Diocèse de Rennes

Homélie du 20 octobre 2019 – Père John Britto Amalraj

Manapad Manavai catholic church Thoothukudi district TamilNadu

Dimanche de la Mission Universelle

Père John Britto Amalraj

Auxiliaire pastoral de la paroisse Saint Jean XXIII

 

Chers frères et sœurs, bonjour à chacun d’entre vous.

Je suis très heureux de me tenir devant vous, pour vous donner des informations sur la mission Chrétienne dans mon pays. C’est l’occasion, ce dimanche de la mission, pendant ce mois missionnaire extraordinaire, de partager avec vous mon expérience personnelle de prêtre, dans mon pays l’Inde, et spécialement dans ma région le Tamil Nadu au sud du pays.

Au début du 20e siècle un prêtre de votre diocèse, le Père Louis-Marie Léveil, Jésuite, est venu pendant 53 ans comme missionnaire dans mon diocèse avec de nombreux autres prêtres français. Il y a passé toute sa vie donnant tout son amour pour apporter la Bonne Nouvelle, spécialement à la population des villages, pauvres et illettrées. Il a vécu comme un saint.

Louis-Marie Leveil (1884-1973)

Aujourd’hui le monde a changé, vous avez besoin de prêtres et je viens chez vous à la demande de Monseigneur d’Ornellas. Je suis envoyé en mission par mon évêque.

 

La population totale de l’Inde est de plus d’1 milliard et 355 millions de personnes, ce qui équivaut à 17% de la population mondiale. C’est le 2e pays de la planète en nombre d’habitants, juste derrière la Chine. La superficie totale est de plus de 3 millions de kilomètres carrés, 34% de la population est urbaine.

En ce qui concerne les religions, le recensement de 2011 montre qu’il y a 20 millions de Chrétiens, un peu plus de 2% de la population du pays. Les chrétiens se trouvent majoritairement par ordre décroissant dans les régions du Nagaland, Mizoram, Megalaya, Arunachal-Pradesh, Goa, Kerala et le Tamil-Nadu ma région. Selon une tradition qui remonte au 19e siècle, il apparait que Saint Thomas, un des douze apôtres, a accosté sur la côte du Malabar en l’an 52. Cette région s’appelle aujourd’hui Kerala.Pendant la période coloniale un grand nombre de Chrétiens Portugais, Allemands, Anglais, Italiens sont venus au Tamil-Na-du. Des prêtres les accompagnaient, ils ne venaient pas seulement pour administrer les colonies mais aussi pour prêcher la foi chrétienne à la population de la région.

Actuellement les chrétiens sont minoritaires et représentent environ 7% de la population totale du Tamil-Nadu.

La majorité de la population pratique l’Hindouisme, les Chrétiens et les Musulmans sont des minorités.

L’Inde était une colonie britannique. Après son indépendance, le 15 août 1947, l’Inde a été gouvernée par le Parti du Congrès. C’est une démocratie avec une grande variété de cultures, religions, langues, climats et traditions culinaires. Préserver son unité dans la diversité est un point essentiel pour le développement de l’Inde.

Selon notre constitution chacun a obtenu le droit de vivre son expérience et donc le droit de pratiquer sa propre religion. Personne ne peut ou ne devrait être forcé à se convertir. Mais ce n’est pas toujours le cas. Pendant le gouvernement précédent, il y a eu des problèmes à propos des missionnaires là où le parti au pouvoir dirigé l’état. Beaucoup de missionnaires chrétiens ont été torturés, attaqués, et même quelques-uns tués, brulés vifs et des religieuses battues. Beaucoup de chrétiens ont été attaqués ici et là.En comparant ces dernières années, avec le passé, on peut affirmer que la situation est devenue pire spécialement au Nord de l’Inde. Au nom de la religion les chrétiens indiens ont été torturés, tués, les églises attaquées par des fanatiques Hindous. Le gouvernement actuel est indirectement responsable de ce qu’ils ont fait.

Certains des membres du Parlement ont donné des interviews dans les médias et ont affirmé que l’Inde est seulement pour les Hindous. Alors beaucoup de Chrétiens ont protesté ainsi que d’autres groupes qui aident les minorités en Inde. Les membres de ces groupes ont été arrêtés par la police et relâchés au bout de quelques mois. C’est un vrai défi aujourd’hui de travailler comme missionnaire en Inde spécialement au Tamil Nadu et au Kerala. Il y a beaucoup de gens éduqués qui ont conscience de l’égalité et de la dignité humaine.

