Mariage

Vous pensez « Mariage »…mariés photos

Nous sommes très heureux de votre décision de vous marier à l’église.

La première chose à faire lorsque vous souhaitez vous marier à l’église est de contacter votre paroisse de résidence. C’est elle qui constituera votre dossier de mariage.

Vous devrez remplir une fiche de pré inscription et la remettre au presbytère de votre paroisse. Pour connaître de quelle paroisse vous dépendez, merci de vous référer à la rubrique « Votre paroisse » dans le menu.


170327 Pasto familiale_Mariage Dans chaque onglet, v
ous trouverez les informations utiles à votre mariage.

 Nous serons heureux de vous accueillir au presbytère St Léonard, lorsque vous viendrez déposer votre fiche de pré-inscription  et vous souhaitons une  bonne navigation sur notre site internet. Pour tous renseignements complémentaires vous pouvez nous contacter au  Presbytère Saint Léonard  –  19 place Lariboisière à  Fougères   –   tél : 02 02 99 99 04 87       mail  : contact@doyennefougeres.fr

Les dates des rencontres en 2020 seront les suivantes :
le dimanche 2 février de 9h30 à 17h
le samedi 15 février de 20h à 22 h
Elles se dérouleront à l’église Ste Madeleine, bd des déportés à Fougères

Lieu de la célébration

Normalement, le lieu de la cérémonie est la paroisse de la fiancée ou du fiancé, ou de leurs parents, mais, après une réflexion sur les raisons d’un changement de lieu, et avec l’autorisation du curé, il peut être célébré ailleurs. Cette autorisation est généralement accordée. Les fiancés entrent alors en contact avec la paroisse où ils désirent célébrer pour voir si cela est possible.

Où se marier ? Dans quelle église ?

Le lieu de votre mariage est évidemment important pour vous. Il est nécessaire de s’assurer de conditions de bases préalables :- Que va-t-on célébrer ? – Quelle signification ? – Où va-t-on célébrer ? – Qui va célébrer ?
Avant tout, il convient de prendre contact avec l’Eglise, concrètement la paroisse proche de votre domicile (ou un prêtre que vous connaissez). A moins que vous preniez contact avec la paroisse où vous envisagez de vous marier.
La rencontre avec un prêtre ou le diacre de la paroisse est donc à prévoir assez tôt :
– avec le prêtre ou le diacre qui recevra les consentements (célébrera le mariage) qui établira le dossier administratif.
– ou : avec le prêtre de l’église concerné par le projet de célébration qui seul décide de « prêter » son église.
Il vaut mieux ne pas confirmer de date avec le traiteur, sans avoir vérifié la disponibilité de l’Eglise, et d’un prêtre.
Vous pouvez par ailleurs connaître un prêtre qui veut bien venir célébrer votre mariage dans autre paroisse que la sienne Cela suppose que les liens aient existé ou mieux existent toujours. Ce prêtre sera certainement heureux de vous  accompagner vers la célébration de votre mariage.
Le mariage s’inscrit dans le cadre d’une paroisse, c’est-à-dire d’une communauté chrétienne, qui est normalement le lieu de résidence des futurs époux.
Les églises – bâtiments – ne sont jamais des lieux « vides » disponibles. Elles sont des lieux qui renvoient d’une manière ou d’une autre à l’Eglise présente.
Dans la détermination du lieu, il vous faut bien prendre en compte,
– le sens des églises-bâtiments
– la présence d’une communauté en ce lieu humain (quartier, village, etc…)
– que le mariage est un sacrement de l’Eglise, qui ne vous concerne pas seulement, vous et vos proches, mais également la communauté comme telle. Lorsqu’on célèbre un mariage, sacrement d’alliance de Dieu avec les hommes, du Christ avec l’Eglise, c’est l’Eglise elle-même qui est concernée : il lui est signifiée qu’elle vit d’amour et d’alliance, unie au Christ qui le premier nous a aimés.

Préparation au mariage

Afin de vous préparer au sacrement du mariage, votre paroisse vous propose généralement de participer à une formation. Celle-ci se déroule sur une journée, un dimanche, au cours duquel vous rencontrerez d’autres couples et serez amenés à réfléchir au sens du sacrement du mariage que vous allez recevoir.
Vous serez accompagnés tout au long de cette journée par des couples chrétiens, un prêtre ou un diacre.
Vous partagerez ensemble et en petits groupes l’expérience humaine et spirituelle de votre amour. Des couples viendront témoigner de leur engagement devant Dieu et de
ce qu’il représente.
Ce temps vous permettra de comprendre ce qu’est l’engagement du couple dans le mariage chrétien.
Les échanges sont très respectueux des personnes et la plus part du temps très appréciés.
Après cette journée de réflexion nous vous proposons une deuxième rencontre « approfondissement de la foi ».
Puis vous rencontrerez le célébrant, prêtre ou diacre, avec lequel vous échangerez et préparerez le déroulement de votre célébration de mariage. Vous déciderez alors si vous souhaiter une célébration avec ou sans eucharistie
Si toutefois vous ne pouvez pas vous libérer aux dates proposées pour des raisons professionnelles, vous pourrez choisir une session de préparation au mariage proposée par différents mouvements (voir la liste ci-dessous).
Dans tous les cas la préparation est nécessaire et un mariage en pourra être célébré si les fiancés n’ont pas participé à une session de formation. Imaginez un pilote sans permis !…

Bien entendu, si vous vous mariez ailleurs que sur votre lieu de résidence, vous pouvez tout-à-fait vous préparer sur place (là où vous habitez) et nous faire parvenir l’attestation de votre présence à cette formation.

