette démarche de « quitter son pays » pour un projet du Seigneur, Mgr Alexandre Joly
nous rappelait que c’est l’ADN du chrétien : quitter pour aller.  
L’eau ruisselait dans l’église de Ste Madeleine. Sans réaction, elle était en risque de fermeture. Il fallait la quitter pour la renouveler.
La réfection de la toiture est un premier pas vers la création d’un centre pastoral pour tout le Doyenné. Cette décision est une longue marche.
Pour refaire la toiture, tout le mobilier a été déménagé. Grand merci aux 35 bénévoles de 8 à 80 ans qui se sont mobilisés.
Nous allons être 4 mois en « exode », comme Moïse, avec un beau projet comme Néhémie. Un livre entier de la Bible est consacré à la reconstruction  des murs de Jérusalem. Il y a une méthode invitant à la participation de tous : « Comment ne serai-je pas triste », la « ville du Seigneur est dévastée », Néhémie1,4. « Mais Dieu lui-même nous fera réussir ». « Nous ses serviteurs, nous allons reconstruire », Néhémie 1,20.
Merci de l’aide de chacun d’entre vous (déménagement, réaffectation, reconstruction).
Les célébrations prévues en l’église de Ste Madeleine iront à St Sulpice, à partir du dimanche 24 novembre et jusqu’au mois de mars (lire en page 2).
D’autre part, les activités habituelles du centre Tibériade ont été réaffectées dans divers lieux : maison bas jardin au presbytère, salle des Sts Anges, maison de la fraternité. En effet, le chauffage ne sera pas remis en route, la grande salle ne pourra plus être utilisée ainsi que la cafétéria. Seuls resteront en place Tibiblos et la Maîtrise.   Père Jean

 


« Aimer l’Eglise et être Disciples Missionnaires »

Intervention de Monseigneur Alexandre Joly

Le chemin de l’Evangélisation, c’est la rencontre. Les Papes sont des intermédiaires. Ils nous orientent vers l’essentiel. L’Esprit Saint nous conduit, cela évite de rester figé !
Aujourd’hui notre Pape François est le Pape du grand tournant, du grand élan…

On peut dire que « la genèse » premier livre de la Bible nous dévoile les gênes du croyant. Dieu dit à Abraham : « Pars dans le pays que je t’indiquerai ».
Il s’agit de se laisser conduire. C’est le défi de « la Joie de l’Evangile » (Exhortation Apostolique).
Pour faire résonner la Bonne Nouvelle, le Disciple suit le Christ en toute confiance. « Viens, suis-Moi » Il faut aller, marcher derrière, et voir.
Le Chrétien  vit dans l’amitié de Dieu et lui répond, dans la joie d’être habité par Dieu.
Il se laisse guider par L’Esprit Saint qui parle au cœur de chacun.
Annoncer la Bonne Nouvelle tout en reconnaissant nos fragilités !
« Ma puissance, je la trouve dans ma faiblesse » – St Paul.
La douceur, l’humilité sont des forces intérieures qui permettent d’avancer.

Le Missionnaire se trouve face à une tâche difficile qui l’oblige à marcher à contre-courant.
Nous sommes du monde, mais nous suivons la logique de Dieu.
Jésus choisit la Croix pour nous prouver son amour. Il se présente : « doux et humble  de cœur ». La douceur est bienveillance à l’égard de soi-même et des autres. Elle indique des points de repères nouveaux face à la puissance dominatrice (logique du monde) et d’un cœur non travaillé.
Sachant que Dieu est là, soyons des témoins de l’espérance qui nous habite.
Le grand obstacle serait le pessimisme !…

Pour être Missionnaire, notre Eglise doit être Synodale.
IL s’agit de marcher ensemble, chacun à sa place, chacun est nécessaire, chacun peut apporter sa pierre, personne n’est superflu !… Synodale pourrait se traduire par : « Ce qui concerne tous, doit être examiné par tous » (Pape François). Que l’articulation hiérarchique laisse place à une articulation de communion. Ajuster son cœur, accueillir l’inattendu, s’en réjouir. Discerner dans la confiance en lien avec les autres.
Impact sur le rôle des « Serviteurs de Communauté  sur la reconnaissance des Ministères.
L’ensemble des Paroissiens a-t-il un cœur qui bat ? « Le grand problème est le changement des cœurs » (Pape François).
Cette invitation à « Etre Disciples Missionnaires » va se travailler par un envoi en compagnons dans nos mouvements et services paroissiaux, en binôme sous forme de prière et visite entre compagnons.

