La Parole de Dieu du 29 novembre 2020 méditée par… Saint John Henry Newman

Saint John Henry Newman (1801-1890)

Cardinal, théologien et écrivain britannique. Il se convertit au catholicisme en 1845.

 

Année après année, le temps s’écoule silencieusement ; la venue du Christ se rapproche à chaque instant. Si seulement, comme il se rapproche de la terre, nous pouvions nous rapprocher du ciel ! Ô mes frères, priez-le pour qu’il vous donne le courage de le chercher en toute sincérité. Priez-le pour qu’il vous rende ardents.

Vous n’avez qu’une seule tâche : porter votre croix à sa suite. Puisez dans sa force la résolution d’accomplir cette tâche et de ne plus vous laisser tromper par des «ombres de religion», par des paroles, ou par des contestations, ou par des notions, ou par de grandes déclarations, ou par des excuses, ou par les promesses et les menaces du monde. Priez-le pour qu’il vous donne ce que l’Écriture appelle “un cœur bon et honnête”, ou “un cœur parfait” (Luc 8 15), et, sans attendre, commencez immédiatement à lui obéir de votre cœur le meilleur.

L’obéissance la plus petite vaut mieux que pas d’obéissance du tout ; toute déclaration qui n’est pas accompagnée d’obéissance n’est que simulation et duperie. Toute forme de religion qui ne vous rapproche pas de Dieu est de ce monde. Vous devez chercher sa face (Psaume 27 8) ; l’obéissance est la seule façon de le chercher. Tous vos devoirs sont obéissance. Comment pourra-t-il se faire que vous croyiez aux vérités qu’il a révélées, que vous vous régliez sur ses préceptes, que vous soyez assidu à ses ordonnances, que vous adhériez à son Église et à son peuple, sinon parce que c’est lui qui vous l’a demandé ? Et faire ce qu’il demande, c’est lui obéir, et lui obéir, c’est s’approcher de lui.

Tout acte d’obéissance nous rapproche de lui qui n’est pas loin, malgré les apparences, mais très près derrière ce cadre matériel ; la terre et le ciel ne sont qu’un voile entre lui et nous ; le jour viendra où il déchirera ce voile et se montrera à nous. Et alors, selon la façon dont nous l’avons attendu, il nous récompensera. Si nous l’avons oublié, il ne nous reconnaîtra pas ; mais heureux ces serviteurs que le maître en arrivant trouvera en train de veiller… (Luc 12 37). Que tel soit le sort de chacun d’entre nous ! Il est dur d’y parvenir, mais il est affligeant d’échouer

La vie est brève, la mort est sûre, et le monde à venir est éternel.

(Source : La Bible des Peuples)

 

galet