Les dates de préparation pour les mariages en 2018 :
dimanche 11 février 2018 de 9h30 à 17h à Tibériade, 73 bd Roussin à Fougères
samedi 17 mars 2018 de 20h à 22h au même endroit

Pièces administratives à fournir :

  1. Une copie intégrale de l’acte de naissance (ou extrait) de moins de 3 mois, si la naissance a eu lieu en France, de moins de 6 mois si l’acte est délivré dans un consulat : c’est aux fiancés de le demander à la mairie du lieu de naissance
  2. une copie de votre acte de baptême : c’est à la paroisse du lieu de votre baptême de le fournir mais pour cela vous devez préciser la date et l’église où a eu lieu le baptême
  3. Informations relatives aux témoins (noms, prénoms, date et lieu de naissance)
  4. votre déclaration d’intention qui sera confidentielle et à remettre au célébrant
  5. Pour les personnes de nationalité étrangère : des pièces spécifiques peuvent être demandées en fonction de chaque nationalité (se renseigner à la mairie ou au consulat)
  6. Le certificat de mariage civil

Peut-on se marier si l’un est baptisé, l’autre pas ?

Le mariage à l’Eglise entre une personne baptisée et une personne non-baptisée est possible.
Le respect des convictions des futurs époux est important. Chacun de vous doit se sentir à la fois libre et respecté.
Pour un mariage à l’Eglise catholique, le mariage entre une personne baptisée et non baptisée est prévu et l’Eglise insiste sur la liberté de l’engagement. Il convient de respecter les idées de chacun (et de discuter à l’avance de ce qu’il est possible de faire et de ne pas faire, plutôt que cela ne puisse être, plus tard, une source d’éventuel conflit).
Le mieux sera de rencontrer un prêtre pour échanger ensemble dès que la question se pose.
Concrètement, adressez-vous à un prêtre (de la paroisse la plus proche de votre domicile ou bien un prêtre connu de vous). Il vous aidera dans votre préparation pour vous marier.

Nous souhaiterions faire baptiser notre enfant le jour de notre mariage à l’église, est-ce possible?

Posez la question au prêtre ou au diacre qui vous mariera, c’est lui qui décidera avec vous. Quelques éléments ci-dessous vous permettront de poursuivre votre réflexion :
Il y a effectivement le côté pratique envisagé, souvent en premier lieu : toute votre famille sera présente, cela évitera des voyages surtout si vos proches habitent loin.
Si sacrement de mariage et baptême sont célébrés au cours de la même cérémonie, ce sera un peu plus long. S’il y a beaucoup de jeunes enfants présents, ce temps sera peut être trop long pour eux et vos invités auront du mal à contenir leur agitation…Réussirez-vous à vivre pleinement le temps de ces deux sacrements ? Votre sacrement de mariage ne risque-t-il pas de prendre le pas sur le sacrement de baptême de votre enfant ?
Dans certaines paroisses les prêtres proposent, quand cela leur est possible, de fixer le baptême le matin avec la famille proche puis le mariage l’après midi.
N’hésitez pas à aborder cette question lors de vos rencontres avec le célébrant

Où se préparer au mariage ?

Généralement dans la paroisse de votre lieu de résidence ou de mariage. Cette préparation est nécessaire et le mariage ne pourra être célébré si elle n’a pas été suivie par les fiancés.
En cas de dates impossibles pour vous, contactez votre paroisse qui vous proposera des solutions alternatives.

Le coût du mariage à l’Église ? Quel est le prix d’un mariage à l’Église ?
Les sacrements sont gratuits mais il est souvent demandé une participation financière pour l’entretien de l’église. Combien donner à la paroisse pour un mariage ? Le coût d’un mariage à l’église est en moyenne de 200 euros. Il faut se renseigner auprès de la paroisse qui indique un prix ou une fourchette de coût du mariage à l’Église. Le diocèse de Rennes, Dol et St Malo suggère une offrande d’un montant indicatif de 200 et 400 euros, ou de 5% des sommes totales engagées pour la journée.
Frais du mariage à l’Église
La préparation et la célébration occasionnent des frais pour la paroisse : ceux de la cérémonie elle-même, les dépenses de secrétariat, l’entretien de l’église (frais d’éclairage, de chauffage). Ces frais expliquent le prix d’un mariage à l’Église. Il est normal, si vous en avez les moyens, de régler à la paroisse l’ensemble de ces frais.

Télécharger une fiche de pré-inscription de la paroisse dont vous dépendez et merci de venir la déposer

au presbytère St Léonard, 19 Place Lariboisière à Fougères, tél 02.99.99.04.87

si vous vous mariez à : Fougères, Beaucé, Laignelet, Lécousse, Javené :
téléchargez  la fiche 1 : 2020 Fiche pré inscription mariage Doyenné de Fougères

si vous vous mariez à : La Chapelle Janson, Fleurigné, Le Loroux   :
téléchargez  la fiche 2 : fiche d’inscription mariage ste thérèse du bocage

si vous vous mariez à  : Luitré, La Selle en Luitré, Dompierre du Chemin, Parcé :
téléchargez  la fiche 3 : fiche d’inscription mariage St Gilles de Mué

Vous trouverez ci-dessous quelques suggestions de premières lectures pour une messe de mariage,
d’après la revue « Notre mariage » de Fêtes et saisons

L1 – Il les créa homme et femme – Lecture du livre de la Genèse (Gn 1,26-28.31a)
Au commencement, Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre.
Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu, il le créa, il les créa homme et femme.
Dieu les bénit et leur dit : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. »
Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait : c’était très bon.

L2 – Il n’est pas bon que l’homme soit seul – Livre de la Genèse, chapitre 2,18-24
Au commencement, le Seigneur Dieu dit : « II n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. »
Avec de la terre, le Seigneur Dieu façonna toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait.
C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde.
Alors le Seigneur Dieu fît tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit.
Le Seigneur Dieu prit de la chair dans son côté, puis il referma. Avec ce qu’il avait pris à l’homme, il forma une femme et il l’amena vers l’homme.
L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair! On l’appellera : femme. »
A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.

L3 – Va dans le pays que je te montrerai – Lecture du livre de la Genèse 12,4-8
Au commencement, le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. »
Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes, puis il referma la chair à sa place. Avec la côte qu’il avait prise à l’homme, il façonna une femme et il l’amena vers l’homme.
L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair !
On l’appellera femme – Ishsha –,
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.