Notes prises par une participante à la conférence de Mgr Joly, le samedi 21 septembre 2019 lors du Forum paroissial de rentrée.

 


Edito

Jésus les fit douze !
« Il monta ensuite sur la montagne ; il appela ceux qu’il voulait, et ils vinrent auprès de lui. Il en fit douze, pour les avoir avec lui, et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les démons » (Mc 3, 13-19).
Jésus était en train de former un peuple nouveau comme Dieu l’avait fait avec Israël, lorsqu’il avait choisi les douze patriarches. Maintenant, il choisit douze apôtres pour la formation de son église, son nouveau peuple spirituel.
Former un nouveau peuple spirituel est la tâche essentielle d’une paroisse : se laisser former par Jésus, se former à une nouvelle relation fraternelle : « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples » (Jn 13, 35). On ne met pas du vin nouveau dans des outres neuves. Un vin nouveau puisé dans les jarres de pierre du passé doit être servi. Comment adapter nos « structures » pour qu’elles ne soient pas comme de vieilles outres mais des jarres du vin nouveau ?
Nous allons partir en paroisses l’écart pour « nous renouveler », dans l’appel de Jésus. Jeune prêtre, je formais des moniteurs de centre de vacances en montagne. Un jour dans une vallée italienne près de Névache (Hautes Alpes), nous avons croisé un groupe d’italiens emmené par leur curé. Ils étaient près de 150 sur une paroisse de moins de 1000 habitants, pour être ensemble, faire de la montagne, prier, renforcer leur vie paroissiale. Tout était emporté par bras, ânes, et treuil. Quelle communauté ! Quelle adoption fraternelle !
Des communautés nouvelles emmènent aussi leurs « disciples-missionnaires » dans des rassemblement pour vivre une Expérience de Eglise : bouger (quitte ta tranquillité, tes habitudes) être au service mutuel (Christ Serviteur), joie d’être frère choisi par le Christ.
Et si cette perte apparente de temps nous permettait un nouveau pas «missionnaire» ? Suis-moi !
Allons les mercredi 4 et 5 septembre au Prieuré d’Ardevon nous former…pour nos paroisses de La Visitation, Saint Gilles et Sainte Thérèse. Recevons cet appel comme un comme un appel de Jésus à être disciple missionnaire pour aujourd’hui et non pas pour hier.
Vous trouverez au bas des Eglise un tract… prenez-le, lisez-le, appelez…laissons Jésus faire de nous des disciples missionnaires…

Dans « La foi n’est pas un bonbon au miel », Luigi Maria Epicoco, prêtre italien, livre ses conseils pour retrouver « une foi qui brûle » : « En dehors de cette relation d’unité aux autres, impossible d’être sauvé. La première chose à faire pour notre renouvellement spirituel, et peut-être pour celui du monde entier, est de nous concevoir comme un corps unique, où notre destin est absolument lié à celui du frère. Il n’est alors plus possible de se penser seul sans penser au bien de son frère. Chaque homme n’est pas responsable uniquement de lui. Il est aussi responsable de ceux qui sont à côté de lui ». Et combien cela est VRAI pour une paroisse ! Comment penser au bien mutuel et chercher ce bien ? Comment chercher le bien de l’autre avant le nôtre et comment ensemble chercher un meilleur bien commun pour la paroisse ?

Cette relation nouvelle dans le Christ va être un des axes de nos 2 jours. Nous espérons que vous répondrez nombreux à cet appel !

Père Jean

 


Page 1 sur 912345Dernière page »