Diocèse de Rennes

Homélie 18 août 2019 – 20ème dimanche du Temps Ordinaire – Année C

Père Alain Ferré - Curé de la paroisse Saint-Jean XXIII de Rennes (35)

Père Alain Ferré

Curé de la paroisse Saint-Jean XXIII de Rennes (35)

Jésus, une cause de division

Évangile : «Je ne suis pas venu mettre la paix sur terre, mais bien plutôt la division» (Lc 12, 49-53)

 

Je suis venu apporter un feu sur la terre. Comment ne pas ressentir un certain étonnement en entendant ces paroles.

C’est vrai, en ce jour, Jésus nous adresse des paroles insoutenables si on les prend au premier degré : je suis venu apporter un feu sur la terre. Comment Jésus peut-il tenir des propos aussi violents ?

L’évangile n’est pas un roman à l’eau de rose. C’est un livre qui contient du feu. On ne peut pas sortir indemne de la lecture de la parole de Dieu. Et ce feu que Jésus veut voir s’allumer c’est celui de l’amour qui est en lui. C’est ce feu de l’amour trinitaire qui le dévore. Jésus a aimé les hommes comme le Père les as aimés. Il les a aimés d’un amour infini qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer.

Cet amour du Christ est toujours actuel pour nous, pour chacun de nous. Nous n’aurons jamais fini d’en découvrir l’immensité. Et Jésus nous invite à aimer comme lui : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.

Nous devons croire de toutes nos forces que les langues de feu de la Pentecôte reposent sur nos têtes et dans tout notre être, et que ce feu de l’amour a pris, nous a pris tous et chacun. Désormais notre vie toute entière doit être employée à attiser ce feu, à le répandre autour de nous. Ce feu doit se répandre à travers le monde par l’action des hommes de bonne volonté, et évidemment par nous les chrétiens. Il ne suffit pas d’être un bon pratiquant, il importe que toute notre vie se transforme en feu.

Alors, quelles sont les caractéristiques de ce feu ?

Ce feu, c’est d’abord celui qui réchauffe.

Nous apprécions tous d’être devant un bon feu de bois quand il fait bien froid dehors. L’amour du Christ réchauffe les cœurs les plus refroidis, les plus endurcis, les plus glacés par les évènements de la vie. Rappelons-nous les disciples d’Emmaüs : notre cœur n’était-il pas brûlant tandis qu’il nous expliquait les Écritures ? Oui, nous aussi, nous pouvons répandre ce feu de l’amour en réconfortant tous ceux qui sont découragés, tous ceux qui sont désespérés autour de nous.

Ce feu, c’est aussi celui qui éclaire.

Le Christ a déversé sur notre monde la lumière de son Esprit-Saint. Sa parole vient éclairer toute notre vie et lui donner son sens. Jésus lui-même se présente à nous comme la lumière du monde. Cette lumière nous a été transmise au jour de notre baptême. C’est à nous de la porter et de la rayonner dans ce monde qui perd ses repères. Nous serons lumières en n’ayant pas peur de témoigner de la bonne nouvelle de l’évangile.

Une autre qualité du feu, c’est de purifier.

Pâques 2019 – Église Saint-Paul

Le feu réduit en cendres tout ce qui est inutile. Les paroles du Christ ont cette puissance purifiante du feu. Elles viennent décaper en nous tout ce qui est contraire à l’amour. Un chrétien ne peut pas bénir tout ce qui se fait dans le monde, sous prétexte que c’est tendance, que c’est dans l’air du temps, que c’est moderne. Il y a des lois et des pratiques que l’Église désapprouve parce qu’elles sont contraires à l’évangile. Et il nous faut les dénoncer.

Quand nous sommes animés de cet amour passionné pour Dieu et pour nos frères, rien n’est facile. Le prophète Jérémie, dont nous parlait la première lecture en a fait la douloureuse expérience. Sa parole dérangeait les puissants de ce monde. Les épreuves de Jérémie et des premiers chrétiens sont toujours d’actualité. La foi au Christ entraine des risques. Notre foi au Christ peut entrainer des incompréhensions, des tensions, y compris dans nos familles.

Mais, ou bien on se tourne vers lui et on s’efforce de le suivre, ou bien on regarde vers soi-même uniquement… et alors le feu s’éteint.

Voilà, frères et sœurs, ce feu que l’amour de Jésus est venu allumer. Pour qu’il puisse réchauffer, éclairer, purifier, il lui faut des acteurs, des témoins que nous sommes appelés à être. Si nous voulons que ce feu de l’amour se répande dans le monde, il faut qu’il soit alimenté par nos efforts. Il faut laisser bruler en nous les scories de l’égoïsme et de la médiocrité, car comme disait François Mauriac : les jours où vous ne brulez pas d’amour, d’autres mourront de froid.

Oui, frères et sœurs, les jours où ne brulons pas d’amour, beaucoup autour de nous meurent de froid.

Amen

galet

Paroisse Saint-Jean XXIII
35 rue de Brest 35000 Rennes
Téléphone : 02.99.59.01.04
Courriel :
accueilsaintjean23@gmail.com

Curé : Père Guénael Figarol
Auxiliaire pastoral : Père John Britto Amalraj
Résident : Père Bernard Heudré

Diacres
André Poullain – Jean-Michel Audureau

Accueil (7 rue du Père Lebret)
Lundi et mercredi 15h30-18h
Mardi, jeudi, vendredi et samedi 10h-12h

Site internet : rennes.catholique.fr/paroissejean23
Newsletter : jeanxxiiirennes@gmail.com

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur www.messes.info

Les autres paroisses

> Toutes les paroisses