L4 – Les prouesses de Dieu – Lecture du livre de l’Exode, 10b-11 ; 13-14 ; 21-23 ; 27-31
Voyant les Égyptiens lancés à leur poursuite, les fils d’Israël furent saisis d’un grand effroi, et ils crièrent vers le Seigneur.
Ils dirent à Moïse : « Est-ce que l’Égypte manquait de tombeaux, pour que tu nous aies emmenés mourir dans le désert ? Quel mauvais service tu nous as rendu en nous faisant sortir d’Égypte !
Moïse répondit au peuple : « N’ayez pas peur ! Tenez bon ! Vous allez voir aujourd’hui ce que le Seigneur va faire pour vous sauver ! Car, ces Égyptiens que vous voyez aujourd’hui, vous ne les verrez plus.
Le Seigneur combattra pour vous, et vous, vous n’aurez rien à faire. »
Moïse étendit le bras contre la mer. Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est, et il mit la mer à sec.Les eaux se fendirent, et les fils d’Israël pénétrèrent dans la mer à pied sec, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche. Les Égyptiens les poursuivirent et pénétrèrent derrière eux – avec tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers – jusqu’au milieu de la mer.
Moïse étendit le bras contre la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer.
Les eaux refluèrent et recouvrirent toute l’armée de Pharaon, ses chars et ses guerriers, qui avaient pénétré dans la mer à la poursuite d’Israël.
Mais les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
Ce jour-là, le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte, et Israël vit sur le bord de la mer les cadavres des Égyptiens. Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte.
Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse.

L5 – Se Marier comme des croyants – Lecture du livre de Tobie (Tb 8, 5-10)
Le soir de leur mariage Tobie et Sara se mirent à prier et à demander que leur soit accordé le salut. Tobie commença ainsi :
« Béni sois-tu, Dieu de nos pères, béni soit ton nom dans tous les siècles des siècles. Que te bénissent les cieux, et toutes tes créatures dans tous les siècles. C’est toi qui as créé Adam,
c’est toi qui as créé Eve sa femme, pour être son secours et son appui, et la race humaine est née de ces deux-là.
C’est toi qui as dit : Il ne faut pas que l’homme reste seul, faisons-lui une aide semblable à lui. Et maintenant, ce n’est pas le plaisir que je cherche en prenant ma sœur que voici, mais je le fais d’un cour sincère.
Daigne avoir pitié d’elle et de moi et nous mener ensemble à la vieillesse. » Et ils dirent d’une seule voix: « Amen ! Amen »

L6 – Mon bien-aimé est à moi _ Lecture du Cantique des cantiques (Ct 2, 8-10.14-16a ; 8, 6-7a)
Voici mon bien-aimé qui vient ! il escalade les montagnes, il franchit les collines, il accourt comme la gazelle, comme le petit d’une biche. Le voici qui se tient derrière notre mur ; il regarde par la fenêtre, il guette à travers le treillage. Mon bien-aimé a parlé ; il m’a dit : « Lève-toi, mon amie, viens, ma toute belle. Ma colombe, blottie dans le rocher, cachée dans la falaise, montre-moi ton visage, fais-moi entendre ta voix ; car ta voix est douée, et ton visage est beau. » Mon bien-aimé est à moi, et moi je suis à lui. < (II m’a dit 🙂 « Que mon nom soit gravé dans ton cœur, qu’il soit marqué sur ton bras. » Car l’amour est fort comme la mort, la passion est implacable comme l’abîme. Ses flammes sont des flammes brûlantes, c’est un feu divin ! 7 Les torrents ne peuvent éteindre l’amour, les fleuves ne l’emporteront pas.

L7 – Dieu fait alliance avec nous – Lecture du livre de Jérémie (31, 31-32a.33)
Voici venir des jours, déclare le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une Alliance nouvelle. Ce ne sera pas comme l’Alliance que j’ai conclue avec leurs pères le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir d’Égypte : Mais voici quelle sera l’Alliance que je conclurai avec la maison d’Israël quand ces jours-là seront passés, déclare le Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes : je l’inscrirai dans leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.

L8 – Rien ne peut nous séparer de l’amour du Christ – Lecture de la lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 8, 31b-35.37-39)
Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas refusé son propre Fils, il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il avec lui ne pas nous donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? puisque c’est Dieu qui justifie. Qui pourra condamner ? puisque Jésus Christ est mort ; plus encore : il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous. Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le supplice ? Non, car en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés. J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l’avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur.

L9 – Etre ouverts à tous les hommes – Lecture de la lettre de St Paul Apôtre aux Romains 12, 1-2 9-18
Je vous exhorte, mes frères, par la tendresse de Dieu, à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu : c’est là pour vous l’adoration véritable.
Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait.
Que votre amour soit sans hypocrisie. Fuyez le mal avec horreur, attachez-vous au bien. Soyez unis les uns aux autres par l’affection fraternelle, rivalisez de respect les uns pour les autres.
(On peut ne pas lire cette partie entre crochet)
[Ne brisez pas l’élan de votre générosité, mais laissez jaillir l’Esprit ; soyez les serviteurs du Seigneur. Aux jours d’espérance, soyez dans la joie ; aux jours d’épreuve, tenez bon ; priez avec persévérance.
Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin, et que votre maison soit toujours accueillante.]
Bénissez ceux qui vous persécutent ; souhaitez leur du bien, et non pas du mal.
Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie, pleurez avec ceux qui pleurent. Soyez bien d’accord entre vous ; n’ayez pas le goût des grandeurs, mais laissez-vous attirer par ce qui est simple. Ne vous fiez pas à votre propre jugement.
Ne rendez à personne le mal pour le mal, appliquez-vous à bien agir aux yeux de tous les hommes. Autant que possible, pour ce qui dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes.

L10 – Travailler au bien de l’autre – Lecture de la lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains (15, 1b-3a. 5-7b. 13)
Frères, nous ne devons pas agir selon notre convenance. Que chacun de nous cherche à faire ce que convient à son prochain en vue d’un bien vraiment constructif.
Car le Christ non plus n’a pas agi selon sa convenance. Que le Dieu de la persévérance et du courage vous donne d’être d’accord entre vous selon l’esprit du Christ Jésus.
Ainsi, d’un même cœur, d’une même vois, vous rendrez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ.
Accueillez-vous donc les uns les autres comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu.
Que le Dieu de l’espérance vous remplisse, vous qui croyez, de joie et de paix parfaites, afin que vous débordiez d’espérance par la puissance de l’Esprit Saint.

