Diocèse de Rennes

3 saints d’actualité aux Mercredis de l’IFT d’octobre

Les Mercredis de l’IFT du mois d’octobre présenteront trois saints qui, chacun à leur manière, se rappellent à nous : la bienheureuse Pauline Jaricot, saint Charles de Foucauld et saint François de Sales. Pour en parler, Mgr Philippe Barbarin, le p. Jean-Claude Lemaitre, Cyril Lucas et Thomas Gueydier.

De 20 h 30 à 22 h.
À suivre en présentiel à la Maison diocésaine de Rennes
ou sur Youtube (direct ou différé)

Pauline-Marie Jaricot (1799-1862)

Mercredi 5 octobre,
avec le cardinal Philippe Barbarin

« Elle entreprend de soulager les misères autour d’elle en multipliant les initiatives. »

Pauline-Marie Jaricot, connue dans le monde entier, est une femme hors norme. Issue d’une famille aisée de soyeux lyonnais, elle connaît à 17 ans une conversion fulgurante. Elle consacre sa vie à Dieu par un vœu solennel dans la chapelle de la Vierge de Fourvière à Lyon. Elle entreprend de soulager les misères autour d’elle en multipliant les initiatives. Elle crée le Rosaire Vivant, une chaine de prière qui existe encore. Mais elle veut surtout répandre l’Évangile dans le monde entier en soutenant les missions. Pour cela, elle initie l’Œuvre de la Propagation de la foi, à l’origine des Œuvres Pontificales Missionnaires.

Charles de Foucauld (Frère Charles de Jésus – 1858-1916)

Mercredi 12 octobre
avec le père Jean-Claude Lemaitre et M. Cyril Lucas

« Il voulait rejoindre ceux qui étaient le plus loin, « les plus délaissés, les plus abandonnés » »

Charles de Foucauld naquit à Strasbourg le 15 septembre 1858. Adolescent, il s’éloigna de la foi. Connu pour son goût de la vie facile, il révéla cependant une volonté forte et constante dans les difficultés. Il entreprit une périlleuse exploration au Maroc (1883-1884). De retour en France, touché par l’accueil affectueux et discret de sa famille profondément chrétienne, il se mit en quête. Guidé par un prêtre, l’abbé Huvelin, il retrouva Dieu en octobre 1886. Un pèlerinage en Terre Sainte lui révéla sa vocation: suivre Jésus dans sa vie de Nazareth. Il passa sept années à la Trappe, d’abord à Notre-Dame des Neiges, puis à Akbès, en Syrie. Il vécut ensuite seul dans la prière et l’adoration près des Clarisses de Nazareth. Ordonné prêtre à 43 ans (1901), il partit au Sahara, d’abord à Beni-Abbès, puis à Tamanrasset parmi les Touaregs du Hoggar. Il voulait rejoindre ceux qui étaient le plus loin, « les plus délaissés, les plus abandonnés ». Le soir du 1er décembre 1916, il fut tué par une bande qui avait encerclé sa maison.

Saint François de Sales (1567-1622)

Mercredi 19 octobre
avec M. Thomas Gueydier

« À travers toute son œuvre, l’évêque de Genève déploie une puissante spiritualité focalisée sur l’Amour de Dieu. »

Basilique Saint-Sauveur à Rennes

Saint François de Sales mourait il y a 400 ans, le 28 décembre 1622. Cet anniversaire nous invite à (re)découvrir ce grand maître spirituel proclamé Docteur de l’Église en 1877. À travers toute son oeuvre, l’évêque de Genève déploie une puissante spiritualité focalisée sur l’Amour de Dieu. Après une introduction biographique, la soirée montrera comment cet Amour – dont Dieu est à la fois l’objet et le sujet –, se présente, chez lui, comme un « amour-anéantissement » qui renvoie aux aspirations les plus profondes de la mystique rhénane particulièrement prisée au début du XVIIe siècle, mais aussi et surtout comme un vibrant « amour-désir », décrit, entre autres, par une certaine Thérèse d’Avila, béatifiée en 1614, entre la parution de l’Introduction à La vie dévote (1616) et celle du Traité de l’Amour de Dieu (1616)