Diocèse de Rennes

Terres d’Espérance partage la joie d’évangéliser en rural


Samedi 20 novembre, la rencontre diocésaine Terres d’Espérance a réuni une soixantaine de personnes à Combourg. Prière, réflexion et partage sur la présence de l’Eglise dans le monde rural brétilien.

Ce sont surtout les paroisses du nord de l’Ille-et-Vilaine qui ont répondu à l’invitation du diocèse de Rennes et profité du généreux accueil de la paroisse de Combourg. Le sujet était introduit par une vidéo de la Conférence des évêques de France, où Mgr Jacques Habert, évêque de Bayeux-Lisieux et évêque référent pour la Mission en monde rurale, présentait rapidement la place de l’Eglise dans le rural. Il a souligné 3 pistes : la dimension communautaire que doit prendre cette présence ; la question de la formation et de l’engagement politique ; et l’importance de la diaconie.

Cliquez pour plus d’infos sur Terres d’Espérance et l’Église en monde rural !

Tout est lié : relation à Dieu, aux autres et à la Terre

Deux responsables nationales de la démarche Terres d’Espérance ont ensuite donné d’autres dimensions à discerner : la présence (ou non) des jeunes, les pauvretés, le lien avec l’écologie, l’aménagement du territoire, le lien avec les agriculteurs. Dans une relecture de l’encyclique Laudato si’, il a été proposé ensuite la « bonne nouvelle » qu’est la Création, mais aussi, quand nous maltraitons, le pêché de la triple rupture de notre relation à Dieu, la relation à nos frères et sœurs, la relation à la Création toute entière et à la Terre. Le pape voit des conversions à vivre sur le plan de la fraternité, de la contemplation de la Création et de la prière.


Après un temps de lectio divina, qui invitait à la confiance et l’espérance, et un pique-nique convivial, 8 initiatives ont été présentées par leurs acteurs brétiliens. La paroisse de Combourg, elle-même, a témoigné de son initiative pour rapprocher ses 13 clochers. Les 7 relais paroissiaux organisent à tour de rôle des « visitations ». Une communauté est invitée par une autre à découvrir son patrimoine en jouant et en partageant des bons moments. Les fruits ? Meilleure connaissance des paroissiens des autres communes, intégration des nouveaux habitants…

Partage d’expériences créatives dans le rural !

A Javené, village en périphérie de Fougères, les paroissiens invitent chaque mois à une « assemblée de la Parole » qui permet de faire perdurer une dynamique de communauté locale. A Mordelles, la paroisse a créé un collectif qui cultive un champ donné par une famille, recréant l’ambiance ancestrale des travaux collectifs des champs. La vente des pommes de terre, courges et jus de pomme soutient une association d’aide aux migrants. Encore de la fraternité ! Dans le Coglais, ce sont aussi des migrants qui sont accueillis par la paroisse. Puis il y a le témoignage de Solidarité paysans, car la misère et le suicide guettent les agriculteurs en grande difficulté et grande souffrance. Ailleurs, on présente l’action de l’école de La Fresnais qui mobilise largement autour d’elle ; l’engagement des jeunes du MRJC qui ont vécu un camp avec de jeunes migrants et préparent un stage sur la démocratie en rural ; ou encore la Fête de la Création organisée depuis plusieurs années à St Méloir des Ondes.

Mgr d’Ornellas a partagé son émerveillement de la créativité qui se vit dans les paroisse rurales d’Ille-et-Vilaine

 

En route vers le rassemblement national

Alors, démoralisé le monde rural ? En fin de journée, ce n’était pas l’avis des participants, ni celui de Mgr Pierre d’Ornellas qui constatait la joie et l’espérance émanant des témoignages, la créativité des communautés : « S’il y a quelque chose que peuvent faire les chrétiens dans le monde rural, c’est chercher le Royaume de Dieu, qui est présent dans toute femme et tout homme qui ouvre son cœur. »

Cette rencontre diocésaine sera prolongé du 22 au 24 avril 2022 à Châteauneuf-de-Galaure par un rassemblement national de l’Eglise de France pour le monde rural.
Infos : rural.catholique.fr

Approfondir votre lecture