L11 – Un amour plus grand que l’amour – Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (12, 31-13, 8a)
Frères, parmi les dons de Dieu, vous cherchez à obtenir ce qu’il y a de meilleur. Eh bien, je vais vous indiquer une voie supérieure à toutes les autres. J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. L’amour prend patience ; l’amour rend service, l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais.

L12 – Un seul corps, un seul esprit – Lecture de la lettre de saint Paul, Apôtre, aux Ephésiens (4,1-6)
Frères,
Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous encourage à suivre fidèlement l’appel que vous avez reçu de Dieu : ayez beaucoup d’humilité, de douceur, de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à cœur de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n’y a qu’un seul Corps et un seul Esprit.
Il n’y a qu’un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous.

L13 – Aimez à l’exemple du Christ – Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens (Ep 5, 2a.21-33 ; lecture brève : 5, 2a.25-32)
Frères, Vivez dans l’amour comme le Christ nous a aimés et s’est livré pour nous. Par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres, les femmes, à leur mari, comme au Seigneur Jésus, car, pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l’Église, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps. Eh bien ! si l’Église se soumet au Christ, qu’il en soit toujours de même pour les femmes à l’égard de leur mari. Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré pour elle ; il voulait la rendre sainte en la purifiant par le bain du baptême et la Parole de vie, il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni aucun défaut ; il la voulait sainte et irréprochable. C’est comme cela que le mari doit aimer sa femme : comme son propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime soi-même. Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C’est ce que fait le Christ pour l’Église, parce que nous sommes les membres de son corps. Comme dit l’Écriture : à cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ce mystère est grand : je le dis en pensant au Christ et à l’Église. [Pour en revenir à vous, chacun doit aimer sa propre femme comme 1ui-même, et la femme doit avoir du respect pour son mari.] (On peut ne pas lire cette partie entre crochet)

L14 – La joie et la paix dans le Seigneur – Lecture de la lettre de saint Paul, Apôtre, aux Philippiens (4,4-9)
Frères,
Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire : soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes.
Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce, priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes.
Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre cœur et vous intelligence dans le Christ Jésus.
Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le à votre compte. Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

L15 – C’est l’amour qui fait l’unité – Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens (3, 12-17)
Frères, puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes ses fidèles et ses bien-aimés, revêtez votre coeur de tendresse et de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous mutuellement et pardonnez, si vous avez des reproches à vous faire. Agissez comme le Seigneur : il vous a pardonné, faites de même. Par-dessus tout cela, qu’il y ait l’amour : c’est lui qui fait l’unité dans la perfection. Et que, dans vos cœurs, règne la paix du Christ à laquelle vous avez été appelés pour former en lui un seul corps. Vivez dans l’action de grâce. Que la Parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres avec une vraie sagesse ; par des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance. Et tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus Christ, en offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père.

L16 – L’ Amour est la vraie sagesse – Lecture de la lettre aux Hébreux.  (13, 1…6)
Frères,
Persévérez dans l’amour fraternel. N’oubliez pas l’hospitalité :
Elle a permis à certains, sans le savoir, De recevoir chez eux des anges. Souvenez-vous de ceux qui sont en prison, Car vous partagez leur épreuve.
Souvenez-vous de ceux qui sont maltraités, Car vous aussi, vous avez un corps.
Que le mariage soit respecté par tous, Que l’union conjugale ne soit pas profanée.
Que votre vie ne soit pas menée par l’amour de l’argent :Contentez-vous de ce que vous avez, Car Dieu lui-même a dit : Jamais je ne te lâcherai, Jamais je ne t’abandonnerai.
C’est pourquoi nous pouvons dire en toute assurance : Le Seigneur est mon secours, Je n’ai rien à craindre !

L17 – Un amour qui soit vrai – Lecture de la première lettre de saint Jean (3, 18-24)
Mes enfants, nous devons aimer : non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. En agissant ainsi, nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous aurons le cœur en paix ; notre cœur aurait beau nous accuser, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. Mes bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous nous tenons avec assurance devant Dieu, et tout ce que nous lui demandons, il nous l’accorde, parce que nous sommes fidèles à ses commandements, et que nous faisons ce qui lui plaît. Or, voici son commandement : avoir foi en son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé. Et celui qui est fidèle à ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné son Esprit.

L18 – Tout amour vient de Dieu – Lecture de la première lettre de saint Jean (4, 7-12)
Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu. Tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, et ils connaissent Dieu. Celui qui n’aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour. Voici comment Dieu a manifesté son amour parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici à quoi se reconnaît l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés. Mes bien-aimés, puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour atteint en nous sa perfection.

Vous trouverez ci-dessous quelques suggestions d’Evangile pour une messe de mariage
d’après la revue « Notre mariage » de Fêtes et saisons

E1 – Le chemin du bonheur-  Matthieu 5, 1-12
Sur le thème de la liberté –
Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent. Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :
« Heureux les pauvres de coeur : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde !
Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux !

E2 – Le rayonnement du couple – Matthieu 5, 13-16
« Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

E3 – Bâtir sur le roc – Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 7,21.24-29)
Comme les disciples étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne,
il leur disait :  » Il ne suffit pas de me dire : « Seigneur, Seigneur ! » pour entrer dans le Royaume des cieux ; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux.
est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête à soufflé et s’est abattue sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée,
Et tout homme qui écoute ce que je vous dis là sans le mettre en pratique,
est comparable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé, elle a secoué cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet.  »
Jésus acheva ainsi son discours. Les foules étaient frappées par son enseignement, car il parlait en homme qui a autorité, et non pas comme leurs scribes.

