Diocèse de Rennes

Le 11 novembre 2018 célébré par les paroisses brétilliennes

A l’occasion de l’anniversaire 2018 de l’Armistice, des manifestations témoignent en Ille-et-Vilaine de la volonté de se souvenir du sacrifice des soldats et du traumatisme vécu dans les villes et campagnes. Il s’agit maintenant de transmettre aux jeunes générations les leçons d’un tel conflit, à une époque où les tensions mondiales sont vives. Quatre exemples, parmi tant d’autres, de cette démarche dans le diocèse de Rennes.

Le centenaire de la Première Guerre mondiale a stimulé un important travail de mémoire dans les communes d’Ille-et-Vilaine, auquel ont parfois été associé les paroisses. Les habitants ont été mis à contribution, des historiens ont récolté et analysé ces archives : recueil de témoignages, de lettres de poilus, de documents et objets d’époque. Au-delà du partage de cette mémoire, place désormais aux cérémonies, avec une intention clairement affichée : parler de paix

Une paroisse dans la Grande Guerre : Mordelles

Pour terminer le centenaire : un livre sur la paroisse et de nombreuses animations

Comme à Mordelles ou sort ces jours-ci « Une paroisse dans la Grande Guerre : Mordelles ». De 1914 à 1919, l’abbé Debroise, le curé-doyen, rédige dans le livre de paroisse un long récit de la guerre telle qu’elle est vécue dans sa commune. Ce texte est publié précédé d’une introduction de Yann Lagadec et Anne-Marie Nédellec permettant de saisir nombre d’aspects de la vie à l’arrière, en Bretagne. La commune orchestre toute une série de manifestations pour ce centenaire : films, expos, publications, rendez-vous…

St Georges de Reintembault et ses expos

Exposition réalisée par la commune, les associations et la paroisse de St George de Reintembault

Tout au nord du département, la commune de St Georges de Reintembault s’est aussi mobilisée pour rassembler des documents. Une bonne relation entre la mairie, l’association des anciens combattants, l’association « St-Georges autrefois » et la paroisse ont conduit à la création d’une exposition sur le vécu de la commune et de la paroisse pendant la période de la guerre. Elle circule en maison de retraite, dans les écoles. L’église accueille aussi pour le weekend du 11 novembre l’exposition « Lumière de mémoire : le diocèse de Rennes dans la Grande Guerre » réalisée par les Archives du diocèse de Rennes. L’église sera ouverte du samedi 10 au lundi 12 novembre toute la journée.

A Rennes, le mémorial éphémère de Saint-Melaine

A Rennes, l’abbatiale Notre-Dame en Saint-Melaine a redécouvert pendant ce centenaire son monument aux morts. Remisé hors de l’église il y a des années, le voici restauré et réinstallé dans l’église : il sera au cœur des célébrations du 11 novembre 2018. Les 204 noms de jeunes de la paroisse, morts pour la France, seront égrainés toute cette journée de l’Armistice.

Honorons nos paroissiens morts pour la France et travaillons à la Paix

« Ce 1er novembre 2018 nous fêtons la fin de la guerre appelée la « grande » et qui devait être la « der des der ». 100 après nous pouvons nous honorer des institutions européennes. Même si elles ne sont pas parfaites et pourraient s’améliorer, reconnaissons qu’elles ont permis une paix durable et solide. Qui aurait cru aujourd’hui que l’Allemagne deviendrait notre premier partenaire économique et notre ami ? Bien sûr notre monde n’est pas à l’heure des « bisounours » et d’autres guerres existent à travers des pays intermédiaires, il y aussi des guerres numériques ou économiques. Aussi cet anniversaire doit être pour nous l’occasion de continuer à nous éduquer à la paix et de faire mémoire des hommes et des femmes tombés pour la France. C’est ainsi qu’a jailli l’idée d’enregistrer les grades, prénoms et noms des 204 jeunes inscrit au fronton du monument aux morts de notre seule paroisse Notre-Dame en Saint-Melaine : 204 jeunes, souvent de l’age des étudiants dont je suis l’aumônier aujourd’hui.

Prions et agissons pour la paix, en nous même d’abord , autour de nous ensuite et simultanément pour notre monde. C’est le sens de ce moment éphémère de ce 11 novembre. »  Père Nicolas Guillou, curé de Notre-Dame en Saint-Melaine

Redon : l’abbaye accueille la cérémonie d’ouverture

Plaque commémorative dans l’abbatiale Saint-Sauveur de Redon

Dimanche 11 novembre, à l’heure où d’un seul et même battement de cloche toutes les églises de France rendront hommage aux morts de la Grande Guerre, à Redon, la commémoration, avant de se tenir devant le monument aux morts de la ville, débutera dans l’abbatiale Saint-Sauveur pour une célébration eucharistique.

« A l’entrée de la célébration, en présence de monsieur le sous-préfet et de monsieur le maire, une délégation, notamment composée de représentants des Anciens combattants, de la Réserve citoyenne, ainsi que de jeunes paroissiens, accompagnera le prêtre afin de faire mémoire du sacrifice de leur vie pour la Patrie effectué par les enfants de la paroisse durant la guerre de 1914-1918. Une gerbe de fleur sera déposée devant chacune des deux plaques rappelant aux passants le nom des soldats redonnais décédés sur le champ d’honneur.

Deux autels latéraux recevront également la visite de la délégation : d’abord, celui dédié à saint Conwoïon, patron de la paroisse qui œuvra pour la défense de la Bretagne et pour la paix au IX; ensuite, celui dédié à sainte Jeanne d’Arc, patronne de la France dont chacun connaît l’histoire. Sur chacun de ces autels, une veilleuse sera allumée afin de signifier la prière de la paroisse pour ses soldats d’hier et d’aujourd’hui, ainsi que pour la paix en Bretagne, en France, et dans le monde. Pendant que la délégation effectuera ce devoir de mémoire au nom de toute la communauté assemblée dans l’abbatiale, un diacre nommera solennellement, depuis le chœur, chacun des paroissiens morts pour la France. Durant la célébration, un quatuor fera de l’union des voix une prière pour l’unité et la paix. » Père Nicolas Esnault

LIRE AUSSI