Parole de Mgr d’Ornellas : « L’Église rassemble juifs et païens en Jésus »

Alors qu’il s’apprête à recevoir, le 20 novembre à Paris, le prix 2019 de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France, Mgr Pierre d’Ornellas revient sur ce qui unit si profondément les croyants des deux religions.

Mgr Pierre d’Ornellas, Paru dans Église en Ille-et-Vilaine n°313, novembre 2019

Relisons la première phrase du chapitre 4 de la Déclaration Nostra aetate : « Scrutant le mystère de l’Église, le saint Concile rappelle le lien qui relie spirituellement le peuple du Nouveau Testament à la descendance d’Abraham. »

Le « lien » qui unit l’Église et le Peuple juif vient donc de la nature même de l’Église. Tout en étant une organisation avec ses sacrements, ses fidèles et ses ministres ordonnés, elle est la « famille de Dieu » correspondant au dessein de salut du Père des Cieux qui « veut que tous les hommes soient sauvés » (1 Thimotée 2,4). Elle est fondée par Jésus : « Je bâtirai mon Église. » (Matthieu 16,18) Elle est habitée par l’Esprit Saint qui la sanctifie et la remplit de charité.

Mais comment Dieu réalise-t-il son dessein de salut ? En faisant un choix ! Il choisit Abraham, dont découle Israël, le « Peuple de Dieu » qui est en premier la « descendance d’Abraham ». Lui, le « grand Roi » (Psaume 94,3), lui a fait une promesse : toute cette descendance, « aussi nombreuse que les étoiles du ciel », entrera dans son Royaume de justice et de paix. Il a ainsi fait Alliance avec son Peuple auquel il a donné une Loi « sainte, bonne et juste » (Romains 7,12). Devant ses infidélités, Dieu se révèle « miséricordieux » (Exode 34,6).

Pour réaliser sa promesse, il annonce un Messie sur qui reposera l’Esprit (Isaïe 11,2). C’est lui qui fera entrer Israël dans son Royaume. Après bien des « serviteurs » (Matthieu 21,34), il a envoyé son Fils qui s’est incarné dans le sein de Marie. Il est « fils de David », juif pleinement d’Israël. « Rempli de l’Esprit » (Luc 4,1), Jésus est le Messie d’Israël, annonçant le Royaume des Cieux et montrant le chemin de salut et de miséricorde pour y entrer. Grâce à lui, Juifs et païens, qui croient en lui, sont réunis en une seule famille, vivant ensemble la Loi de Dieu selon Jésus, le « Maître et Seigneur » (Jean 13,13). L’Église qui rassemble Juifs et païens dans la foi en Jésus est « Peuple de Dieu ».

Le lien entre Juifs, qui ne croient pas en Jésus, et Chrétiens (issus du judaïsme ou du paganisme) est fort

Mais le « lien » entre Juifs, qui ne croient pas en Jésus, et Chrétiens (issus du judaïsme ou du paganisme) est également fort. Tout d’abord, les Chrétiens reçoivent intégralement les indispensables Écritures d’Israël, appelées « Ancien Testament », ce qu’il faudrait mieux nommer « Premier Testament » qu’aujourd’hui les Juifs scrutent et proclament dans leurs Synagogues. Ensuite, les Chrétiens sont « disciples » de Jésus qui est fils d’Israël. Par sa mort et sa résurrection, il ouvre l’Alliance aux païens qui croient en lui. Par le Baptême, ceux-ci sont, mais en second, la « descendance d’Abraham ». En Jésus, que le Père a choisi comme Messie (Matthieu 3,17), ils sont aussi choisis (1 Thessaloniciens 1,4).

À côté de l’Église, les Juifs continuent aujourd’hui de vivre de l’Alliance car « les dons de Dieu sont sans repentance » (Romains 11,29). Sans le reconnaître en Jésus, ils attendent le Messie promis qui viendra instaurer le Royaume et qui les y fera entrer. Les Chrétiens aussi l’attendent en Jésus ressuscité venant dans la gloire, comme ils le professent à l’Eucharistie. En vue de cet avènement, les Juifs prient le « Shema Israël » (Deutéronome 6,4), qui est devenu le « grand commandement » (Matthieu 22,38) des Chrétiens : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toutes tes forces. » Ils veulent agir conformément à la Loi selon sa lumière centrale : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Lévitique 19,8) Les Chrétiens aussi sont appelés à le vivre « en actes et en vérité » (1 Jean 3,8).

Ainsi, par l’amour effectif qui établit la justice, chacun selon sa foi, nous préparons la venue du Messie glorieux et de sa paix : « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu ! »

EN SAVOIR PLUS

 

Approfondir votre lecture

  • Parole de l’Évêque – L’Amour se refuse à toute violence

    Paru dans Église en Ille-et-Vilaine n°320 – Juin-Juillet 2020 Dieu n’est pas raciste ! Il veut que soient « rassemblés » tous les hommes « de toutes nations, tribus, peuples et langues » (Apocalypse 7,9). Aucun de ses enfants ne peut être raciste ! Chacun est invité a faire advenir ce « rassemblement autour de […]

  • Parole de l’Évêque – Avec Marie, accueillons l’Esprit Saint

    Paru dans Église en Ille-et-Vilaine n°319 – Mai 2020 Comment ne pas invoquer l’Esprit Saint en ce temps d’épidémie ? Il est juste et bon de Le prier afin qu’Il nous éclaire sur la belle manière de vivre la foi quand on est privé de l’Eucharistie. Il est vital de L’implorer pour que nos cœurs ne se […]

  • Parole de l’évêque. La double source de la joie : Parole de Dieu et sacrement de Réconciliation

    Au début du Carême, nous entendons l’affirmation de Jésus : « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Juif habité par les Écritures d’Israël, Jésus résiste à la tentation en s’appuyant sur la Parole de Dieu. En effet, il sort de son cœur […]