E4 – Tous deux ne font plus qu’un – Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 19,3-6)
Tandis que Jésus montait à Jérusalem, des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent :
« Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? »
Il répondit : « N’avez-vous pas lu l’Ecriture ?
Au commencement, le Créateur les fit homme et femme, et il leur dit : « voilà pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. »
À cause de cela, ils ne sont plus deux, mais un seul. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

E5 – Amour de Dieu, amour des autres – Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 22,35-40)
Un docteur de la loi posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? »
Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement.
Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’il y a dans l’Écriture, – dans la Loi et les Prophètes – dépend de ces deux commandements. »

E6 – Dieu nous confie des talents – Matthieu 25, 14-30
C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. A l’un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s’occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un creusa la terre et enfouit l’argent de son maître.
Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes. Celui qui avait reçu les cinq talents s’avança en apportant cinq autres talents et dit : « Seigneur, tu m’as confié cinq talents : voilà, j’en ai gagné cinq autres.
Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître ». Celui qui avait reçu deux talents s’avança ensuite et dit :  » Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres. Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître ». Celui qui avait reçu un seul talent s’avança ensuite et dit : « Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient ».Son maître lui répliqua : « Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance. Mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a.Quant à ce serviteur bon à rien, Jetez-le dehors dans les ténèbres ; Là il y aura des pleurs et des grincements de dents ! »

E7 – Le temps des semailles – Marc 4, 1-9 1
Jésus s’est mis une fois de plus à enseigner au bord du lac, et une foule très nombreuse se rassemble auprès de lui, si bien qu’il monte dans une barque où il s’assoit.
Il était sur le lac et toute la foule était au bord du lac, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et il leur disait, dans son enseignement : « Ecoutez ! Voici que le semeur est sorti pour semer. Comme il semait, il est arrivé que du grain est tombé au bord du chemin, et les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé.
Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde ; 6et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché. Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés sur la bonne terre; ils ont donné du fruit en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent pour un ». Et Jésus disait : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! ».

E8 – Ne séparez pas ce que Dieu a uni – Évangile de Jésus-Christ selon Saint Marc (Mc 10, 6-9)
Jésus disait à ses disciples : « Au commencement du monde, quand Dieu créa l’humanité, il les fit homme et femme.
A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais ils ne font qu’un.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

E9 – Jésus ressuscité marche avec eux – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (24, 13-35)
Le troisième jour après la mort de Jésus, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient ensemble de tout ce qui s’était passé.
Or, tandis qu’ils parlaient et discutaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient aveuglés, et ils ne le reconnaissaient pas. Jésus leur dit : « De quoi causiez-vous donc, tout en marchant ? » Alors ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, répondit : « Tu es bien le seul, de tous ceux qui étaient à Jérusalem, à ignorer les événements de ces jours-ci. »
Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth : cet homme était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple. Les chefs des prêtres et nos dirigeants l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Et nous qui espérions qu’il serait le libérateur d’Israël ! Avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, nous avons été bouleversés par quelques femmes de notre groupe. Elles sont allées au tombeau de très bonne heure, et elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont même venues nous dire qu’elles avaient eu une apparition : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
Il leur dit alors : « Vous n’avez donc pas compris ! Comme votre coeur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! Ne fallait-il pas que le Messie souffrît tout cela pour entrer dans sa gloire ! » Et, en partant de Moïse et de tous les prophètes, il leur expliqua, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous : le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
Quand il fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Alors ils se dirent l’un à l’autre : « Notre coeur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures ? »

E10 – Jésus présent aux noces – Jean 2, 1-11
Il y eut un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin ». Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue ». Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira ». Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres. Jésus dit aux serviteurs :
« Remplissez d’eau les cuves ». Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas ». Ils lui en portèrent. Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant ». Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

chants d’accueil  –  chants de méditation – chants d’action de grâce – chants de communion –  chants à Marie – chants d’envoi

ciquez ici 3pour  vous connecter  sur notre site extranet 

L’accès de cette page  « Chants de Mariage »  étant réservé aux futurs mariés de la paroisse de la Visitation, vous avez  besoin d’un  identifiant et mot de passe  que vous devez nous demander par mail : contact@doyennefougeres.fr ou par téléphone au 02.99.99.04.87

170327 Pasto familiale_Mariage

Comment faire son livret mariage ? ce qu’il faut savoir190A

Vous allez pouvoir concevoir vous-mêmes votre livret de mariage en vous inspirant des 2 modèles proposés en format PDF :

1 – célébration avec eucharistie
2 – célébration sans eucharistie

Les modèles proposés contiennent des exemples de textes bibliques et de chants pour vous indiquer le canevas à suivre.
Bien entendu c’est à vous de faire votre propre choix de 1ère lecture, de psaume, d’évangile, et de chants.

Vous trouverez dans la tour ci-contre les 1ères lectures et évangiles proposés dans le livret Fêtes et Saisons sur « Notre mariage à l’Eglise ».
Les références sont les mêmes : L, L1, etc pour les lectures, E1, E2…pour les Evangiles. Vous pourrez donc lorsque vous aurez fait votre
choix, « copier/coller » vos textes dans votre livret.

Certains couples choisissent de lire ou faire lire un texte profane (non biblique) généralement à la fin de la cérémonie.
Vous en trouverez quelques uns ci-contre mais il est bien évident qu’ils ne peuvent en aucun cas remplacer la parole de Dieu.

Nous vous souhaitons une belle mise en page de votre livret et les exemples proposés restent des suggestions…
Libre à vous de concevoir un livret totalement personnalisé et que vous aurez plaisir à garder en souvenir de ce beau sacrement du mariage.

Modèle livret mariage avec eucharistie : Agathe et Jules

Modèle livret mariage sans eucharistie : Marie et Jérémy

Textes profanes (non bibliques) pour le mariage

Nous vous proposons quelques textes d’auteurs sur le mariage.préparation Mariage
L’un ou l’autre de ces textes peut vous aider pour votre réflexion personnelle.

L’un ou l’autre peu aussi venir éclairer ce que vous voulez dire le jour de votre mariage à vos amis sur votre livret.
Mais attention, votre mariage à l’Eglise est un mariage à la suite du Christ. Il doit donc être essentiellement éclairé par un texte d’Evangile et un autre texte biblique.
Un texte poétique ou d’auteur ne vient qu’en illustration.

