L’Eglise en Ille-et-Vilaine

Accueil > L'Eglise en Ille-et-Vilaine > Vie religieuse et consacrée > Petites Sœurs des Pauvres

Concours de talents ...

« Rendre heureux les pauvres, c’est tout ! » Jeanne Jugan

« On vieillit. On s’aperçoit que la seule chose qui vous emplisse les mains n’est jamais ce qu’on a pris, mais ce qu’on a donné. » (Catherine Paysan)
« Notre enfance est en nous, on la vit, puis on y repense jour après jour, toute la vie. Mais notre vieillesse est cachée dans l’avenir, elle vit toujours devant nous, elle n’a pas d’après. Curieusement alors que dans notre esprit, l’idée de la jeunesse est synonyme d’avenir et la vieillesse de passé, la réalité est exactement l’inverse. On ne peut pas dire « Je serai jeune » et « J’ai été vieux ! » » (Dr Pierre Guillet « L’Aventure de l’âge »)

Vivre jusqu’au bout

« Qu’elles soient en maison de retraite ou à leur domicile, les personnes âgées ont besoin de sortir, de se retrouver, de jouer. Parce que sortir c’est aussi sortir de soi. Parce que se retrouver c’est se réchauffer le cœur. Parce que jouer c’est renouer avec l’enfance. Il ne faudrait pas que la médicalisation excessive du vieillissement devienne l’arbre qui cache la forêt, cette forêt des besoins humains élémentaires, mais essentiels, qui témoignent du désir de vivre jusqu’au bout. » (Albert Donval, Psychosociologue et éthicien.)

Mettre en valeur

« Moyens pour donner aux personnes âgées la joie de se sentir utiles, pour rendre leur vie agréable : L’ergothérapie-artisanat- est importante ; on y découvre des talents cachés, et des personnes âgées sont fières de leurs « productions ». Des anciens peintres, musiciens, retrouvent leur vitalité en exerçant leurs talents et font plaisir aux autres. » (Intervention de Mère Marie Antoinette de la Trinité 1993 Toronto cf. Découverte N°222)

Participer à la solidarité humaine

Dans chacune de nos maisons, une fois par an, en général, a lieu une vente de différents objets, travaux manuels etc. au profit d’une maison de mission. Des liens se créent, l’envoi de photographies, de lettres, sont des stimulants et portent à s’oublier, se donner. » Les résidents de « Ma Maison », selon l’initiative de Jeanne Jugan, sont fiers de pouvoir mettre en valeur leurs talents et participer ainsi activement à la solidarité humaine !


Au soir de la vie

Ce qui importe à l’Espérance de la femme ou de l’homme qui saisit un jour que c’est le dernier jour, c’est de croire à l’Amour qui ne peut pas finir. _Ce qui importe à l’Espérance de l’homme ou de la femme au dernier soir de son unique vie, c’est de sentir la communion qui le relie aux siècles et au monde.
Ce qui importe à l’Espérance d’un soir de vie, ce n’est pas seulement de croire en la Lumière éternelle, c’est de savoir aussi qu’aucune vie ne passe sans laisser un sillon derrière elle.
Ce qui importe à l’Espérance d’un soir d’Homme ou de Femme, c’est de savoir qu’aucune vie ne laisse derrière elle la terre semblable à ce qu’elle aurait été sans le sillon que sa vie a creusé.
Ce qui importe à l’Espérance de l’homme, à son couronnement angoissé, c’est de savoir qu’aucune vie ne laisse le monde sans une envie de vivre, et de revivre encore après lui.
Ce qui importe à l’Espérance au grand soir de la vie, c’est de savoir que les luttes cachées, d’un quotidien obscur, portent non seulement des fleurs pour l’éternité, mais des fruits pour aujourd’hui.

Louis de La Bouillerie « Les ors de l’automne », Le Cerf, 1986

Haut de page - Imprimer - Mis à jour : Octobre 2008

-Annee-deL-Esperance-.html ANNÉE DE
L’ESPÉRANCE

2014/2015
Programme, documents...
C’est ici !

Intranet

Identifiants personnels

mot de passe oublié ?