Cependant au Nord de l’Inde le peuple a subi un véritable lavage de cerveau au sujet de la religion, par les mouvements indiens fanatiques. Depuis l’arrivée des premiers missionnaires chrétiens en Inde, le système a beaucoup changé. Les gens étaient divisés en castes et ceux qui appartenaient à une caste particulière, devaient accomplir la même profession que leur père, spécialement pour la caste des Dalits. Les Dalits ont toujours été considérés comme la basse caste et ils vivent encore en dehors des villages. Ils n’ont pas l’autorisation de vivre parmi les gens de haute caste. Cependant, dans les villes, il n’y a plus ce problème.

Par exemple, les dalits n’étaient pas autorisés à puiser de l’eau au même puit que les autres, et ils n’étaient pas autorisés à entrer dans les temples, avant l’arrivée des missionnaires chrétiens.

Temple Tamil Nadu

Beaucoup de changements ont eu lieu même si personne n’est encore capable d’éradiquer le système des castes, quel que soit l’état, y compris au Tamil-Nadu. Dans cette situation, nous les prêtres et les religieux, nous faisons un travail missionnaire merveilleux, et un travail de charité comme celui de Sainte Mère Térésa à Calcutta.

Les missionnaires ont donné un modèle pour l’éducation, la médecine, les maisons d’accueil d’enfants handicapés physiques, et mentaux, les personnes âgées et les orphelinats. Il y a beaucoup de prêtres et de laïques chrétiens qui font des campagnes de formation dans ces établissements. Or ce que nous avons donné comme service est maintenant devenu un «business» pour des groupes d’Hindous fanatiques.

Le gouvernement actuel demande beaucoup aux missionnaires dans l’ensemble des états de l’Inde. Édifier des écoles, des hôpitaux, des centres de soins dans les villages éloignés est un véritable défi aujourd’hui.

Le Tamil-Nadu est un état exemplaire en Inde. Il y a beaucoup plus d’éducation, de médecine, d’industrie, de transports, et de voitures que dans les autres états. Parce qu’il y a des missionnaires chrétiens, il y a beaucoup d’enfants, même Dalits, qui peuvent faire des études alors que leurs parents ne l’ont pas pu. Prêtres, religieuses et religieux, rendent encore des services désintéressés, même dans cette situation. Nous sommes considérés comme des minorités, mais nous servons, éduquons, et formons chacun quelque soit sa religion, c’est ce que Jésus attend de nous.

«Allez et annoncez la Bonne Nouvelle tout autour du monde». Prêcher est plus facile que de vivre. Jésus nous invite à donner l’exemple dans notre vie plutôt que de prêcher. En montrant de la compassion aux nécessiteux et en faisant la charité à ceux que nous ne connaissons pas. Dieu a donné sa vie en témoignage d’amour. Nous devons le faire nous aussi. Jésus nous demandera toujours : «Combien de temps as-tu vécu dans ce monde ? Comment as-tu vécu ? As-tu été charitable et disponible à ceux qui en avaient besoin ?»

Amen

 

galet

 

 

 

Paroisse Saint-Jean XXIII
35 rue de Brest 35000 Rennes
Téléphone : 02.99.59.01.04
Courriel : accueilsaintjean23@gmail.com

Curé : Père Guénael Figarol
Auxiliaire pastoral : Père John Britto Amalraj
Résident : Père Bernard Heudré

Diacres
André Poullain - Jean-Michel Audureau

Accueil (7 rue du Père Lebret)
Lundi et mercredi 15h30-18h
Mardi, jeudi, vendredi et samedi 10h-12h

Site internet : rennes.catholique.fr/paroissejean23

Newsletter : jeanxxiiirennes@gmail.com

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur www.messes.info

Messes dominicales
Samedi 18h église Saint-Martin
Dimanche 10h30 église Saint-Paul
Dimanche 18h église Saint-Paul (en anglais)

Messes quotidiennes
Lundi à vendredi 18h30 église Saint-Paul
Jeudi 8h30 église Saint-Martin.

Adoration eucharistique
Jeudi 9h-17h30 église Saint-Martin
Vendredi 17h30-18h30 église Saint-Paul

Laudes
Mercredi 7h45 église Saint-Paul