Classement :
1 – Accepter la différence de Roger Garaudy
2 – Cela m’étonne toujours de Péguy
3 – Aujourd’hui plus qu’hier
4 – Le Rêve
de Martin Luther King
5 – Être unis de Paul Eluard
6 – Je ne savais pas de Naël
7 – Qu’est-ce que signifie « apprivoiser »?  de Antoine de Saint-Exupéry  dans Le Petit Prince
8 – Le mot d’amour de J. Rieux
9 – Si vous savez vous aimer de P. Lyonnet
10 – L’espoir de Michel Scouarnec
11 – Aimer fait grandir de Rainer-Maria RILKE
12 – Les gouttes d’amour de Mère Térésa
13 – Prière des époux de Sœur Emmanuelle
14 – « Ton Nom » de Gustave THIBON
15 – Aimer, c’est Donner
16 – Aimer
17 – Toute occasion
de Eillen Caddy
18 – Vas-tu tenter l’aventure ?  de Hadewijch d’Anvers
19 – Deux en une seule chair de TERTULLIEN
20 – La femme et l’homme forment une harmonie de Sainte Hildegarde
21 – Éloge de l’amour de Jean de La Fontaine
22 – Un jardin particulier…
23 – L’amour est exigeant
de Jean-Paul II
24 – L’amour est la vie de notre cœur de Saint François de Sales

1 – Accepter la différence – Roger Garaudy
L’amour commence lorsque l’on préfère l’autre à soi-même, lorsqu’on accepte sa différence et sa liberté.
Accepter que l’autre soit habité par d’autres présences que la nôtre, n’avoir pas la prétention de répondre à tous ses besoins, à toutes ses attentes, ce n’est pas se résigner à l’infidélité à notre égard, c’est vouloir, comme la plus haute preuve d’amour, que l’autre soit d’abord fidèle à lui-même.
Même si cela est souffrance pour nous, c’est une souffrance féconde parce qu’elle nous oblige à nous déprendre de nous-mêmes, à vivre intensément cette dépossession enrichissante : dans la plus amoureuse étreinte, c’est un être libre que nous étreignons, avec tous ses possibles, même ceux qui nous échappent.

2 – Cela m’étonne toujours – Péguy
Cela m’étonne toujours, dit Dieu d’entendre les gens dire : “Nous sommes mariés !…”
Comme si on se mariait un jour ! Laissez-moi rire. Comme si on se mariait une fois pour toutes. Ils croient que c’est arrivé, et qu’ils peuvent vivre, vivre de leurs rentes d’amour de gens mariés.
Comme si on se mariait un jour. Comme s’il suffisait de se donner une fois, une fois pour toutes.
Comme si Moi-même j’avais fait le monde en un jour;
Comme s’il ne fallait pas, à tout prix, pour un bon sens enfin, se marier tous les jours que je fais.
Les hommes ne doutent de rien ! Deux moitiés ont tant à marier !
Quand on a été vingt ans seul, jeune homme seul, jeune fille seule, si différents, de souches étrangères l’une et l’autre depuis des générations d’antan.
Que de choses à donner et à recevoir. Que de choses à recevoir et à donner, mes enfants !

3 – Aujourd’hui plus qu’hier
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants,
Et comme chaque jour je t’aime davantage
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain
Qu’importeront alors les rides du visage,
Si les mêmes rosiers parfument le chemin.
C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,
Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,
Car vois-tu, chaque jour je t’aime davantage :
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain !
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec des yeux remplis des pleurs de nos vingt ans…
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs

4 – Le RêveMartin Luther King
Je fais le rêve que les hommes un jour, se lèveront et comprendront enfin qu’ils sont faits pour être frères.
Je fais encore le rêve, ce matin, qu’un jour, chaque étranger de ce pays, chaque homme de couleur dans le monde entier soit jugé sur sa valeur personnelle plutôt que sur la couleur de sa peau, et que tous les hommes respecteront la dignité de la personne humaine.
Je fais encore le rêve qu’un jour la justice ruissellera comme l’eau et la droiture comme un fleuve puissant. Je fais encore le rêve aujourd’hui que dans toutes les hautes sphères de l’État et dans toutes les municipalités, entreront des citoyens élus qui rendront justice, aimeront la pitié et marcheront humblement dans les voies de leur Dieu.
Je fais encore le rêve qu’un jour la guerre prendra fin, que les hommes transformeront leurs épées en socs de charrues et leurs lances en ébranchoirs, que les nations ne s’élèveront plus les unes contre les autres et qu’elles n’envisageront plus la guerre. Je fais encore le rêve que grâce à cette foi, nous serons capables de repousser au loin les tentations de désespoir et de jeter une nouvelle lumière sur les ténèbres du pessimisme.
Oui, grâce à cette foi, nous serons capables de hâter le jour où la paix régnera sur la terre et la bonne volonté entre les hommes.
Ce sera un jour merveilleux, les étoiles chanteront ensemble et les fils de Dieu pousseront des cris de joie.

5 – Être unis – Paul Eluard

Être unis, c’est le bout du monde, le cœur de l’homme s’agrandit, le bout du monde se rapproche. Le cœur des peuples bat plus fort, le cœur des peuples bat la terre, et la moisson sera parfaite.
Notre travail et un défi, jeté aux maîtres, aux frontières, nous voulons travailler pour nous. Nous prendrons jour malgré la nuit, nous oublierons nos ennemis, la victoire est éblouissante.
Nous avons pénétré le feu, il faut qu’il nous soit la santé, nous nous levons comme les blés. Et nous ensemençons l’amour.

6 – Je ne savais pas – Naël
Je ne savais pas que tout pouvait soudain se mettre à exister parce qu’un autre existait…
Je ne savais pas que le monde pouvait s’arrêter d’être, les hommes de vivre, les femmes de marcher, les enfants de sourire, et le temps de passer parce qu’un seul me manquerait…
Je ne savais pas que la terre pouvait être belle, aujourd’hui je sais qu’elle est belle puisqu’elle te porte…
Je ne savais pas que l’on pouvait chanter autrement que pour meubler le silence. La nuit était mon domaine et je ne savais pas que l’on pouvait aimer le jour.Je ne savais pas que je pouvais vivre…
Je ne savais pas que le visage d’un autre pouvait contenir tout l’univers, que son regard soudain fermé pouvait éteindre toutes les lumières et rallumer une à une les étoiles en accueillant le mien…
Je croyais que souffrir c’était subir la vie, je ne savais pas que souffrir, ce pouvait être lutter pour vivre…Non, vois-tu, de tout cela, vraiment, je ne savais rien…

