La Parole de Dieu du 8 novembre 2020 méditée par… Saint Ambroise

Je l’ai saisi, je ne le lâcherai point

Représentation de saint Ambroise de Milan au-dessus de la porte de l’église Saint-Ambroise à Montréal

Saint Ambroise (v. 340-397)

évêque de Milan et docteur de l’Église

 

Toi qui es l’une de ces vierges qui font resplendir d’une lumière spirituelle la grâce même de leur corps, toi que l’on compare très justement à l’Église, toi qui veilles en ta chambre durant la nuit : pense toujours au Christ et espère à tout moment sa venue…

Le Christ entre, porte close, et ne peut manquer de venir, puisqu’il a promis sa venue. Embrasse donc celui que tu as cherché ; approche-toi de lui et tu seras illuminée. Retiens-le. Demande-lui de ne pas repartir aussitôt. Prie-le de ne pas s’éloigner. «Rapide court la Parole de Dieu» (Ps 147,15) ; elle ne se laisse pas saisir par ceux qui somnolent ni retenir par les négligents.

Que ton âme vienne à sa rencontre. Suis les traces de cette Parole venue du ciel, car elle passe rapidement. (…)

Et comment le Christ est-il saisi ? Non pas par les mailles d’un filet mais par les liens de l’amour. Seules peuvent l’attacher les courroies de l’esprit, seule l’affection du cœur peut le retenir. Si tu veux, toi aussi, retenir le Christ, cherche-le continuellement sans craindre la fatigue. Souvent c’est parmi les supplices et sous la main même des persécuteurs que l’on trouve le mieux le Christ. (…) Quelques instants seulement après avoir échappé aux mains des persécuteurs, et afin que tu ne succombes pas aux puissances du monde, le Christ viendra à ta rencontre et ne permettra pas que ton épreuve se prolonge.

De la virginité, PL 16, 283-286 (in Chaque jour tu nous parles, t. 3 Pentecôte – fin août; trad. Orval; Éd. Abbaye d’Orval 1974; p. 270-271 rev.)
(Source : L’Évangile au quotidien)

 

galet