7 – Qu’est-ce que signifie « apprivoiser »? – Antoine de Saint-Exupéry in Le Petit Prince
-(…) Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?
-C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens… »
-Créer des liens ?
-Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…
-Je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur… je crois qu’elle m’a apprivoisé…
(…)
-Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m’ennuie donc un peu. Mais, si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m’appellera hors du terrier, comme une musique. Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ?
Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé…
Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince :
-S’il te plaît… apprivoise-moi ! Dit-il.
(…)
Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près…

8 – Le mot d’amour – J. Rieux
Un mot, un seul, pour tout rassembler, pour tout résumer. Un mot qui n’en finit pas d’être prononcé, qui ne finira jamais de construire. Voici ce mot qui brûle les lèvres ; il monte du fond du coeur, il éclate comme un bonheur. Par lui, toute la création s’est mise à chanter pour transmettre d’âge en âge le sens de la vie, la véritable force qui fait grandir l’humanité.
Un mot ! prononcez-le autour de vous, faites-le grandir au fond de vous, vivez-le les uns avec les autres. Soyez féconds de mille mains tendues, soyez joyeux d’un sourire qui efface les rides ; soyez lumineux de l’esprit qui rappelle à la vie. Ayez en vous le mouvement vers l’autre ; ayez pour vous la force des déracinements, ayez au-delà de vous la seule attitude qui vous sauvera…
Jetez vos vieilles habitudes à la brocante des bons sentiments ; rejetez les fantômes de vos trop vieilles coutumes, abandonnez toutes vos fausses pudeurs pour vivre l’esprit de vérité.
Voici ce mot : il est trop simple, pour qu’on le vive seul ; il est trop pur pour que nous puissions nous y accrocher de notre propre force; il est trop doux pour la dureté de nos coeur, pour la complexité de nos tendresses. Alors, courage ! par lui, le monde fut vaincu.
Il suffit de ce précepte : AIMER.

9 – Si vous savez vous aimer – Lyonnet
Si vous savez vous aimer d’amour véritable, aucune souffrance humaine ne passera près de vous sans qu’il vous soit intolérable de ne pas la partager…
Si vous savez vous aimer, il y a des choses auxquelles vous ne pourrez pas vous habituer; toutes ces choses qui font souffrir et mourir les autres; il y des lâchetés devant lesquelles, obstinément, comme des enfants simples et qu’on ne peut corrompre, et dans l’intransigeance de votre amour, vous direz: non, parce qu’elles sont homicides.
Non seulement, vous ne bâtirez jamais un bonheur de mensonge sur le malheur et l’exploitation des autres – c’est monnaie courante pourtant – mais vous porterez sur le plan professionnel cette volonté de rendre heureux les autres, de les élever à Dieu en les respectant comme fils de Dieu, en les servant tout simplement comme des frères. Vous ne refuserez jamais de voir la vérité en face, vous ne vous endurcirez pas le cœu

10 – L’espoir – Michel Scouarnec
L’espoir ça vient d’on ne sait où, ça va plus loin que nous.
L’espoir ça nous colle à la peau, ça nous enracine au ciel, ça nous enlace les bras et les mains.
L’espoir ça nous étouffe à en crever, à en crier, à en vivre sans fin.
Fragile, si fragile, comme la fleur des blés il ensemence nos chemins,
il nourrit nos après-demain et fait éclater nos rires plus loin que la terre.
Écrit en rouge sur les murs des prisons, il se nomme LIBERTÉ
Écrit en noir sur les portes des princes, il se nomme JUSTICE
Écrit en bleu sur le gris de nos villes, il se nomme HORIZON
Écrit en blanc sur les robes des filles, il se nomme PRINTEMPS
Écrit en rose sur les fleurs de nos mains, il se nomme FRATERNITÉ
Écrit en transparence dans les yeux des enfants, il se nomme VIVRE
Écrit en arc-en-ciel sur le soleil couchant, il se nomme DEMAIN.

11 – Aimer fait grandir – Rainer-Maria RILKE
Il est bon d’aimer: car l’amour est difficile. L’amour d’un être humain pour un autre, c’est peut-être l’épreuve la plus difficile pour chacun de nous, c’est le plus haut témoignage de nous même; l’œuvre suprême dont toutes les autres ne sont que des préparations. (…)
L’amour ce n’est pas des l’abord se donner, s’unir à un autre. L’amour, c’est l’occasion unique de mûrir, de prendre forme, de devenir soi-même un monde pour l’amour de l’être aimé.
C’est une haute exigence, une ambition sans limite, qui fait de celui qui aime un élu qu’appelle le large.

12 – Les gouttes d’amour – Mère Térésa
Ne vous imaginez pas que l’Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire.
Ce dont on a besoin, c’est de continuer à aimer.
Comment une lampe brille-t-elle, si ce n’est pas par l’apport continuel de petites gouttes d’huile ?
Qu’il n’y ait plus de gouttes d’huile, il n’y aura plus de lumière,
Et l’époux dira : «je ne te connais pas.»
Mes amis, que sont ces gouttes d’huile dans nos lampes ?
Elles sont les petites choses de la vie de tous les jours ;
La joie, la générosité, les petites paroles de bonté,
L’humilité et la patience, Simplement aussi une pensée pour les autres,
Notre manière de faire silence, d‘écouter, de regarder, de pardonner, De parler et d’agir.
Voilà les véritables gouttes d’Amour qui font brûler toute une vie d’une vive flamme.
Ne cherchez donc pas Jésus au loin ; Il n’est pas que là-bas, il est en vous.
Entretenez bien la lampe et vous le verrez.

13 – Prière des époux – Sœur Emmanuelle
Seigneur, nous te confions notre amour pour qu’il ne meure jamais
Fais que sa source soit en toi pour que chacun de nous cherche à aimer plus qu’à être aimé, à donner plus qu’à recevoir.
Fais que les jours de joie ne nous enlisent pas dans l’indifférence au reste du monde.
Fais que les jours de peine ne nous désemparent pas mais cimentent notre amour.
Seigneur, toi qui es la Vie, donne-nous de ne jamais refuser la vie qui voudra naître de notre amour.
Seigneur, toi qui es la Vérité, donne-nous de ne jamais refuser la vérité mais de rester transparents l’un à l’autre.
Seigneur, toi qui es le Chemin, donne-nous de ne jamais nous alourdir la marche mais d’avancer la main dans la main

14 – « Ton Nom » – Gustave THIBON
J’ai écrit ton nom sur le sable, mais la vague l’a effacé.
J’ai gravé ton nom sur un arbre, mais l’écorce est tombée.
J’ai incrusté ton nom dans le marbre, mais la pierre a cassé.
J’ai enfoui ton nom dans mon coeur, et le temps l’a gardé.

15 – Aimer, c’est Donner
Aimer, c’est Donner
Aimer, c’est Accueillir
Aimer, c’est Offrir
Aimer, c’est Demander
Aimer, c’est Refuser
Aimer, c’est Pardonner
Aimer, c’est Remercier
Aimer, c’est Respecter
Aimer, c’est Durer

16 – Aimer
Pouvoir dire à quelqu’un : « mon amour » ou « je t’aime » engage et rend responsable.
« Aimer » est à la fois difficile et formidable.
Aimer, c’est lutter.
Rien n’est définitivement acquis. Il n’y a pas de secteur qui ne soit terrain de lutte : la relation aux autres, la prise de responsabilité, l’équilibre de vie
Aimer, c’est souffrir.
L’amour est purifié au creuset de l’épreuve.
C’est dur à vivre et ça fait mal lorsque se perd la confiance. Il faut réapprendre à aimer et ne pas se tenir rigueur du passé.
Aimer, c’est pardonner.
Aimer, c’est donner.
Donner ce que l’on a, donner ce que l’on est, donner son esprit, son cœur et son corps.
Aimer, c’est donner gratuitement, sans rien attendre en retour. Aimer, c’est donner la vie. Aimer, c’est donner sa vie.
Aimer, c’est le seul commandement.

17 – Toute occasion –
Eillen Caddy
Lorsque tu aimes, de tout ton cœur. Ne crains jamais de montrer ton amour.
Que ton amour soit comme un livre ouvert que toutes et tous puissent le lire.
C’est la chose la plus merveilleuse au monde, l’amour ne rend pas aveugle, mais il voit le meilleur chez l’être aimé et ainsi il fait émerger le meilleur.

18 – « Vas-tu tenter l’aventure ? » – Hadewijch d’Anvers
Beaucoup hésitent devant l’Amour : la tâche leur semble trop lourde, et ils n’en touchent pas d’abord le salaire.
Ils se disent : « Vas-tu tenter l’aventure ? »
Et pourtant, s’ils voyaient la récompense qu’Amour donne à la fin,je vous le dis bien franchement : ils tenteraient l’aventure sans craindre leur misère !

19 – Deux en une seule chair  – TERTULLIEN à sa femme (vers 200)
« Quel merveilleux joug pour deux chrétiens qu’une même espérance, une même loi, un même service ! Ils sont tous deux frères, tous deux compagnons d’esclavage. Rien ne les divise dans la chair ou l’esprit. Ils sont, en vérité, deux en une seule chair, et là où est une seule chair est aussi un seul esprit. Ensemble ils prient, ensemble se mettent à genoux, ensemble jeûnent. Ils s’instruisent l’un l’autre, se soutiennent l’un l’autre. Dans l’Eglise de Dieu, ils vont côte à côte, partageant le repas de Dieu, affrontant d’un même cœur les épreuves, les persécutions, ensemble se réconfortant. De l’un à l’autre, point de secret, point de faux-fuyant, point de chagrin. En toute liberté, ils visitent les malades, nourrissent les affamés. Ils font l’aumône sans anxiété, accomplissent leurs devoirs quotidiens sans entraves ; ils ne se signent point à la dérobée, ne rendent point grâces en tremblant, ne demandent point de bénédiction en silence. Chez eux retentissent hymnes et psaumes : c’est à qui au Seigneur chantera les plus belles louanges. Le Christ se complaît à les regarder, à les entendre, et leur envoie sa paix. Là où deux sont assemblés, Il est. »

20 – La femme et l’homme forment une harmonie – Sainte Hildegarde 
Dieu a lié la femme à l’homme par le serment de fidélité, qui jamais ne doit être rompu.
Ainsi la femme et l’homme forment une harmonie qui ressemble exactement à celle du corps et de l’âme, que Dieu unit.

21 – Éloge de l’amour – Jean de La Fontaine
Tout l’Univers obéit à l’Amour ;
Belle Psyché, soumettez-lui votre âme.
Les autres dieux à ce dieu font la cour,
Et leur pouvoir est moins doux que sa flamme.
Des jeunes coeurs c’est le suprême bien
Aimez, aimez ; tout le reste n’est rien.
Sans cet Amour, tant d’objets ravissants,
Lambris dorés, bois, jardins, et fontaines,
N’ont point d’appâts qui ne soient languissants,
Et leurs plaisirs sont moins doux que ses peines.
Des jeunes coeurs c’est le suprême bien
Aimez, aimez ; tout le reste n’est rien.

22 – Un jardin particulier…
Tout Amour est un peu comme un jardin : s’il n’est pas entretenu, on y trouve ronces et orties ; si les amoureux sont de bons jardiniers attentifs, ils créeront un lieu d’agrément pour eux et pour leur environnement.
Certes, ils ne pourront éviter les caprices du temps, la sécheresse, les inondations et, plus violente, la grêle.
Mais après toutes les mauvaises années, après les désastres, on n’a jamais vu des jardiniers abandonner une bonne terre aux mauvaises herbes …

23 – L’amour est exigeant – Jean-Paul II

Seul celui qui sait être exigeant pour lui-même, au nom de l’amour, peut aussi demander aux autres l’amour.
Car l’amour est exigeant.

24 – L’amour est la vie de notre cœur – Saint François de Sales
L’amour est la vie de notre cœur ; et comme le contrepoids donne le mouvement à toutes les pièces mobiles d’une horloge, aussi l’amour donne à l’âme tous les mouvements qu’elle a. »